• Encore un texte mis en ligne par la CGT le 29 août qui pose problème...

    Encore un texte mis en ligne par la CGT le 29 août qui pose problème...=== Début du texte de la CGT=== (Mes commentaires en fin de ce texte)

    Publié le vendredi 29 août 2014


    C'EST NOUS QUI CRÉONS LES RICHESSES
    L'entreprise appartient aussi (souligné par moi) aux salariés !

    Mais, comment est-il possible d'en arriver-là  ? C'est la question que nombre de salariés sont en droit de se poser  ! Deux ans après l'arrivée d'une nouvelle majorité aux élections présidentielles et législatives, le patronat applaudit debout le Premier ministre le jour-même de la publication des catastrophiques chiffres du chômage. Le patronat jubile.

    Au même moment, dans le pays le désespoir l'emporte sur l'espoir de pouvoir vivre mieux demain, de retrouver les chemins du progrès, du développement et de l'emploi.

    Pourtant le pays tout entier a envoyé des signaux très clairs lors des élections municipales et européennes. Les records d'abstentions, la démobilisation des électeurs désabusés, les votes eux-mêmes étaient des messages envoyés pour un changement des conditions de vie et de travail.

    Pendant combien de temps encore le pouvoir politique va-t-il repasser les plats au patronat et aux actionnaires déjà gavés  ? Jusqu'où vont-ils aller  ? Pouvons-nous accepter plus longtemps une croissance nulle, le chômage de masse, le recul des droits, le manque d'embauches dans toutes les professions  ?

    Comment s'en sortir  ? :
    -  Prenons nous-mêmes nos affaires en main  !
    -  Choisissons de ne pas subir mais de nous unir.
    - Ne laissons pas le Medef diriger le pays et gagner toujours plus à chaque changement de gouvernement.

    La question de la répartition des richesses dans notre pays et du contrôle des aides publiques par les salariés et leurs représentants est posée avec force. Cet argent, c'est le nôtre !

    Il faut vraiment être ringard pour dire que l'entreprise ce sont les patrons et les actionnaires  ! Nous produisons. Nous créons la richesse. L'entreprise, c'est aussi nous  !

    Débattons entre syndiqués, militants, salariés pour ne pas baisser la tête et refuser l'inacceptable, pour nous opposer résolument à la mise en route de la machine à remonter le temps  !

    Le chacun pour soi n'est pas la solution, c'est l'arme des patrons. La nôtre, c'est notre union, le syndicat pour être plus forts et gagner.

    ===FIN du texte de la CGT===

    MON COMMENTAIRE :

    Tout ce qui est en rouge pose problème et plus qu'un peu.

    Ce n'est pas nous "aussi" qui créons les richesses, c'est nous les salariés, et seulement nous !

    La propriété privé des moyens de productions et d'échange c'est le vol caractérisé d'une poignée de gros actionnaires multi-milliardaires.

    Ils se sont accaparés les moyens de productions et nous maintiennent dans l'esclavage salarié pour leur unique profit. Les travailleurs n'ont que des miettes et le bien commun n'est pas leur propos.

    Quant à la répartition des richesses ou le contrôle des aides publiques, ce n'est pas la question ni la solution : la solution c'est que ceux qui créent les richesses deviennent collectivement propriétaires des moyens de production et d'échange et deviennent les véritables dirigeants du pays : cela s'appelle le socialisme, le vrai.

    Pas cette politique au service des monopoles capitalistes menée par de soi-disant socialistes qui depuis 1914 n'arrêtent pas de trahir les travailleurs.

    Cela s'appelle la dictature du prolétariat qui instaure une vraie démocratie pour les travailleurs et une dictature de fer pour les anciens exploiteurs et tous ceux qui voudraient remettre l'exploitation de l'Homme par l'Homme au goût du jour...

    Nous n'avons pas besoin de patron. L'URSS de 1917 à 1953 a été dirigée par les soviets d'ouvriers et paysans et a été le pays qui a progressé le plus à tous les niveaux, tant économique, social, culturel et politique. Les patrons, c'est nous, le collectif de travailleurs (ouvriers, techniciens, ingénieurs, employés).

    Ce "aussi" utilisé par la CGT dans ce texte montre bien qu'elle aussi est au service du patronat, de l'intégration européenne impérialiste...

    Pour gagner, les travailleurs devront se prendre eux-même en main et organiser les luttes au niveau national et interprofessionnel, bloquer le pays, organiser partout des comités de travailleurs autonomes qui serviront de base à la reconstruction d'un authentique mouvement syndical de lutte de classe et pour un changement radical de société mettant fin à l'exploitation de l'Homme par l'Homme ! C'est à dire revenir à ce qu'était la CGT avant sa trahison social-démocrate : et dans le même temps réadhérer à la FSM (Fédération Syndicale Mondial, seule fédération de lutte des classes)

    Syndicat CGT du Relais Ménilmontant

     

    Source : http://cgtrelais.eklablog.fr/encore-un-texte-mis-en-ligne-par-la-cgt-le-29-aout-qui-pose-probleme-a109213310

    « MILITARISATION DE LA RÉPRESSION DES OUVRIERS - La face cachée de la répression aux USADiscours de Valls : la "gauche" au service de la bourgeoisie »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :