• Le capitalisme s'est développé de façon inégale dans le monde depuis 500 ans. Les puissances mondiales ont émergé ou vont émerger dans cet ordre : Italie, Espagne, Portugal, Angleterre, France, Allemagne, Etats-Unis, Japon, Chine, Inde. L'Afrique sera sans doute le continent où se situeront les prochaines puissances mondiales.

    Au début, le monde était divisé en pays capitalistes (l'Europe) et pays non capitalistes. L'extension du commerce mondial était une nécessité du capitalisme. Il fallait sans cesse trouver de nouveaux marchés pour vendre les marchandises produites. Les exportations de marchandises ont apporté partout le capitalisme.

    Malgré tout, le monde restait divisé entre pays capitalistes avancés et industrialisés et pays capitalistes non développés.

    Les premiers ont commencé à exploiter les seconds. Dans les pays capitalistes avancés, le taux de profit de l'industrie a très vite baissé à cause du développement des machines. Dans les pays capitalistes peu développés, il était possible de réaliser des profits très importants avec une main d’œuvre peu chère.

    Les pays capitalistes avancés ont donc commencé à exporter leurs usines dans les pays peu développés. Peu à peu, les pays capitalistes avancés sont devenus des pays consommateurs et les pays peu développés se sont développés en devenant des pays producteurs.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les Autorités lancent l’assaut contre l’homéopathie

    Chère lectrice, cher lecteur,

    Ça y est :

    « L’Espagne déclare la guerre à l’homéopathie », titrait la presse nationale vendredi 16 novembre 2018.
    « Madrid lance un plan pour expulser des universités et des centres de santé toutes les thérapies non validées scientifiquement. », a annoncé le journal Les Echos.

    Le même jour, l’assaut a lieu en Belgique, où l’homéopathie commence à être déremboursée également [1].

    Cela fait suite aux déclarations belliqueuses contre l’homéopathie qui se succèdent en France [2] et en Angleterre [3].

    Partout, l’argument est le même : l’homéopathie, et les autres médecines alternatives :

    « posent un réel danger pour la santé publique, car certains patients substituent ou retardent leurs traitements conventionnels et s’exposent à une détérioration de leur situation voire, dans certains cas, à une réduction de leurs possibilités de guérison.  [4] »

    La notion de « perte de chance », levier de la dictature médicale

    C’est la notion de « perte de chance » appliquée à la médecine.

    Selon cette théorie, les produits inefficaces peuvent faire du tort aux patients même s’ils n’ont aucun effet néfaste. En retardant la prise de remèdes efficaces, ils prolongent la maladie ou laissent la situation du malade s’aggraver. Les Autorités sont fondées à les interdire « pour votre sécurité », comme on nous répète désormais chaque fois qu’on nous supprime encore une liberté.

    Comme le disait très justement l’éditorialiste Alexandre Imbert :

    « Le concept de « perte de chance » est le levier de la dictature médicale et il vous empêchera, un jour ou l’autre, de vous soigner comme vous voulez.  [5] »

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - 17 NOVEMBRE 2018 : ON A RAISON DE SE RÉVOLTER !Défendre le climat ? Elle bien bonne ... !

    Les sans-dents sont de sortie. Un mouvement d’une ampleur inégalée va occuper le terrain favori des révoltes et des protestations : la rue.

     

    La compréhension de l’illusion électorale se faisait jour depuis longtemps dans ce pays. Mais là, trop c’est trop. Les urnes ont trop longtemps servi de tombeau des illusions, les « sauveurs suprêmes » ont tellement menti, que le peuple a décidé de s’exprimer lui-même.

    Au-delà du prix du carburant auquel tous les médias, les politiques et les directions syndicales tentent d’essayer de cantonner le mouvement du 17 Novembre, c’est bien à une prise de conscience globale dont notre peuple fait l’expérience.

    Car loin de « l’enjeu climatique », cache sexe des politiques d’appauvrissement et d’asservissement idéologique, le peuple de France en a assez. Assez de payer des impôts (qui vont où ?), assez de la suppression, d’hôpitaux, de maternités, (au profit de qui ?) ; assez, après une vie de labeur, de recevoir une retraite misérable...

    Il faut en finir avec ce mythe de « l’enjeu climatique ». Si demain nous payons plus cher le carburant nos voitures seront-elles moins polluantes ? Evidemment non ! Donc on nous punit. Punis d’avoir besoin d’une voiture pour amener ses gosses à l’école, punis d’aller au boulot en bagnole, punis d’avoir besoin d’un utilitaire pour être artisan, ambulancier ou marchand ambulant.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • - 17 NOVEMBRE : CE QUE DISENT LES SONDAGES … Écologie, Voiture électrique, Capitalisme !!!(Huffpost) CARBURANT – Plus des trois quarts des Français (78%) estiment « justifié » l’appel à bloquer les routes le 17 novembre pour protester contre la hausse du prix du diesel, contre 22% qui le réprouvent, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour France Info et le Figaro publié jeudi 1er novembre.
     
    ***********
     
     
     
    NDLR : CE QUE VALENT LES SONDAGES …
     
    « Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet les 30 et 31 octobre 2018,représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. (Ouest-France) »
    « Le sondage a été réalisé selon la méthode des quotas sur la base d’un échantillon de 988 Français, âgés de 18 ans et plus, interrogés par internet les 30 et 31 octobre 2018. (Huffpost) »
     
    Ce que notent la plupart des observateurs, c’est que ce mécontentement et cette revendication sont « transversaux » entre la base de tous les courants politiques. Donc, même s’il y a une distorsion manipulatoire des sondages, ils ne peuvent que constater la réalité de l’impact de cette revendication sur les catégories populaires les plus modestes, question ressources et niveau de vie.
     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • et à leurs avatars pseudos- « marxistes-léninistes »,

    « marxistes révolutionnaires » et autres « syndicalistes révolutionnaires »…

    En forme de rafraîchissement de mémoire historique…

    - A PROPOS DU 17 NOVEMBRE… LETTRE OUVERTE AUX SYNDICATS ET PARTIS « DE GAUCHE »Actuellement, l’unanimité est faite au moins sur un point entre toutes ces « élites » et « avant-gardes » autoproclamées de la « gauche » française : aucune n’apporte son soutien au mouvement du 17 Novembre, hormis Mélenchon et Ruffin, à titre « personnel » et du bout des lèvres (*), et, naturellement, sans engager leurs « troupes » en voie de déliquescence.

    Plusieurs de ces « institutions », la CGT, le journal « l’Humanité », les syndicats « solidaires », le NPA, LO, etc…, se sont même très officiellement fendues d’articles et de communiqués pour condamner, en fait, toute participation  « de gauche » à ce mouvement.

    Le prétexte affirmé est évidemment la tentative de « récupération » dont ce mouvement est l’objet par la droite nationaliste et l’extrême-droite, DLF, RN (ex FN), et d’autres activistes de ce bord.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - A quoi ressemblera le communisme et comment l’instaurer

    [Avec un commentaire de TML en fin d'article]

    On m’a récemment demandé (à WH) à quoi ressemblerait la société communiste future avec les moyens modernes.

    Cet article en plusieurs parties a pour but de répondre à trois questions :

    - Pourquoi le communisme est nécessaire et inévitable,
    - À quoi ressemblera la société communiste future,
    - Ce que le passé nous apprend sur comment changer la société.

     

    I- La révolution politique


    Le point de départ est la question politique. Aucun changement ne peut être fait sans le pouvoir. Sans le pouvoir, les belles idées restent à l’état de projet.

    Le constat est simple : le système politique actuel est une dictature. C’est une dictature hypocrite, une dictature qui ne dit pas son nom.

    La démocratie est le masque du pouvoir financier. Tout est en réalité sous contrôle d’une oligarchie qui contrôle les élections grâce aux médias. Tout est fait pour qu’on élise les marionnettes de l’oligarchie. Banquiers, avocats, médecins et cadres sont la majorité des élus, ils ne sont donc pas du tout représentatifs.

    Une fois au pouvoir, ils sont contrôlés par les lobbys. Le peuple lui, n’a plus son mot à dire. Le peu de pouvoir que ces élus ont, ils l’utilisent pour renforcer le pouvoir des grandes entreprises, de la finance, etc. Ainsi la dictature du grand capital est inscrite dans l’ADN même de la « démocratie ». [NDLR : Nous pouvons l'appeler la démocratie bourgeoise, en opposition à la démocratie prolétarienne. Car il n'existe aucune démocratie de façon conceptuelle qui serait vide de "qui dirige ?", "qui possède ?"...]

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • - La voiture électrique est une vaste fumisterie ! Vive l'essence !Carlos Tavares (patron de PSA)
    "Le monde est fou. Le fait que les autorités nous ordonnent d'aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tournant.


    Je ne voudrais pas que dans 30 ans on découvre quelque chose qui n'est pas aussi beau que ça en a l'air, sur le recyclage des batteries, l'utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge? 


    Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?


    Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?
    Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ? 


    Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ? 
    Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ?
    Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétal pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ? 


    Je m'inquiète en tant que citoyen, parce qu'en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible. 
    Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels."

    STÉPHANE LHOMME 
    (Directeur de l’Observatoire du nucléaire)
     

    - Le cycle de vie d’un véhicule électrique le rend aussi polluant qu’un véhicule thermique. 
    Le subventionner n’a pas de sens, explique le directeur de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme.


    La fabrication des batteries est tellement émettrice de CO² qu’il faut avoir parcouru de 50 000 à 100 000 km en voiture électrique …. Pour commencer à être moins producteur de CO² qu’une voiture thermique. Soit 15 à 30 km par jour, 365 jours par an, pendant 10 ans !

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires