• NDLR : la publication de ce texte n’engage pas la ligne éditoriale du blog, et notamment concernant les éléments d’appréciation concernant l’influence du PS et du PCF sur la classe ouvrière. Le débat est ouvert...

    - La conscience de classe et le parti révolutionnaire (Une contribution au débat,  de la part du camarade V)Aujourd’hui en France il n’y a pas une organisation politique communiste.

    Cependant, il y a des milliers des communistes militants dans divers partis et groupes. Il y en a un nombre important qui ne trouvent pas d’organisation conforme à leurs idées.

    Le PS est un parti bourgeois avec encore une base électorale de travailleurs.

    Le PCF qui maintient encore une certaine base militante de travailleurs (inférieure à sa composante petite bourgeoise) est passé depuis longtemps au service de la bourgeoisie tout en gardant une image de gauche et même communiste dans certains secteurs.

    Son enracinement dans la classe ouvrière est un atout électoral et potentiellement militant qu’il conserve encore.

    LO est un groupe centriste, qui se prétend trotskyste sans l’être et qui pratique une forme d’anarcho-syndicalisme. Politiquement, depuis quelques années, ils dérivent à droite.

    Le NPA est un groupe pro-impérialiste en politique internationale et social- démocrate de gauche en interne, avec divers courants internes, quelques uns d’un discours acceptable mais qui cohabitent avec des secteurs très à droite.

    Le POI, divisé pratiquement en deux, passe d’un courant purement syndicaliste à un courant confus où se mêle le nationalisme à une forme abstruse de dogmatisme autoritaire en interne et sectaire en externe avec des courants de droite municipale. L ‘autre groupe qui se revendique de cette tradition et de ce nom, ne fait pas mieux.

    Tous ces groupes plus ou moins importants se réclament, à tort, il faut le reconnaitre, des diverses chapelles du trotskisme.

    Tous ces partis, sauf le Socialiste et le Communiste (sauf quelques unes de ses fractions plus ou moins intégrées ou en dehors du parti) présentent des déformations organisationnelles et/ou une interprétation totalement dévoyée du centralisme démocratique.

    Comme conséquence de la pression bourgeoise, la plupart pratiquent un système autoritaire, abusif, qui a empêché et/ou réprimé toute discussion et ainsi saboté le travail, déformé la pensée et permis le travail de tous les opportunistes.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • - L'URSS de Khrouchtchev était-elle Impérialiste ?L'URSS de Khrouchtchev était-elle Impérialiste ? Question qui a son importance...

    Parmi les groupes qui se réclament du marxisme-léninisme, les positions divergent à ce sujet. Ce n'est pas anodin.

    Certains, comme le PRCF et l'URCF (devenu depuis PCRF), considèrent que l'URSS de Khrouchtchev était toujours socialiste (Le PRCF pense la même chose de la Chine aujourd'hui...).

    Télécharger « ReconstitutionBourgeoise.pdf » (Le texte du camarade Jean-Luc Sallé †)

    D'autres, comme l'OCF, considèrent que cette URSS révisionniste n'était plus socialiste et affirment qu'elle était déjà arrivée à un stade impérialiste puissant.

    Télécharger « Ce_que_sont_les_amis_de_l_URSS.pdf » (Le texte du camarade Vincent Gouysse)

    D'autres camarades, comme TML, tout en considérant que cette URSS n'était plus socialiste, en était à un stade impérialiste en construction, donc pas encore abouti dans sa forme puissante, monopoliste... (Voir plus bas sa contribution, ainsi que celle du camarade WH)

    La rédaction de "Reconstruction communiste" est très proche de l'OCF avec quelques réserves sur l'appellation "sociale-impérialiste" ou "social-fasciste" de l'URSS de Khrouchtchev.


    On peut caractériser l'URSS de Khrouchtchev comme désagrégation progressive du socialisme et reconstitution progressive du capitalisme et de l'impérialisme en notant que dès Khrouchtchev a eu lieu le bon qualitatif qui faisait que l'URSS ne peut plus être qualifiée de socialiste. Elle était donc capitaliste. (Effectivement, notre stade historique de développement ne comporte que deux possibilités : capitalisme ou socialisme-communisme).

    Mais comment qualifier le stade de capitalisme et d'impérialisme qui s'est instauré à cette époque et comment a-t-il évolué de nos jours ? Voilà la vraie question si on veut avoir une vision exacte de la réalité...

    Il est clair que c'est déjà une forme de capitalisme et d'impérialisme même si embryonnaire. C'est en cela que nous ne sommes pas d'accord avec le texte de Jean-Luc Salé (URCF) qui considère que c'est toujours du socialisme et que du coup nous sommes plus proche de celui de Vincent Gouysse même si nous ne partageons pas tout.


    Il faut aussi prendre en compte que même si cette URSS révisionniste n'était pas encore à un stade impérialiste avancée, elle se comportait vis à vis des autres pays frères comme une puissance impériale, dominante, qui dictait ses exigences et faisait pression sur eux si ceux-ci rechignaient. A ce titre le texte de Hoxa "Les khrouchtcheviens - souvenirs" est tout à fait parlant, même si ici nous ne partageons pas tout non plus.

    Télécharger « Enver_Hoxha_Les_Krouchtcheviens_Souvenirs.pdf » (Le texte du camarade Enver HOXA)


    Bref, si on veut avancer, sans mettre de côté ce qui nous différencie, voyons déjà ce qui peut nous réunir et avançons prudemment, sans sectarisme et avec un esprit ouvert sur ce qui nous différencie... Seule la vérité est révolutionnaire et c'est cela que nous devons rechercher.

    Ce qui importe aujourd'hui, c'est que tous ceux et toutes celles qui se réclament du Marxisme-Léninisme puissent continuer à dialoguer, se rencontrer et construire ensemble.

     

    VOICI LA CONTRIBUTION DU CAMARADE TML (suivie par celle de WH) :

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • - Maoïsme et/ou marxisme-léninisme ? (Inédit de Mao : "voie chinoise" ou révisionnisme?)Contrairement à une idée reçue, Mao Zedong a soutenu la politique de Khrouchtchev concernant la liquidation des Stations de Machines et Tracteurs en URSS…

    Si par la suite le PCC s’est officiellement opposé à la ligne du XXème Congrès du PCUS, il n’en avait pas moins commencé par s’opposer encore plus nettement, en ce qui concerne la construction du socialisme, à la ligne du XIXème, où Staline et les marxistes-léninistes ont défendu la survie des SMT comme élément essentiel du développement économique socialiste.

    Contrairement à une idée également très répandue, en 1952, à la veille du XIXème Congrès, la domination de la ligne marxiste-léniniste était loin d’être assurée en URSS… Les propositions faites à cette occasion et les débats du congrès en attestent. A peine plus de 10 ans après l’invasion fasciste hitlérienne, l’URSS n’en était pas moins déjà redevenue une des premières puissances mondiales.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Face aux mascarades médiatiques qui entretiennent la confusion, il est grand temps de remettre les pendules à l'heure : Etre antisémite et être anti-sioniste, ce n'est absolument pas la même chose...

    Un antisémite est quelqu'un qui est contre les juifs à cause de leur religion, comme certains seront contre les musulmans à cause de leur religion.

    Etre anti-sioniste c'est être contre un mouvement politico-religieux à caractère fasciste, capitaliste et impérialiste.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - 60 millions de Français désormais sous surveillance... Tout en protégeant les vrais "assistés"Dans un silence médiatique assourdissant, le gouvernement vient d’autoriser la création d’un monstre informatique recensant les données biométriques de 60 millions de Français : le fichier des Titres Électroniques Sécurisés.

    Regroupant toutes les données à caractère personnel communes aux passeports et aux carte d’identité, comme les empreintes digitales, le domicile, l’adresse de messagerie électronique ou encore les coordonnées téléphoniques de (presque) l’intégralité de la population française, et accessible à tous les services administratifs, il est le rêve absolu de n’importe quel État policier…

    Combattu par le Parti Socialiste quand il était dans l’opposition, le fichier TES a finalement vu le jour. Le décret, publié en plein week-end de la Toussaint, est passé totalement inaperçu des médias (à l’exception du site Nextinpact). Il est pourtant lourd de menaces pour la protection de la vie privée et des libertés publiques, légalisant ni plus ni moins la surveillance globale de tous les citoyens.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires