• Par Nicolas Bourgoin

    En condamnant huit salariés accusés de séquestration à des peines de prison ferme, fait inédit dans l’histoire des luttes syndicales des dernières décennies, le gouvernement a fait le choix de la confrontation sociale avec le monde du travail.

    Le parquet a ainsi maintenu les poursuites malgré le retrait des plaintes déposées par la direction de Goodyear suite à l’accord de sortie de crise signé le fin janvier 2014 avec les syndicats.

    L’objectif de ce coup de force politique est clairement d’intimider les salariés qui voudraient défendre leur outil de travail, enjeu crucial à l’heure où les « plans sociaux » se multiplient.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Extrait du CN du 23-01-2016 du PR-C

    Les élections passées, Hollande et son gouvernement annoncent la couleur pour 2016. Ils disposent pour cela du cahier de revendications du Medef.

    La lettre envoyée par le Medef à Hollande, signée par 150 multinationales fixe le cap.

    Les exigences du patronat sont reprises une par une dans les annonces du gouvernement qui veut aller vite.

    Le premier trimestre 2016 est la limite à atteindre pour appliquer « des mesures d’urgence contre le chômage ».

    Hollande comme Gattaz appellent à « l’union nationale » contre le chômage, et demandent à l’ensemble des partis politiques de soutenir leurs propositions.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Le bœuf voit rouge !!!Je vous propose un article tiré d'une lettre que j'ai reçue, intitulée "Pavé de bœuf : de la vieille vache dans votre assiette".

    Cette lettre démontre de façon détaillée comment l'industrie agro-alimentaire dans sa course à toujours plus de profit, empoisonne les animaux, et en retour nous empoisonne. 

    Certes, cette lettre ne va pas plus loin, mais c'est suffisamment éloquent pour en tirer les conclusions politiques et économiques qui s'imposent : Ce n'est que lorsque la collectivité toute entière aura retrouvé la maîtrise de ses moyens de production et d'échange, avec une ligne politique socialiste et écologique assumée que nous pourrons retrouver dans nos assiettes des aliments de bonne qualité.

    Cette lettre fait même froid dans le dos car ce qui est vrai pour le bœuf, est aussi vrai pour le poulet, les œufs, le cochon, les légumes, les fruits, le lait, etc. et on ne doute pas que si les animaux le pouvaient, ils se révolteraient.

    Malheureusement, les bœufs, les vaches et les cochons en sont incapables. Mais nous nous le pouvons ! Nous pouvons nous organiser et nous former pour la lutte, pour la révolution et la construction d'un véritable socialisme offrant une vie meilleure et plus saine !

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par Robert Bibeau.

    - Guerre et paix : La guerre militaire comme prolongement de la guerre économique.Dans Guerre et Paix, Tolstoï dévoile un paradoxe promis à un bel avenir. Alors que le XVIIIe siècle espérait des mœurs pacifiées et civilisées, alors qu’il rêvait de l’extinction d’une violence jadis considérée comme naturelle, celle-ci atteignit, avec les guerres napoléoniennes, des paroxysmes échappant à tout contrôle « humanitaire » (sic).

    La notion de crime contre l’humanité, juridiquement reconnue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, prétendit tracer une nouvelle frontière (culturelle et juridique) entre l’humain et l’inhumain. De fait, fut décrétés crimes contre l’humanité les exactions commises par le vaincu, une façon de prolonger juridiquement son tourment. Elle n’a cependant pas empêché l’escalade extrémiste, les purifications ethniques étatiques et la course aux armes de destruction massive… non pas en Irak ou en Iran, mais chez les pays totalitaires de l’Occident.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Union Soviétique : une Histoire Antifasciste !!!Article de Célestin Komov

    (Paru initialement sous le titre: « Le Rouge contre le Noir »)

    L’assimilation de l’Union Soviétique de l’époque de Staline à l’Allemagne hitlérienne est un des points clés de la propagande à laquelle on expose la population déjà depuis plusieurs décennies.

    Télévision, presse, radios, Internet, manuels scolaires, livres, ouvrages universitaires, expositions… tous clament avec acharnement que l’URSS a été un pays terrible, un Empire du mal… qu’au XXe siècle il y a eu deux monstrueux totalitarismes qui se valent : celui de Hitler et celui de Staline. La différence entre eux se réduirait à la couleur ; l’Union Soviétique de l’époque de son essor aurait été non pas l’antagoniste principal du fascisme, mais son homologue : le « fascisme rouge », alias communisme.

    Il faut reconnaître que cette opération idéologique anti-soviétique et anti-communiste a été vraiment très réussie. Aujourd’hui, l’écrasante majorité des Français croit fermement et aveuglement au canular.

    Notons, en plus, l’efficacité multiple de la feinte : tout en dénigrant l’Union Soviétique (et avec elle l’idée communiste en tant que telle, ainsi que tous les mouvements qui s’en inspirent), elle permet du même coup de blanchir le fascisme, ou en tout cas de diluer son aura négative, en préparant le terrain pour sa remise à l’ordre du jour sous de nouvelles formes ; sans parler du dédouanement du capitalisme, délivré ainsi du fâcheux contre-exemple difficile à refouler.

    Pour y voir plus clair, attardons-nous d’abord sur quelques aspects de l’URSS d’avant la guerre, qui sont soigneusement occultés ou déformés par les falsificateurs de l’Histoire.

    Le stalinisme, qui à présent n’est associé qu’aux répressions et aux souffrances, a eu en réalité de nombreux aspects très progressifs dont aucun manuel d’histoire ne dit aujourd’hui un seul mot. Nous n’allons évidemment pas nier qu’il y a eu des répressions, des exécutions, des victimes innocentes… C’est un terrible drame qu’ont vécu nos propres grands-parents et arrière-grands-parents.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - Déchéance de nationalité : que cache la révision de la Constitution ?Par Nicols Bourgoin

    Depuis les attentats de janvier, et plus encore depuis ceux de novembre, la fenêtre est grande ouverte à toutes les régressions liberticides. Le phénomène n’est pas nouveau : la présidence Sarkozy s’était faite une spécialité de promulguer une loi sécuritaire en réponse à chaque fait divers violent et médiatisé. Mais il atteint depuis un an une ampleur inédite à tel point que les garde-fous constitutionnels constituent désormais des obstacles à lever. Si les réformes de la Constitution se poursuivent dans l’indifférence générale, elles sont pourtant lourdes de conséquences. Il s’agit de normaliser et pérenniser des mesures relevant du droit d’exception avec un objectif clair : renforcer le pouvoir exécutif au détriment du pouvoir judiciaire tout en fabriquant des inégalités juridiques entre « Français de souche » et personnes d’origine étrangère. Derrière ce qui est présenté comme une simple mesure technique (faciliter la déchéance de nationalité des « bi-nationaux ») se cache en réalité un coup d’État juridique.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La nation doit être souveraine, libre de décidée de sa destinée et donc non assujettie à d’autres nations ou groupement de nations. C’est ce que vous dira tout véritable communiste…

    La question essentielle est : c’est quoi une révolution nationale ?

    Prenons l’exemple suivant : Un peuple se soulève et chasse le gouvernement exécrée… (Vous voyez duquel je parle…).

    Cependant, la très petite minorité qui possède tout, reste aux commandes. Cette minorité, en France, représente 500 familles qui possèdent toutes les grosses entreprises industrielles, commerciales, médiatiques et autres, les sols, des parcs entiers de logements privés, les banques et assurances, etc.

    Dans ce cas, peut on dire que la Nation appartient au peuple dans son ensemble ? Ne peut-on pas plutôt affirmer que la Nation toute entière reste entre les mains de ces 500 familles ? 

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Tout comme dans les années 30, ce sont les socialistes qui ouvrent la voie au fascisme ! (Ils ont mis en place Hitler et Pétain, Mussolini et Franco... En France, le 10 juillet 1940, les 2/3 des députés socialistes ont donnés les pleins pouvoirs à Pétain)

    Au service des patrons, ils mettent en place un état de plus en plus dictatorial car la "démocratie" bourgeoise s'enlise (60% d'abstention récurrente, perte totale de confiance dans les élus, les partis et les syndicats qui sont tous au service du capital).

    Au final, et à cause du manque de perspective révolutionnaire, ce sera l’extrême droite qui aura la préférence... 

    L'Histoire se répétera tant que les peuples n'auront pas mis à bas le capitalisme !

    - L'Histoire se répétera, tant que les peuples n'auront pas mis à bas le capitalisme...

    - L'Histoire se répétera, tant que les peuples n'auront pas mis à bas le capitalisme...

    - L'Histoire se répétera, tant que les peuples n'auront pas mis à bas le capitalisme...

    - L'Histoire se répétera, tant que les peuples n'auront pas mis à bas le capitalisme...

    N'OUBLIONS JAMAIS LES LEÇONS DE L'HISTOIRE !

     

    Sur le même sujet :

    http://www.mariosousa.se/quiavaitpayeetarmehitler.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Collaboration_en_France#Les_partis_collaborationnistes

    http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3101

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/12/31/alerte-une-nouvelle-maladie-contamine-gravement-la-rose/

    http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/ps-republicains-fn-tous-a-l-oeuvre-contre-le-peuple-communique-du-prc-a119690214

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires