• - Après le succès incontestable du 9 mars ... la suite jusqu'à la victoire ! Suivi de "Pas le droit de reculer !" + Vidéos et photos

    - Après le succès incontestable du 9 mars ... la suite jusqu'à la victoire !Personne ne peux contester l'ampleur des manifestations surtout pour un galop d'essai qui aux dires de plusieurs commentateurs surpasse les premières manifestations qui ont enclenché les luttes et la victoire du CPE il y a 10 ans.

    Plus de 200 manifestations, des centaines de milliers de manifestants mêlant jeunesse étudiante, salariés, précaires, sans emploi ...

    De quoi donner du tonus pour faire monter la pression dans les jours qui viennent face à un gouvernement inquiet mais qui va manoeuvrer en s'appuyant sur les syndicats soumis, CFDT en tête.

    Déjà l'UNEF annonce une journée nationale d'action dès le 17 mars...

    - Après le succès incontestable du 9 mars ... la suite jusqu'à la victoire !

    Alors faisons monter partout le mouvement jusqu'à ce qu'il devienne irrésistible, engageons la bataille pour convaincre autour de nous les indécis en sachant qu'une majorité de la population soutient le mouvement, adressons nous hardiment à nos amis, à nos familiaux, à nos collègues ...

    La jeunesse se porte aux avants postes; à nous de nous placer à ses côtés jusqu'au retrait pur et simple de ce projet de loi scélérat !

    ________________

    Projet de Loi travail : l'Unef appelle à une "nouvelle journée d'action" jeudi 17 mars

    L'Unef, premier syndicat étudiant, a appelé à une "nouvelle journée d'action" le jeudi 17 mars "dans toutes les universités" pour demander le retrait du projet de réforme du droit du travail, après une première mobilisation mercredi qualifiée de "succès".
    "C'est une très bonne journée de mobilisation, sachant qu'on n'a eu que deux jours pour la préparer", s'est félicité auprès de l'Agence France-Presse le président de l'Unef, William Martinet, affirmant que des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté mercredi partout en France.

    "Très encourageante"
    "C'est la meilleure réponse qu'on pouvait apporter au gouvernement, en tapant du poing sur la table !" a-t-il ajouté tout en déplorant l'absence de "toute prise de contact" de la part du gouvernement. "Peut-être qu'après cette journée, le gouvernement se rappellera qu'il y a des jeunes dans ce pays", a-t-il dit.


    Michaël Jeanjean, porte-parole des Jeunes Écologistes, a pour sa part jugé cette journée "très encourageante pour la suite". "C'est un mouvement d'ampleur par rapport au CPE", a-t-il affirmé en référence à la mobilisation contre le contrat première embauche voulu, puis abandonné par la droite il y a dix ans.


    après le succès incontestable du 9 mars ... la suite jusqu'à la victoire!
     
     
     

    Pas le droit de reculer !

    par Union Locale CGT de Béthune

    Il n’y a pas photo ! Quand la CGT du Bassin Minier Ouest a décidé d’entrer en lutte pour exiger le retrait de la Loi pourrie Khomry, c’est pour l’amplifier par la dynamique collective ! 

    Et ce 9 mars, nous avons commencer une démonstration de force, bien plus déterminée que la première en 2010... mais de la résistance passons à l'offensive.

    Qui, quel travailleur, quel jeune, quel retraité, quel demandeur d’emploi…peut accepter un tel sacrifice des années d’histoire de conquêtes sociales et de luttes pour arracher un Code du Travail, des conventions collectives et des statuts ?

    A moins d’être réactionnaire et d’accepter un retour au 19ème siècle, à moins d’être assez idiot pour accepter d’être sacrifier sur l’autel du profit jusqu’à la mort, à moins d’être assez égoïste pour accepter que les futures générations soient encore plus malléables, flexibles et corvéables… rien n’est acceptable dans cette réforme qui est un défi aux syndicats mais aussi aux travailleurs.

    De ce fait, la situation est limpide, la seule solution non négociable, c’est bien le retrait de ce projet, et il va falloir l’arracher par nos luttes… On le casse collectivement ou il nous casse individuellement !  

    Mais chers(es) camarades, le pouvoir est têtu car il est aux ordres, le pouvoir veut négocier avec ses partenaires officiels, car d’avance il savait que la contestation allait venir, le pouvoir savait que le projet serait intenable, donc aujourd’hui il veut négocier ce que nous appelons le « poids des chaînes », ceci n’est qu’une diversion pour passer et casser le Code du Travail, détruire les conventions collectives et les statuts, d’une part pour les régionaliser, d’autre part pour privatiser le peu de services publics qui résistent, et enfin pour ratatiner le rôle des syndicats afin qu’ils n’œuvrent plus dans la lutte des classes.

    Alors laisser passer cette réforme, c’est amorcer la suite, cette suite promise dans les discours politiques d’une campagne présidentielle déjà amorcée. Et c’est la surenchère, c’est le mensonge et la haine, c’est à celui qui promettra le plus de destructions des droits et acquis, avec des paroles infâmes dans des discours démagogiques, afin que les travailleurs s’opposent entre eux-mêmes.

    Aussi, chers(es) camarades, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes, sur notre force collective de persuasion à l’encontre de nos collègues, voisins, familles, mais aussi dans les quartiers populaires et à la sortie des lycées et facultés.

    Oui la bataille va être rude, mais nous devons la gagner ! Et la seule manière de la gagner, c’est la grève, l’arrêt de la production, l’arrêt des services publics, les manifestations de masse, ce sont là des armes qui sont ENCORE à notre disposition.

    Oui ENCORE, car la prochaine étape sera de restreindre ce droit de lutter, de faire grève, de distribuer des tracts et de manifester… il faut être conscient de ce danger qui nous guette, un danger qui se rapproche avec les lois sécuritaires qui sont annoncées.

    Le pire des scénarios serait de baisser les bras dans un sentiment d’impuissance !

    Des dates de luttes ont été annoncées par notre confédération, notamment le 31 mars. Nos informations sont que la confédération souhaite des manifestations régionales, mais pour quoi faire ?

    Nous savons tous que les décisions politiques sont prises à Paris, la solution n’est donc-t-elle pas de se rendre tous à Paris le 31 mars, voire de rester sur place le temps nécessaire par roulement de régions ?

    Nous devons en débattre collectivement pour prendre les bonnes décisions.

    Une pyramide tient grâce à sa base, elle ne tiendra pas sur sa pointe, c’est identique pour le syndicalisme, les décisions de la base doivent être entendues et respectées. En effet, combien d’entre nous n’ont pas consciences qu’il faut y aller fort et tous ensemble comme une seule masse pour arrêter le rouleau compresseur ultralibéral qui écrase tout avant de nous passer un par un dans la broyeuse sociale ?

    Aussi, ce début prometteur doit être amplifié pour organiser la suite avec une détermination surhumaine pour ne pas crever ! 

    Salut fraternel

     

    Source : http://joukov.eklablog.com/a-mediter-a125352732

     

    POUR VOIR QUELQUES VIDÉOS ET PHOTOS DU 9 MARS,

    c'est ici >> http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2016/03/contre-la-loi-du-medef-le-peuple-a-commence-a-se-mobiliser-massivement-enfin.html

    « - Plus un pas en arrière, passons à l'offensive !!!- Loi Travail : ça ne fait que commencer ! »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :