• - C.I.A : les vrais terroristes !

    John Demjanjuk, accusé de complicité d'assassinats de 27 900 juifs au camp de Sobibor en 1943, devant la cour d'assises de Munich, le 20 avril 2010.

    Quand la CIA protégeait les anciens nazis

    Depuis 1945, les Etats-Unis se sont présentés comme un havre pour les victimes du nazisme. Un rapport secret du département de la justice sur la traque des anciens nazis par les autorités américaines après la seconde guerre mondiale montre que c'était également le cas pour d'anciens dignitaires du régime national-socialiste. Il affirme que les services de renseignement américains ont créé un "refuge" pour les nazis et leurs collaborateurs, rapporte le New York Times.

    La collaboration de la CIA avec d'anciens nazis n'est pas un sujet nouveau. Le quotidien affirme que le rapport de 600 pages dont il a obtenu une copie évoque des décennies de conflits avec d'autres pays sur le sort de criminels de guerre détenus aux Etats-Unis et à l'étranger.

     

    Le document évoque notamment une aide apportée en 1954 par des responsables de la CIA à Otto von Bolschwing, un capitaine SS associé à Adolf Eichmann, responsable de la planification de la "solution finale". Otto von Bolschwing, qui avait contribué à mettre au point les projets initiaux visant à "débarrasser l'Allemagne des juifs", a ensuite travaillé pour la CIA aux Etats-Unis, selon le rapport.

    Extrait des actes de la conférence de Wannsee organisant la solution finale.

    Dans une série de notes internes, les responsables de l'agence de renseignement américaine ont notamment débattu de ce qu'il aurait fallu faire si Von Bolschwing était interrogé sur son passé : nier tout lien avec les nazis ou "se justifier en évoquant des circonstances atténuantes", rapporte le New York Times. Après avoir découvert ses liens avec le nazisme, le ministère de la justice avait cherché à l'expulser en 1981, mais il est mort cette même année à l'âge de 72 ans, rappelle le journal.

    Parmi une vingtaine de cas recensés, le rapport évoque également celui d'Arthur Rudolph, un scientifique nazi qui gérait l'usine d'armement de Mittelwerk, en Allemagne. Il a été accueilli aux Etats-Unis en 1945 pour ses compétences en matière de construction de fusées dans le cadre d'une opération baptisée "Operation Paperclip", un programme américain de recrutement de scientifiques ayant travaillé en Allemagne nazie. Arthur Rudolph a ensuite été récompensé par la NASA et considéré comme le père de la fusée américaine Saturn V. Le ministère de la justice a empêché la publication du rapport depuis 2006, note le New York Times. Il a finalement été transmis à la presse et à d'autres organisations dans le but d'éviter un procès.

     

    Qu’est-ce que la C.I.A ? Comment fonctionne-t-elle ?

    On a dit tout et rien sur la C.I.A, l'accusant de bon nombre de malversations voire d'avoir intenté des révoltes ou des révolutions en se mêlant de la Politique étrangère des Etats-Unis. La Central Intelligence Agency ou Agence centrale de renseignements, voit le jour en 1947. Son but est de rassembler le maximum de renseignements sur les Paysétrangers. C'est l'organisme de l'espionnage par excellence et des opérations clandestines. Situé en Virginie, comme le site de formation du FBI, le quartier général de la CIA est basé à Langley dans la ville de McLean (une quarantaine de kilomètres de Washington).

     Secret oblige, on ne connaît rien de son nombre de salariés ni de son budget. Des estimations font état d'environ 100 000 personnes employées à travers le monde entier. Son budget serait de 3 à 5 milliards, le budget global des 16 services de renseignements des Etats-Unis s'étant élevé à 28 milliards en 1987 (chiffre révélé mais comprenant la Defense Intelligence Agency, la National Security Agency, la National Imagery and Mapping Agency et le National Reconnaissance Office... Tous ces organismes dépendant de la Défense, de la Sécurité nationale, de l'agence d'imagerie, et du Bureau de reconnaissance ainsi que les services de renseignements des armées).  

    La CIA n'est donc que l'organisme destiné à la centralisation des informations et des renseignements. Ces divers organismes sont dirigés par le directeur du renseignement national depuis 2004 que l'on appelle DNI ou Director of National Intelligence, sous l'autorité directe du gouvernement des Etats-Unis et du Président. Le DNI fait aussi fonction de conseiller auprès du Président pour la sécurité nationale et supervise et dirige le programme national du renseignement. Le DNI actuel est Michael McConnell, un vice-amiral de la marine à la retraite, ancien responsable de l'agence américaine chargée des écoutes de la NSA (National Security Agency).  

    Quel est le rôle de la CIA parmi tant d'autres agences de renseignements ?  

    Cet organisme est chargé de recueillir des informations sur tous les gouvernements, les entreprises et les individus du monde entier et de les analyser. Les opérations clandestines visent les renversements de gouvernements, les sabotages voire les éliminations de personnes sans que, bien sûr, nul ne puisse l'accuser ouvertement car les preuves sont bien entremêlées. Après quelques dérives, la CIA est paraît-il réglementée et surveillée par le gouvernement et le Congrès américain.

    Ainsi existent dans les textes le SSCI (Senate Select Committee on Intelligence) qui dépend du Sénat et le HPSCI (House Permanent Select Committee on Intelligence) dépendant de la chambre des représentants. Certaines lois ont été établies pour limiter les opérations clandestines à l'initiative des Présidents Gerald FordJimmy Carter et Ronald Reagan.  Selon ces textes, la CIA n'a pas le droit officiellement d'entreprendre des actions sans informer les commissions parlementaires, sauf ordre spécial du Président des Etats-Unis... Ce qui veut tout dire ou rien dire.

    Il faut pourtant savoir que la plupart des activités de la CIA à l'étranger sont illégales au point de vue du droit international (évidemment... Il s'agit d'activités secrètes !). L'histoire de la CIA remonte à William Donovan, chef de l'OSS durant la seconde guerre mondiale (Office of Strategic Services), une agence de renseignements. L'OSS étant dissoute en 1945, William Donovan proposa à Harry Truman, la création d'une nouvelle agence d'espionnage sous l'autorité du chef de l'état. Malgré l'opposition de la défense et du FBI, l'organisme voit le jour en 1946 et prend le nom de CIA en 1947.  

    Tout lui fut acquis en 1949 : utilisation de renseignements fiscaux et administratifs, secret sur son organisation, ses buts, son personnel. Cela empira lors de la guerre froide avec l'ex URSS. Au début, les actions de la CIA hors Etats-Unis se limitaient à l'Europe mais bien vite, ils se servirent d'anciens nazis expérimentés dont des criminels de guerre pour instaurer de véritables réseaux se préparant à une guerre jugée inéluctable (comme d'ailleurs les Anglais, Français l'ont fait aussi). Les infiltrations politiques sont une méthode bien connue pour soulever un peu plus la résistance ou les révoltes.  

    En Italie, en France, tout le monde se préparait à l'invasion soviétique et l'US Army crée les « Bérets verts » en 1952. Parallèlement la propagande anti-communiste déferla sur les ondes à l'initiative de la CIA et la lutte contre les partis communistes fut organisée dans toute l'Europe par les services secrets américains.  Après la dissuasion nucléaire entre les deux grandes puissances, la CIA, pour éteindre définitivement l'empire soviétique, opéra en Asie. Les services de renseignements russes étaient aussi actifs.Les deux empires développèrent des techniques de plus en plus ingénieuses et établirent des camps alliés.

    La plupart des amis des Soviétiques seront renversés par la CIA : en Iran en 1954, au Guatemala en 1954, au Congo en 1960.  Le seul qui résistera sera Fidel Castro à Cuba malgré plusieurs tentatives d'assassinat du Président Cubain. Les Etats-Unis étant de moins en moins menacés par la Russie, beaucoup d'Américains ont reproché le laxisme de la CIA à ne pas avoir compris la menace du 11 septembre 2001. Depuis, la "guerre contre le terrorisme" (sic !) est la priorité de la CIA. Quelle blague... elle qui finance les djihadistes... 

    Dernièrement, le 6 septembre 2006, forcé à le faire par le journal The Washington Post, George Bush a du admettre l'existence de prisons secrètes de la CIA en Afghanistan mais aussi en Roumanie, au Kosovo, en Macédoine, en Bulgarie et encore en Ukraine. La CIA recrute toujours à 70 % des civils dont 1/3 de femmes pratiquant une langue étrangère. Les recrues sont formées à Langley. 

    En savoir plus sur http://www.aquadesign.be/actu/article-6543.php

    LIRE AUSSI :

    - 1960 – L’OTAN commandé par l’homme de confiance de Hitler, celui qui planifia l’invasion de la Russie

    « - Antonio Gramsci : comment former des dirigeants communistes?- Ce que vous ignorez sur les accords états-uno-iraniens »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :