• Suite du premier volet... (2ème partie)

    - Pour se libérer de l'esclavage salarié : bien comprendre l'économie capitaliste et la pensée de Marx, contre les dérives néo-gauchistes - 2Sous la logorrhée « marxienne » de la « wertkritik », qui tente de refiler, sinon d’imposer, sa propre schizophrénie à tout ce qui ose contester la domination du capitalisme, c’est bien d’une négation, contre l’évidence, de la lutte des classes, qu’il s’agit. Derrière le jeu ubuesque de la « contradiction » « Marx ésotérique/Marx exotérique » le poisson, mal noyé, et pour cause, remonte à la surface :

     « La reconnaissance de l’impossibilité de l’affirmation du prolétariat comme solution de la crise capitaliste a pour corollaire une définition du communisme qui, passant par la négation du prolétariat et n’ayant donc aucune base actuelle, doit nécessairement rester beaucoup plus abstraite que les formulations reposant sur l’affirmation du prolétariat.

    Dans les conditions actuelles, toute recherche d’une définition du communisme doit résolument rompre avec toutes les catégories qui servent à analyser et critiquer le mode de production capitaliste.  »

    http://serpent-libertaire.over-blog.com/2016/02/le-communisme-tentative-de-definition-bruno-astarian.html

    Peut-on être plus clair ?

    En même temps, c’est la reconnaissance d’une dissimulation « nécessaire » de cette « théorie » fumeuse… On comprend aisément pourquoi !

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le titre original de cet article du camarade TML est "Contre la schizophrénie néo-gauchiste de la wertkritik, Lénine, 1 Marx et ça repart !!"... Mais le trouvant assez obscur, je propose le titre plus explicite "Pour se libérer de l'esclavage salarié : bien comprendre l'économie capitaliste et la pensée de Marx, contre les dérives néo-gauchistes" [Avec des PDF à télécharger en fin d'article]

    Il devrait y avoir une suite... Donc voici la partie N° 1 :

    - Pour se libérer de l'esclavage salarié : bien comprendre l'économie capitaliste et la pensée de Marx, contre les dérives néo-gauchistes - 11…, 2…, 3 Marx ! ? A chacun son Marx ?

    A peine jeté aux oubliettes de la prétendue « fin de l’histoire » de 1989-90, voilà qu’il en ressort comme un diable de sa boite, avec la crise financière des années 2007-2008…! Tant, il est vrai, la science économique semble ne pas pouvoir se passer, pour analyser ses propres « ratés », de l' »outil » théorique forgé par Marx …

    En réalité, la plupart des économistes avisés ne l’avaient guère lâché, en sous-main, pour tenter d’y voir plus clair dans leurs propres affaires, et sans l’avouer publiquement, espéraient ainsi pouvoir conjurer cette fatalité de la crise systémique rampante, déjà enracinée depuis longtemps.

    « Marx contre Marx », déjà, en quelque sorte…!

    Mais à ces économistes « marxiens », et non « marxistes », évidemment, selon leur propre terminologie, est venu s’ajouter tout un ensemble de courants « critiques » du capitalisme se déclarant également « marxiens », pour être sûr de ne pas être confondus avec les héritiers, même lointains par l’esprit, de l’URSS et des « marxistes » qui gravitaient autour …pourtant à une distance « respectable », et que le temps n’avait fait que rendre de plus en plus « élastique » à tous égards…

    Il y eut bien, un temps, la thèse du « jeune Marx », contre le « vieux Marx », oubliant simplement que la théorie marxiste n’avait pu jaillir d’un trait de la cervelle du penseur, mais avait assez naturellement nécessité l’évolution de toute une vie, dans tous les domaines, philosophiques, politiques, économiques, etc…

    Le côté « insécable » de cette pensée, pourtant foisonnante, c’est bien ce qui l’empêche de passer à la trappe de l’histoire. Encombrante, elle doit donc, pour les défenseurs du capitalisme, être détournée de son but, qui est la transformation concrète de la société…

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Guerre à l’Islam : Diviser les classes populaires pour régner sur les profits capitalistes !Par Nicolas Bourgoin

    La psychose anti-burkini a au moins un mérite : démontrer par l’absurde la stratégie du pouvoir visant à attiser les communautarismes.

    Diviser les classes populaires en désignant un bouc émissaire est toujours une recette utile à l’heure où  la France comme le reste de la zone euro est plus que menacée par la récession économique.

    Parallèlement au front géopolitique (guerre militarisée contre la Syrie) et au front national (lois discriminatoires anti-musulmans), un troisième front s’est même ouvert : celui des municipalités qui légifèrent contre le burkini présentée comme une menace pour la sécurité (!), l’arrêté pris en Corse semblant faire boule de neige.

    Et les deux derniers fronts ont fusionné, Manuel Valls ayant apporté son soutien aux maires qui veulent chasser des plages de France le burkini (et les musulmanes qui le portent par la même occasion), en affirmant que le burkini était la traduction vestimentaire d’un projet politique dangereux. Emboîtant ainsi le pas à la ministre du droit des femmes, Laurence Rossignol, en guerre contre la mode pudique qui permet aux femmes musulmanes de se vêtir conformément à leurs valeurs. Les mêmes arguments faisant toujours recette, Manuel Valls a enfoncé le clou en assimilant burkini et asservissement de la femme.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - La Chine devient le leader mondial du brevet des semences en achetant SyngentaLa Chine a acheté Syngenta, le premier producteur au monde de semences qui l’est devenu en privatisant et brevetant toutes les semences mondiales ! Et qui ne se prive pas d’attaquer en justice Kokopelli, et autres vendeurs de semences agricoles.

    La Chine a acheté Syngenta suisse pour 43 milliards de dollars, l’un des plus gros monstres égal à égal avec Monsanto américain et Bayer allemand !

    La Chine veut diriger le monde. Et elle le montre clairement en achetant le plus gros breveteur de semences mondial qu’est le Syngenta.

    https://www.capgemini.com/news/syng…

    Avec cela, La Chine met tous les agriculteurs du monde entier en otage et obligé de lui payer pour chaque utilisation de semence.

    Derrière chaque fortune, il y a des milliards d’affamés.

    La multinationale ChemChina la plus grosse entreprise de Chine (fortune 500) qui finance tous les politiciens en Chine et donc dicte la politique a acheté Syngenta :

    ChemChina est un conglomérat de chimie chinois, la plus grosse multinationale de produits chimiques et agrochimiques en Chine et fait partie du rang des FORTUNE 500 dirigé par le PDG Ren Jianxi, membre du Parti communiste chinois qui fait partie des familles régnantes en Chine.

    https://hbr.org/product/chemchina/a…

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Refusons la marche à la guerre

    Par Gérard Collet

    2014 : Innombrables commémorations de la Grande Guerre, multiples interrogations. Les plus jeunes, ébahis et incrédules, se demandent comment une telle ineptie funeste à été possible. La croient d’un autre siècle.

    Mais les commémorations, devenues rituelles, ne sont que pures conventions et ne délivrent qu’une version aseptisée et consensuelle. L’histoire officielle qu’elles véhiculent n’aide en rien à comprendre la mécanique qui a broyé l’Europe et ses peuples.

    Dans le pire des cas elle présente la guerre comme un grand malheur, une fatalité, et conclue que « plus jamais ça ». Mais elle ne précise pas plus jamais quoi.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le lâche attentat perpétré à Nice est le produit direct d’une guerre qui ravage depuis plusieurs années tout le Moyen et Proche Orient.

    C’est dans cette région du monde, région particulièrement riche de pétrole, riche aussi de grands développements économiques et située au cœur d’un axe stratégique mondial, c’est donc dans l’ensemble de cette région que s’affrontent les grands groupes capitalistes mondiaux, ceux des Etats-Unis en tête, ceux de l’Union Européenne avec la France et l’Allemagne en particulier, ceux d’Israël, ceux des grands groupes capitalistes de l’Arabie Saoudite, du Qatar, des Emirats Arabes Unis, de la Jordanie…

    Une guerre d’une telle dimension mondiale qui ravage les peuples de Syrie, d’Irak, du Liban, de Lybie et d’autres encore ne peut être réduite à une simple guerre de religion. C’est une guerre inter-impérialiste pour la conquête de cette région du monde.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • NDLR : Il s'agit de documents très intéressants à étudier avec un regard critique, sans sectarisme, sans à priori mais sans concession non plus.

    Le prolétariat dans sa recherche de libération doit reconstruire un authentique parti communiste Marxiste-Léniniste.

    Quiconque souhaite se libérer de l'exploitation de l'Homme par l'Homme, se libérer de l'esclavage salarié, doit pouvoir étudier n'importe quel document issu des mouvements qui se réclament du marxisme-léninisme.

    Nous devons sortir de notre bulle et être capable de discuter entre-nous malgré nos (et surtout du fait de) nos divergences. Cela ne signifie pas abandonner notre capacité de pensée autonome, au contraire. Analysons tous ces textes avec le regard éclairé du matérialisme dialectique.

    Ainsi, nous pourrons dépasser nos divergences, avancer vers l'unité et la reconstruction d'un authentique parti communiste. Il en va de l'avenir du prolétariat, et surement aussi de la vie humaine sur cette planète...

    Cahier N° 1 :

    "Les bourgeois mettent à profit l’effondrement des pays de l’Est pour tenter de nous convaincre de l’échec du communisme, de la faillite définitive du marxisme. Ils voudraient nous persuader qu’il est inutile et dangereux de se battre contre l’exploitation, qu’il est utopique de lutter pour la libération sociale. Mais leurs tentatives ne prouvent qu’une chose : c’est que le "spectre du communisme" les fait encore trembler.

    Note de lecture : Sans aucune distinction entre la période du socialisme réel - Lénine & Staline, et la période révisionniste de restauration capitaliste à partir de Khrouchtchev ???

    111 - En URSS, ce n’était pas le communisme, mais un capitalisme d’État.

    Ce n’est pas principalement la forme juridique, privée ou étatique, de la propriété, qui différencie le socialisme du capitalisme. Ce qui les distingue fondamentalement, ce sont les rapports sociaux de production, les relations entre les classes.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un Monde de fous…  ?

    «  On est presque soulagés…  » décrète, sur France Info, un de ses «  grands spécialistes  » médiatiques, suite à la revendication par Daech de l’horrible attentat de Nice  !

    Ainsi, ce n’est plus «  un simple déséquilibré  » surgit de nulle part, mais un «  soldat de Daech  », qui a fait ce coup sordide et monstrueux. Nos journaleux se retrouvent ainsi rassérénés, en terrain connu, pour faire la propagande guerrière pour laquelle ils sont rémunérés…

    En effet, comment expliquer à tout un chacun que le monde est devenu une sorte de roulette permanente où à tout instant votre voisin de palier, le quidam que vous croisez au volant, peut, sans le moindre signe précurseur, se révéler être une bombe vivante, une arme fatale improvisée, avec un minimum de moyens, constamment disponibles autour de lui…

    Le nombre de fous agressifs aurait-il cru brutalement, de façon quasi-exponentielle, en quelques mois, telle une maladie mentale contagieuse faisant brusquement épidémie  ? Et de plus une maladie transformant les fous agressifs en meurtriers de masse  ?

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par Nicolas Bourgoin

     

    La fin de l’état d’urgence était prévue pour le mardi 26 juillet, sauf « évènement exceptionnel ».

    Instauré après les attentats du 13 novembre et prolongé à deux reprises (dont la dernière en mai dernier pour assurer la sécurité de L’Euro de football et du Tour de France), ce régime d’exception en matière de sécurité donnait une plus grande latitude au procureur et à la police juridique pour, notamment, prononcer des assignations à résidence ou des interdictions de manifester, fermer certains lieux et mener des perquisitions de jour et de nuit.

    Hasard de calendrier, ce que les médias appellent « l’attentat de Nice » fournit un énième prétexte à l’exécutif pour reconduire une nouvelle fois pendant 3 mois ces dispositifs liberticides totalement inefficaces face au risque terroriste (la preuve vient d’en être faite) mais très efficients pour mater la contestation sociale.

    L’opération sentinelle, tout aussi inadaptée à un risque imprévisible et multiforme, est également reconduite. Déclenchée en janvier 2015 après les attaques de Paris, elle permet de mobiliser 10.000 militaires en plus des gendarmes et des policiers.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A propos de la nouvelle scission de l’URCF d’avec le groupe « Communistes »-PRC (et ses implications pour la reconstruction d'un authentique PC M-L)

    - Un Parti Révolutionnaire en Septembre…?  Lettre ouverte à l’URCF  « nouvelle »…

    Malgré une apparente radicalité de la part de deux grandes centrales syndicales, CGT et FO, malgré un fort soutien populaire, l’issue politique de la lutte contre la loi El Khomri est des plus incertaines…

    En effet, si elle a contribué à balayer définitivement les illusions sur un éventuel reste de « progressisme » du PS, elle contribue en fin de compte à garantir sa défaite en 2017, mais elle n’offre actuellement encore aucune réelle alternative politique crédible au système capitaliste, et n’ouvre la voie, à gauche, qu’à une nouvelle mouture d’opportunistes « de gauche » prêts à raviver de nouvelles illusions, mais en outre, incapables de s’emparer du pouvoir à cette courte échéance…

    Concrètement, garantir la défaite du PS en 2017, c’est assurer le retour de la droite, et en fait, repousser le problème, sans solution visible.

    Plutôt que de construire une contre-offensive prolétarienne massive, les dirigeants syndicaux se sont contentés de surfer sur la vague anarcho-syndicaliste venue de leur base, en espérant manoeuvrer en coulisse, lors d’une éventuelle reprise de négociations, pour sauvegarder les fondements juridiques et administratifs de leurs bureaucraties, menacés par cette réforme de style quasi-féodal.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    L’histoire de l’Otan et ses activités actuelles permettent de comprendre comment l’Occident a construit ses mensonges et pourquoi il en est désormais prisonnier. Les éléments contenus dans cet article sont choquants, mais il est impossible de démentir les faits. Tout au plus peut-on s’accrocher aux mensonges et persister à s’y tenir.

    Lors de la réunion d’Istanbul, le 13 mai 2015, les dirigeants de l’Otan terminent un repas bien arrosé. Ils se moquent des crétins qui croient en leur discours de paix en chantant « We are the world ». On reconnait sur cette indécente vidéo le général Philip Breedlove, Jens Stoltenberg, Federica Mogherini et de nombreux ministres de la Défense.

    Le sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Otan vient de se tenir à Varsovie (7 et 8 juillet 2016). Ce devait être le triomphe des États-Unis sur le reste du monde, ce fut en réalité le début de la débâcle.

    Rappelons ce qu’est l’Alliance atlantique.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Programme de l'OCML-VP issu du congrès de 2014Je vous invite à découvrir le programme de l'Organisation Communiste Marxiste-Léniniste - Voie Prolétarienne, issu de leur congrès de 2014.

    A n'en pas douter, le meilleur programme communiste que j'ai lu depuis longtemps.

    Même si certains points me posent questions, en particulier leur vision-critique peut-être trop simpliste de ce qui s'est passé en URSS sous Staline concernant les forces productives... Mais critique néanmoins pertinente.

    Les critiques faites aux PCm restent ici valables, comme tout ce qui touche au maoïsme.

    Tout marxiste-léniniste qui étudie de façon matérialiste et dialectique la révolution chinoise ne peut conclure qu'une seule chose : la révolution maoïste en Chine n'a été qu'une révolution nationaliste-bourgeoise.

    Voir à ce sujet les commentaires du camarade T-M-L >> http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/programme-du-pcm-parti-communiste-maoiste-a125037588

    Néanmoins, ce programme comporte des éléments tout à fait inintéressants qu'il est utile d'étudier.

    Ce n'est qu'en confrontant nos points de vue sans sectarisme mais sans concession, que nous avancerons vers l'unification du mouvement M-L et la reconstruction d'un authentique Parti Communiste Marxiste-Léniniste !

    A découvrir en téléchargeant le PDF ci-dessous :

    Télécharger « OCMLVP-brochure_resolution_congres2014.pdf »

    Un autre commentaire du camarade O.B. :
     
    Il n'y a pas lieu de se laisser troubler par la "critique de la théorie des forces productives", dont VP attribue la théorisation aux "maoïstes" chinois.
     
    Cette conception trotskiste a déjà été réfutée il y a une vingtaine d'années :
     
    Au cours de la même année, en novembre 1930, Trotski écrit : "Viser à la construction d'une société socialiste sur base nationale signifie, en dépit de tous les succès temporaires, ramener en arrière les forces productives, en comparaison avec le capitalisme..."
     
    Aussi fantastique et incroyable qu'il puisse paraître, camarades, voici ce que dit Trotski : plus la construction du socialisme est avancée dans un seul pays, plus les forces productives deviennent primitives. En d'autres termes, dans un seul pays socialiste, tout progrès dans la construction du socialisme est inversement proportionnel aux forces productives - moins la construction socialiste est avancée, plus les moyens de production sont avancés, et vice versa.
     
    La conclusion à en tirer est claire : si l'Union soviétique voulait améliorer sa technique, ses forces productives, alors, aux yeux de Trotski, elle ne pouvait le faire que sur la base du capitalisme, en ralentissant et en arrêtant le progrès de la construction socialiste. Même des économistes bourgeois, pour ne pas parler des socialistes, ne peuvent accepter cette proposition absurde de Trotski. Quoiqu'il en soit, la pratique a démontré l'absurdité de cette proposition mieux que cent livres n'auraient pu le faire. La pratique a montré que l'énorme progrès dans la technique et les forces productives soviétiques s'est produit précisément sur la base de la politique de construction du socialisme. [pp. 175-176]
     
    La réaction de Trotski à toutes ces difficultés, internes et externes, fut de prédire, comme à l'accoutumée, l'impossibilité de construire le socialisme en U.R.S.S. et une guerre civile imminente.
     
    La collectivisation, disait-il, va conduire au chômage à grande échelle : "Si nous continuons à admettre que la collectivisation, associée aux éléments de la technique nouvelle [il nous a dit précédemment que la construction du socialisme signifie "ramener en arrière les forces productives, en comparaison avec le capitalisme"], va accroître considérablement la productivité du travail agricole, sans laquelle la collectivisation ne serait pas justifiée économiquement et par conséquent ne se maintiendrait pas elle-même, cela créerait immédiatement dans la campagne déjà surpeuplée dix, vingt ou davantage de millions de travailleurs en surplus, que l'industrie ne serait pas capable d'absorber même dans les plans les plus optimistes." (Trotski, 1931.)
     
    Ainsi, en 1931, la conclusion de Trotski est : il faut mettre fin à la collectivisation. Cette conclusion est atteinte, camarades, par le même camarade Trotski qui, en 1924, lorsque la collectivisation avait effectivement mis en danger l'existence même du régime soviétique (21), demandait la collectivisation immédiate à grande échelle et accusait Staline d'être de mèche avec les koulaks en ne partageant pas ce point de vue.
     
    Telle est donc l'essence des vues économiques et politiques trotskistes : la collectivisation sans préparation adéquate en 1924 et l'arrêt de la collectivisation en 1931. (21) Il est un fait que les propositions de Trotski concernant la collectivisation en 1924 étaient une forme de destruction qui, si elle avait été suivie, aurait conduit au renversement de la dictature du prolétariat aussi certainement que la mise en application de la théorie boukharinienne, non-marxiste, de l'évolution des koulaks vers le socialisme.
     
    L'essence de la déviation «de gauche» de Trotski et la déviation de droite de Boukharine est la même - toutes deux conduisent au renversement du pouvoir d'État prolétarien et à la restauration du capitalisme. [p. 177]
     
    En U.R.S.S., les classes en étaient arrivées à leur terme dans le sens économique de l'expression, en ce sens qu'il n'y avait plus ni exploiteurs ni exploités ; en ce sens que la classe ouvrière, étant arrivée au pouvoir, avait déjà utilisé sa "suprématie politique" pour "arracher... tout capital à la bourgeoisie" et avait très rapidement augmenté, en effet, le "total des forces productives". [p. 428]
     
    Harpal Brar, "Trotskisme ou léninisme ?", Etudes marxistes, n° spécial, 1993
     
    Par ailleurs, Le caractère révisionniste de la Grande Révolution culturelle prolétarienne a été défini il y a bientôt cinquante ans, le 31 août 1966 à Pékin : « Le second propos de Mao, enchaîne Grippa, fait suite à une remarque de ma part selon laquelle, dans une démocratie populaire, la révolution culturelle et idéologique pouvait en effet, dans certaines circonstances, devoir être menée particulièrement activement pour que l'ensemble de la transformation socialiste de la société, donc aussi sur les fronts politique et économique, puisse progresser au mieux. (...)
     
    Mao me répond en disant que "les objectifs de la révolution culturelle en cours relèvent de la phase démocratique bourgeoise de la révolution".
    Déclaration inédite et jamais proclamée par la suite. J'étais plutôt sidéré, conclut le visiteur, de voir démentir (sic) que, contrairement aux informations officielles, le but de la "grande révolution culturelle" n'était pas essentiellement de progresser dans la voie du socialisme, en réalité d'ailleurs une démocratie de type bien supérieur à celle des régimes capitalistes les plus "démocratiques". » (Philippe Paquet, « La face cachée de Mao », La Libre Belgique, 7 sept. 2006). 
     
    Selon moi, Mao Tsé-toung procédait ainsi par petites phrases pour avertir un interlocuteur choisi, en l'espèce Jacques Grippa, censé alors représenter les marxistes-léninistes en Europe capitaliste. Le Premier président du Parti communiste chinois (PCC) ne pouvait émettre une opinion dissidente. 
     
    Quand j'ai découvert ce témoignage, trente ans après la disparition de Mao Tsé-toung, cela ne m'a pas plus « sidéré » que cela. Mais je comprends que Jacques Grippa ait pu l'être, il y a cinquante ans. 
     
     

    PROLÉTAIRES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS ! PROLÉTAIRES DE CHAQUE PAYS UNISSEZ-VOUS !

    CONSTRUISONS LE PARTI DONT LE PROLÉTARIAT A BESOIN POUR SE LIBÉRER DE L'ESCLAVAGE SALARIE !

     

    - Programme de l'OCML-VP issu du congrès de 2014

    Site de l'OCML-VP >> http://www.vp-partisan.org/

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Marqué par le social-chauvinisme et le révisionnisme déjà majoritaire dans le PCF, ce document historique est intéressant justement pour cet aspect (Pour les camarades du PRCF, entre autre, qui pensent que le PCF n'est devenu révisionniste qu'à partir de 1960...)

    - Il y a 76 ans, le 10 juillet 1940: l’appel de Maurice THOREZ et de Jacques DUCLOS [vidéo]

    Télécharger « appel-10juillet1940-thorez-duclos.pdf »

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?- Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

     
         
    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ? - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?  

    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

     

    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

     - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

     

     
     

    - Pourrons-nous nous libérer de l'esclavage sans prendre les armes ?

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Photos de la manifestation pour Georges Ibrahim Adballah du 19 juinBeaucoup de monde à cette manifestation.

    Georges Abdallah, militant maoïste, est injustement condamné. Toutes les preuves ont été fournies qui démontrent son innocence !

    Son maintien en prison depuis plus de 30 ans montre la vrai visage de la justice bourgeoise : une justice en faveur des riches et contre les combattants de l'abolition de l'exploitation de l'Homme par l'Homme !

     

     

    Il y a une semaine, dimanche 19 juin, a eu lieu une manifestation pour exiger la libération de Georges Abdallah (appel pour la manifestation du 19 juin, voir aussi l’appel de la campagne unitaire pour le meeting du 19 mars) à l’appel de la Campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par Nicolas Bourgoin.

    - Manifestation interdite : un pas de plus vers la dictature.Après les coups de matraque, l’interdiction.

    La fuite en avant sécuritaire dans lequel le gouvernement s’est engagé ne faiblit pas. Incapable de faire taire les voix qui contestent la funeste et bien mal nommée « loi travail », l’exécutif n’a plus que les rapports de force pour faire passer la casse du droit du travail : 49-3 à l’Assemblée et interdiction de manifester dans la rue.

    Cette décision a évidemment suscité un tollé dans le monde syndical, même la CFDT pourtant signataire du texte s’en est émue. Comme avec la circulaire Valls contre Dieudonné, la menace de « trouble à l’ordre public » est une fois de plus mise en avant pour justifier une mesure autoritaire et liberticide.

    Et dans ce cas comme dans l’autre, l’interdiction qui risque fort de faire jurisprudence est lourde de conséquences pour l’avenir des libertés publiques…

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par le "Collectif défense" (suivi de "Les preuves que le pouvoir est de plus en plus aux abois face à l’ampleur des mobilisations qui se multiplient" par le Collectif Intervention Communiste et de "Loi travail: Durant votre sommeil, le Sénat a durci l'article 2 et supprimé les 35 heures")

    - LUTTONS POUR LE RETRAIT DE LA LOI EL KHOMRI ET NOS REVENDICATIONS, PAS POUR RÉFORMER UN SYSTÈME À BOUT DE SOUFFLE !- LUTTONS POUR LE RETRAIT DE LA LOI EL KHOMRI ET NOS REVENDICATIONS, PAS POUR RÉFORMER UN SYSTÈME À BOUT DE SOUFFLE !

    Les travailleurs de nombreux secteurs sont en lutte: cheminots, éboueurs, personnels du transport aérien, de la Poste, de la Banque de France, du raffinage… selon les formes qui permettent la participation du plus grand nombre avec le minimum de perte de salaire.

    Des caisses de solidarité ont d’ailleurs été instituées; des milliers de travailleurs, souvent les plus précaires, des retraités, citoyens, petits commerçants, apportent leur soutien à la lutte contre cette loi de régression de civilisation.

    À la SNCF, la direction a cédé sur quelques revendications afin de faire cesser la grève, mais la division de la SNCF en trois entités, la liquidation du statut Cheminot (le RH0077) et l’élaboration d’une convention collective en lieu et place de celui-ci ne sont pas remis en cause, et l’article 49 du projet d’accord reprend le contenu de l’article 2 de la loi El Khomri: les organisations syndicales l’ayant signé pourront négocier des aménagements du temps de travail moins favorables aux travailleurs que ce que la loi permet.

    Les cheminots ne s’y trompent pas et votent massivement la reconduction de la grève.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Puissance de la manifestation à Paris, traitement scandaleux de l'information et... Casseurs au service de qui ?Hier nous avons été confrontés à une vaste série de manipulations pour escamoter l'ampleur de la manifestation et en ternir l'effet auprès de la population.

     

    L'ampleur et la puissance de la manifestation

    D'abord cette "querelle" de chiffres reprise en coeur par tous les médias, France Inter par exemple reprenant elle tout de go sans aucune espèce de commentaire carrément le chiffre de la police de 80.000 manifestants !!!

    Alors qu'ils savent pertinement que dans une manifestation à Paris où les participants doivent stationner plusieurs heures en faisant du surplace, c'est par centaines de milliers qu'il faut compter.

    D'autant que nombre de manifestants découragés par l'attente n'ont même pas démarré de la Place d'Italie.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - LOI TRAVAIL : ON PEUT ET ON DOIT GAGNER !!!

     

    - LOI TRAVAIL : ON PEUT ET ON DOIT GAGNER !!!

    PDF A TÉLÉCHARGER >>  Télécharger « Tract_14juin-IC.pdf »

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - L'Ex URCF se sépare du PR-C et envisage la fondation d'un parti communiste de type bolchevik !Un échec qui doit être surmonté

    Le 20 juin 2015, les organisations Communistes et L'Union des Révolutionnaires Communistes de France (URCF) annonçaient qu’elles devenaient le Parti Révolutionnaire-Communistes en entamant un processus d’unification. Moins d’un an après, nous nous voyons contraints, élus au Comité National du nouveau parti sur la proposition de l’URCF, d’annoncer au prolétariat, aux masses populaires de notre pays, au Mouvement Communiste International, l’échec de ce processus et notre retrait du Parti Révolutionnaire-Communistes.

    Comment en est-on arrivé là et en si peu de temps ?

    C’est en septembre 2014 qu’après avoir, pendant plus de dix ans, refusé d’envisager toute action commune et discussions réelles, que Communistes a proposé à l’URCF de s’unifier étant donné « le large accord sur toutes les grandes questions et par conséquent l’inutilité qu’il y ait deux partis communistes dans le pays, étant évident que l’URCF s’apprêtait à se transformer en Parti ». Malgré le fait que cela signifiait que Communistes s’estimait déjà le parti, c’est avec enthousiasme que nous avons accepté la proposition.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Face à la montée du fascisme, préparons la guerre populaire ! (Par le PCm)L’assassinat de Clément Méric par un groupuscule d’extrême-droite, les démantèlements des camps de migrants, la montée de l’islamophobie, de la haine anti-rroms et de l’antisémitisme, les partis de droite et gauche s’alignant de plus en plus sur l’extrême-droite qui, elle-même, s’est ancrée comme force montante dans le jeu des élections…

    Tous ces éléments font qu’aujourd’hui la majorité des militants et militantes sont obligés d’admettre qu’il y a bel et bien une montée du fascisme en France. Il n’est pas dur de voir non plus que cette montée du fascisme est loin de ne concerner que la France.

    Si ces éléments permettent justement de sentir cette montée du fascisme, à partir du moment où l’on veut combattre le fascisme, il faut plus que des bons sentiments : il faut une définition claire et précise de ce qu’est le fascisme pour pouvoir lui opposer une stratégie adaptée qui, elle seule, pourra nous mener à la victoire.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La vérité sur le 6 juin 1944 - Annie Lacroix-Riz & MICHEL COLLONChers amis,

    Vous lisez et entendez, ces temps-ci, sur le débarquement du 6 juin 1944, beaucoup de sornettes sur les conditions de la libération américaine de la France et de « l’Europe ».  

    Le recours aux sources aide à faire le point : vous trouverez ci-joint un article intitulé « Le débarquement du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réalité historique », paru le 2 juin 2014, http://www.lafauteadiderot.net/Le-debarquement-du-6-juin-1944-du

    Bonne lecture, et libre diffusion, naturellement.  

    Amitiés,

    Annie Lacroix-Riz

    A télécharger ici >> Télécharger « 6 JUIN 1944 DU MYTHE D'AUJOURD'HUI À LA RÉALITÉ.pdf »

     

    Voir aussi le très bon texte de Vincent Gouysse à télécharger ici >> Télécharger « celebrations_6_juin_1944.pdf »

     

    Et aussi l'article sur "El Diablo" >> http://www.communcommune.com/article-juin-debarquement-de-tromperies-massives-123873232.html

     

    Pour le texte de MICHEL COLLON >>lire la suite

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • - Disparition de l’argent liquide et puçage de masse : vers la dictature intégrale.A côté de la société de demain, le cauchemar d’Orwell risque fort de ressembler à une aimable plaisanterie. Dans l’indifférence générale, l’oligarchie est en train de dresser les plans d’un monde totalement transparent où nul citoyen ne pourra échapper au regard intrusif de l’État. Et ses deux piliers sont déjà en place : la puce RFID sous-cutanée et le paiement digitalisé.

    Vivre avec une puce électronique sous la peau, c’est désormais possible et même recommandé à en croire ses promoteurs. Le stockage de données personnelles  permettrait d’améliorer nos capacités d’êtres humains par la biotechnologie et d’optimiser notre rapport à l’environnement, en bref nous faciliter la vie et nous rendre plus efficaces. Plus besoin de badge pour s’identifier, de code pour déverrouiller son smartphone ou son ordinateur ni de carte bancaire pour payer.

    Le paiement sans contact qui acte de la disparition programmée des espèces est vanté par des arguments du même type : commodité et économie. Epargner les frais de la traque de la fausse monnaie ou les coûts de fonctionnement des distributeurs de liquidités, entraver les opérations illicites (drogue, prostitution, commerce des armes, évasion fiscale et travail au noir) et faciliter les paiements sont les principales raisons avancées par les décideurs financiers et politiques.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, unissez vous !

    - Programme du PCm (Parti Communiste Maoïste) 

    Je précise que je ne suis pas maoïste, pour des raisons que je n'expliquerai pas ici. Je trouve néanmoins ce programme très pertinent sur bien des points. Par ailleurs, il s'agit du texte fondateur du nouveau parti communiste maoïste en France : il a donc toute sa place sur ce blog qui se veut un lieu d'information et d'échange entre communiste marxiste-léniniste.

    Un commentaire d'un camarade M-L, à la suite, apporte un éclairage historique et théorique très précis sur ce qu'est le maoïsme et sur ce programme...

     

    Programme du Parti Communiste maoïste

    Sommaire

    1. Notre programme p.3

    2. L’impérialisme et notre lutte p.4

    3. Sur la situation en France p.8

    4. Notre idéologie, le marxisme-léninisme-maoïsme p.10

    5. Les 3 instruments de la révolution p.14

    6. La Guerre Populaire Prolongée p.17

    7. Le mouvement ouvrier et la classe ouvrière p.18

    8. Le mouvement de masse p.21

    9. En avant dans la lutte révolutionnaire ! p.21

    ====

    1. Notre programme

    L'objectif stratégique du Parti Communiste maoïste en France est d'instaurer et construire le socialisme, et ouvrir la voie au communisme en lien avec les autres peuples du monde.

    Ce programme, prenant source dans les résultats du 1er Congrès – Congrès d’Unification des maoïstes, a pour tâche d’unifier les éléments d’avant-garde du prolétariat, particulièrement ceux de la classe ouvrière, autour d’une compréhension politique claire de la situation. Cela est nécessaire afin de diriger correctement la lutte pour mener avec succès la révolution dans notre propre pays. Le Congrès d’Unification et ce programme en sont la base.

    Pour lire la suite, téléchargez le PDF ci dessous :

    Télécharger « Programme_PCm.pdf »

    COMMENTAIRE DE TML :

    Bonjour, camarade !

    En ces temps où l'on "fête", dans certains cercles, allant de Xi Jinping à "nos" PCM, PCMLM, OCML-VP, en passant par les EP du camarade Patrice Jullien, et d'autres, le cinquantenaire de la GRCP (Grande Révolution Culturelle Prolétarienne), je comprends bien tes interrogations.


    En ce qui concerne ce programme du PCM, il est, dans une large mesure, correcte sur ses bases marxistes-léninistes, jusqu'au point où, précisément, il tente d'y greffer le maoïsme.


    Tant le camarade Viriato, qui fut membre, sous le régime de Pinochet, d'un parti qui, s'il existait encore, serait peut- être "mlm", aujourd'hui, que moi-même, qui fut militant, dès après 1968, du groupe VLC-VLR, (le premier en France à avoir utilisé la terminologie "mlm") et cela dans une cellule de banlieue ouvrière, à l'usine du Joint Français, à Bezons, côtoyant également quotidiennement les militants de la GP, je pense que nous pouvons parler de choses que nous connaissons.

    Toutefois, je suis resté moi-même plein d'illusions en ce qui concerne la GRCP et ses conséquences, jusqu'à ce que je me mette à étudier sérieusement l'histoire, ces dernières années, afin d'y comprendre quelque chose.

    Tant ce texte du PCM que celui de l'OCML-VP nous présentent la GRCP comme une sorte de "révolution dans la révolution", et un moyen de "restaurer" le pouvoir de la classe ouvrière, qui aurait été "confisqué" par la bureaucratie et les "révisionnistes"...


    La seule vraie question, camarade, est bien celle du pouvoir de la classe ouvrière. Où et quand a-t-il été établi en Chine, en dehors des affirmations de la propagande maoïste ?

    Que la lutte de libération nationale en Chine, finalement principalement dirigée par Mao, ait drainé vers elle une grande partie du prolétariat rural, c'est un fait incontestable. Qu'elle lui ait fourni ses principaux contingents de combattants, également. Mais quel était devenu le rôle de la classe ouvrière dans cette histoire?

    A partir de l'écrasement de l'insurrection de Shanghai, puis de l'échec de celle de la "Moisson d'automne", en 1927, le rôle de la classe ouvrière est pratiquement réduit à néant,  et Mao s'appuie essentiellement sur des cadres issus des classes moyennes, de la paysannerie  aisée et "moyenne" et de la bourgeoisie nationale.


    Lorsque le PCC prends le pouvoir en 1949, il rallie une bonne partie de la bourgeoisie industrielle encore existante dans les villes, dont l'exemple emblématique est Rong Yiren, qui occupa constamment de hautes fonctions, avec la bénédiction de Mao, et a été, en quelque sorte, mis au vert, brièvement et discrètement, pendant la GRCP, sans que cela n'affecte réellement ses affaires, aujourd'hui gérées par sa descendance...


    La "bureaucratie" qui prend donc le pouvoir, en 1949, c'est bien essentiellement celle de Mao, même si des "clans" s'y font rapidement jour, notamment à cause de l'incompétence de Mao pour l'industrialisation "lourde" du pays, qu'il ne souhaitait pas comme priorité, alors que c'est évidemment la base du développement, et du développement socialiste, particulièrement.


    Sa "stratégie" économique des "communes populaires" tendait à se passer du développement du prolétariat urbain, et d'une classe ouvrière déjà livrée aux mains des bureaucrates, et dont il ne souhaitait manifestement pas le réveil.


    Le tristement fameux "Grand Bond en avant", entre autres initiatives politiques maoïstes, est l'apogée de cette politique de refus d'une stratégie de développement économique cohérent.


    Y avait-il dans le PCC une faction réellement communiste prolétarienne à cette époque ? On ne peut qu'en douter sérieusement, même s'il n'est évidemment pas exclu que des membres isolés du PCC, notamment dans l'industrie, aient tenté d'avancer dans ce sens, dès les débuts de la Chine libérée.


    L'échec catastrophique du "Grand Bond en avant" entraina le déclenchement de luttes de fractions intenses au sein de la bureaucratie, qui se terminent avec la GRCP, restituant un nouvel et fragile équilibre entre les factions.

    On peut s'amuser à qualifier de "gauche" celles de la future "bande des 4", mais elle était violemment opposée à une autre "gauche", celle de Lin Biao... On peut décerner le "centre" à Zhou Enlai et Hua Guofeng, et "droite" à Liu Shaoqi et Deng Xiaoping, mais ce dernier, comme Rong Yiren, a toujours été protégé par Mao...


    Où est la lutte de classe là dedans ?  


    Si la GRCP a mis la classe ouvrière en mouvement, ce fut évidemment par la force des contradictions explosives de cette société nationale bureaucratique, et non du fait d'une volonté politique maoïste.


    La nouvelle insurrection ouvrière de Shanghai, 40 ans après celle de 1927, fut écrasée dans le sang dès Avril 1968, sur les ordres de Mao. Quelques "cadres récupérés" qui ont survécu à cette répression seront dès lors les otages de la bureaucratie, et sans pouvoir réel, totalement coupés des masses.  

    Que Mao en ait appelé aux "masses" et ait joué de l'ultra-démocratie contre la "bureaucratie", en apparence, pour restaurer le pouvoir de sa faction, c'est un fait, mais la nature de classe de cette agitation est restée tout à fait illusoire, comme le montre la tragédie de la Commune de Shanghai, entre autres.


    La "bourgeoisie" combattue par Mao est surtout celle qui ne voulait absolument plus lui faire allégeance, comme le montre la différence de traitement entre Liu Shaoqi et Deng Xiaoping, par exemple!

    En ce qui concerne l'aspect théorique du maoïsme, il suffit de relire "De la contradiction" réellement sans aucun à priori pour voir que cela ne tient pas debout, échappant même au simple bon sens.


    Surtout la première partie qui fonde sa théorie sur la "contradiction interne" comme principe quasiment exclusif de la dialectique. Le simple résumé de Staline, sur cette question, écrit à la même époque, rétablit évidemment la réalité de la dialectique et constitue quasiment une antithèse de la "philosophie" maoïste:

    « C’est pourquoi la méthode dialectique considère qu’aucun phénomène de la nature ne peut être compris si on l’envisage isolément, en dehors des phénomènes environnants ; car n’importe quel phénomène dans n’importe quel domaine de la nature peut être converti en non-sens, si on le considère en dehors des conditions environnantes, si on le détache de ces conditions : au contraire, n’importe quel phénomène peut être compris et justifié, si on le considère sous l’angle de sa liaison indissoluble avec les phénomènes environnants, si on le considère tel qu’il est conditionné par les phénomènes qui l’environnent. » (*)

    Il ne s'agit pas pour autant de restaurer un "culte de Staline", à la place du "culte de Mao" de notre jeunesse, mais simplement de restaurer, autant que faire se peut, la simple vérité historique et dialectique.

    Pour continuer à entretenir une vision légendaire de la GRCP et du maoïsme, il faut véritablement avoir envie de rejeter l'évidence historique, ne pas vouloir la voir, pour d'obscures raisons de nostalgie, ou bien être carrément de mauvaise foi, par un intérêt personnel bureaucratique, comme d'espérer quelques "retombées profitables" en provenance de Chine...

    Ceci-dit, en tant que lutte de libération nationale, le mouvement maoïste a eut sa grandeur, et sa Grande Heure, aussi, à présent passée. Il est donc compréhensible que des courants de lutte populaire dans les pays économiquement très arriérés, avec un fort prolétariat rural, soient encore attirés vers cette lumière relative. Cela n'en fait pas pour autant une avant-garde conséquente, comme l'a montré la triste évolution de la révolution népalaise, entre autre échecs du maoïsme.

    Ces quelques notes valent essentiellement pour les pages 12 et 13 du document du PCM, à partir de l'introduction de Mao dans l'exposé. Pour la suite, il y a aussi un mélange d'approches positives et d'approximations typiquement maoïstes, mais je ne peux pas y consacrer le  reste de mon temps actuellement, car ce n'est pas, manifestement, l'urgence.

    Pour l'anecdote, lorsque le PCM parle d'"unification", il parle d'un processus commencé avec l'OC-FR, elle-même issue de la décomposition du groupe JCML, dont le noyau était à Lyon, et qui fut un temps rattaché au ROCML, époque que j'ai bien connu, également...

    Ce processus a totalement échoué, et le nombre de militants "récupérés" par le PCM est probablement très réduit, s'il existe...

    Sur Lyon le "groupe" OC-FR survit, réduit littéralement à une paire de membres... Un autre duo existe aussi, sous le label "Unité communiste Lyon", pas un chat ne répond pour le PCM...


    Toute autre organisation "ml" ou "mlm" a disparu, ici, sauf à considérer une partie du MJCF, formellement rattaché au PCF, via FVR-PCF, et qui se pique un peu de marxisme-léninisme, sans que cela porte réellement à conséquence...


    Pour autant que je sache, donc, les effectifs du PCM ne doivent guère dépasser ceux de l'OCF ou de ces "duos"... Un "trio", voire un "quatuor" serait déjà impressionnant de leur part... [NDLR : D'après ce que j'en sais, l'OCF et le PCm sont plus de 4... voire beaucoup plus de 10... Il serait intéressant d'avoir les véritables chiffres...]


    Mais peu importe le nombre, si la qualité du travail militant est là, l'unité d'action doit être possible !

    Actuellement, avec les rares maoïstes lyonnais, malgré quelques propos en ce sens échangés en manifs, c'est chacun dans son coin...

    En conclusion provisoire sur ces sujets, camarade, il me parait évident qu'avec Marx et Lénine nous avons largement les outils théoriques, et plus que jamais affutés, pour comprendre la problématique moderne dans laquelle nous sommes.


    Plus toute l'expérience du camp socialiste, (et de ses alliés anti-impérialistes d'un temps, dont la Chine), dont il reste à faire un bilan réaliste, et à comprendre les causes de son effondrement.  

    Être ML actuellement, camarade, c'est une situation particulièrement déchirante, car nous pouvons avoir le sentiment de tenir entre nos mains l'outil dont les masses en mouvement ont besoin, sans pouvoir leur apporter, du fait de notre isolement, et encore plus, du fait du sectarisme des uns et des autres.

    Le mieux que nous puissions faire, c'est, comme tu le comprends bien, d'échanger sans préjugés ni sectarisme, ce qui n'implique pas de condescendance dans le débat, mais n'exclut pas non plus, au contraire, l'unité d'action la plus large, sur les bases dont le mouvement de masse a besoin.

    Tant que cette démarche reste incomprise, il y aura cette césure dramatique et tout à fait stérile, entre militants et mouvement de masse.

    Amicalement,

    TML

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • (NDLR: Cet article est le résumé d’une conversation que nous avons eue, avec le camarade Viriato, lors de la manifestation d’hier, 26 Mai, à Lyon.) 

    Suivi d'un article des camarades du PCM en fin, intitulé 

    "Loi « Travail » : Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine !"

    - Anti-loi El Khomri: Le point de la situation actuelle, après le 49-3 !Les manifestations contre la loi El Khomri laissent apparaître la situation suivante :
    Un rejet massif de cette loi de la part de l’ensemble de la population salarié. Cela signifie un rejet direct de la politique de Valls et d’Hollande.

    La droite et le Front National ont beaucoup du mal a capitaliser ce refus massif de la population salariée contre la Loi du Travail . La « gauche de la gauche » tente d’occuper ce vide politique, mais en ordre dispersé et sans présenter la moindre perspective crédible.


    Il y a un réveil syndical encore insuffisant mais constant d’une partie de la classe ouvrière, de ses secteurs les plus militants, se développant rapidement comte tenue du passé récent.


    Il est apparu, pour disparaître presque aussitôt, une forme d’expression sous prolétaire, lumpen-prolétaire, ainsi que de toute petite bourgeoisie, politique (même s’ils se défendent d’en faire), les « Nuits Débout ». Sans aucune perspective réelle, elle a tout donnée, c’est à dire, rien, avant de disparaître pratiquement. Les « intellectuels » qui s’y sont joints, n’ont pas soulevé le moindre intérêt parmi les travailleurs qui manifestent.

    Leur public est composé des jeunes dans l’enfance de la prise de conscience, des militants gauchistes et/ou anarchistes les plus déboussolés, des intellectuels en mal de renommée. Leur action se limite à bavarder de tout et de rien, en se prenant pour la forme la plus démocratique d’organisation et d’action. Leur faible bilan, que le gouvernement encourage en sous main, est parfaitement nul. Ex nihilo nihil.


    Les « casseurs » (dont on ne distingue plus les provocateurs de la Préfecture des ingénus ou détraqués, des enfants politiques) sont une expression constante à double caractère, d’un côté ils font le jeu du gouvernement, de l’autre ils apprennent les rudiments de la lutte des rues par la pratique. Il résulte presque toujours que cet apprentissage est le facteur le plus important.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A DIFFUSER SANS MODÉRATION !!!

     

     

    - PS, loi travail et 49-3 : Quand la bourgeoisie enterre sa « démocratie » et montre ce que vaut son « dialogue social »...

     
     

    - PS, loi travail et 49-3 : Quand la bourgeoisie enterre sa « démocratie » et montre ce que vaut son « dialogue social »...

     
      Pour aller plus loin : http://www.marxisme.fr/marxisme_en_bref.htm  

     

    Pour contacter l'OCF (Organisation des Communistes de France) >> ocf@kominform.org

    Document PDF à télécharger et à diffuser :

    Télécharger « ocf_mai_2016.pdf »

     

    Et histoire d'en rire... même si la réalité est catastrophique...

    - PS, loi travail et 49-3 : Quand la bourgeoisie enterre sa « démocratie » et montre ce que vaut son « dialogue social »...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le point confédéral de la CGT au soir de l'action et des manifestations du 19 mai [Ou, quand la CGT prend le train en marche, poussée par la base...]

    Par ailleurs nous reviendrons sur l'utilisation par le pouvoir de l'action des casseurs et de sa volonté manifeste de tenter d'interdire les manifestations en utilisant les violences qui sont organisées à leurs marges.
    _________________
     
    Journée d'action du 19 mai

    Jeudi 19 mai, près de 400 000 personnes ont rejoint les manifestations contre la loi Travail, soit près du double de mardi dernier, des dizaines de milliers d'autres étaient sur les barrages et les piquets de grève. 6 raffineries sur 8 sont arrêtées ; la grève est reconduite dans des ports comme Nantes-Saint Nazaire ou Rouen ;
    1 cheminot sur 3 est en grève ; chez Rhodia, 16 sites sur 18 sont en grève, les salarié-e-s des aéroports de Paris sont en grève reconductible, la mobilisation des routiers s'étend... Et ce ne sont que quelques exemples !

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA DUPLICITE DU PS

    La manoeuvre consistant à annoncer une soi-disant motion de censure de gauche avec juste deux voix manquantes pour empêcher sa présentation n’a guère trompé les travailleurs et les jeunes engagés dans le mouvement de lutte pour le retrait de la loi El Khomri. Le PS, par le biais de ses «frondeurs» qui ne remettent pas en cause la politique voulue par la bourgeoisie (les initiateurs de la motion avortée, qui de toute façon n’aurait pu obtenir les votes de la droite, comptaient sur un débat à l’Assemblée pour amender la loi et la rendre acceptable par les directions syndicales), avait besoin de provoquer une division des voix parlementaires pour se garantir de tout risque de chute du gouvernement.

    Les frondeurs, avec leurs alliés écologistes et du Front de Gauche, contribuent une fois de plus à sauver la social-démocratie. Alors que les institutions de la 5e République ont été mises en place pour maintenir le pouvoir de la bourgeoisie monopoliste, ils sèment, mais avec toujours moins d’efficacité, des illusions sur la «démocratie» et le «modèle social français».

    - CONTRE LA LOI EL KHOMRI, IL FAUT COMBATTRE LE CAPITALISME ET CEUX QUI VEULENT L’AMENAGER

    Le gouvernement accentue la répression et la fascisation de la société. Les casseurs, les provocations policières, ont pour mission de détourner la population de la lutte et aussi de faire diversion en dirigeant les mots d’ordre uniquement contre la répression et non plus contre le capital.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Nous reproduisons ci-dessous une analyse des récentes manifestations et sittings qui ont essaimé la France (et d’autres pays en Europe). A contre-courant des discours dominants qui présentent ces mouvements comme totalement spontanés, elle montre le projet caché qui les guide. Comme pour les révolutions colorées, le plus important est ce qui se passe en coulisse, à l’ombre des feux médiatiques…

    866164-prodlibe-manif-loi-travail-nuitdebout

    Manifestations violentes dans les grandes villes, nuit debout et ses tentes en plein cœur de la capitale. On pourrait croire que tout cela est le début spontané d’une révolution « citoyenne ». On pourrait aussi se borner à évaluer le degré de manipulation exercée par les partis politiques à leur encontre, à des fins purement électorales, avec de purs calculs d’appareils.

    Mais ce serait passer à côté de l’essentiel.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique