• France - La dictature capitaliste prépare la guerre civile chez les pauvres ! (Avec Vidéos)

    Par Strategika 51 (Suivi de "Est-ce à cause du coronavirus que nos hôpitaux sont saturés en 2020 ?" & de "Économie, Coronavirus, « Deuxième Vague »: Qui surfe dessus ?")

    Comme prévu, l’État Profond français cherche à confiner à tout prix après avoir instauré un couvre-feu totalement illégal dans les grandes agglomérations du pays

     

    Ce n’est certainement pas une surprise. Le second confinement était en projet depuis des mois. Ce qui change un peu cette fois est la somme de fausses informations émanant de sources officielles à ce sujet.

    Le couvre-feu instauré sur les grandes agglomérations de France est totalement illégal sans que cela suscite le moindre débat ou opposition sérieuse.

    L’interdiction de l’hydroxychloroquine est un scandale sans nom.

    Enfin, un second reconfinement prouvera à tous que tous les médias alternatifs, complotistes ou non, avaient raison.

    On notera la récurrence étrange du mot guerre dans la narration de l’exécutif. Une récurrence trop martelée pour être le fruit du hasard.

    La situation est donc aussi grave sur le plan économique pour que le gouvernement français se considère en guerre et exploite le moindre clivage sociétal pour aggraver les divisions et multiplier les diversions en faisant l’amalgame entre un fait sociétal hexagonal et l’Islam pour plaire à une certaine frange ultra-extrémiste de l’électorat.

    Sauf que cette fois, les options sont limitées et même très limitées.

    On voyait en Macron un homme intelligent mais il suit la tendance dominante de la fraction la plus radicale du Hoi Polloï et de la plèbe génocidaire et ignorante va-t’en-guerre dont la vision ne dépasse pas les limites de ce qu’ils voient autour d’eux.

    Le terrorisme a servi à justifier des guerres et sert encore à justifier une guerre contre la population de l’intérieur. Mais l’outil est rouillé et même dépassé. Le monde a changé.

     

    La pseudo-lutte contre l’extrémisme islamiste ne fait plus recette en-dehors de quelques salons fermés. En exploitant un très banal fait divers pour viser les musulmans de France, le gouvernement est en train d’être perçu comme combattant l’Islam pour des raisons idéologiques inhérentes à la nature des tenants du pouvoir réel et dont les valeurs n’ont rien à voir avec celle de la France ou de tout autre pays adhérant un tant soit peu aux valeurs communes de l’humanité.

    D’où les appels et les initiatives de boycott qui se multiplient très vite dans les 57 pays musulmans et dont certains financent des secteurs entiers de l’économie productive française.

    On comprend dès lors pourquoi aucun autre pays occidental ne soutient la dérive de Paris. Les temps sont durs et il n’est aucunement question de perdre des marchés en ce moment.

     

    Cette situation a un impact profond au Sahel où des forces françaises sont présentes pour défendre le dernier pré-carré colonial français sous prétexte de lutter contre un terrorisme totalement imaginaire.

    Cette fuite en avant sur des sujets explosifs a déjà réduit à néant toute la narration officielle justifiant le maintien d’un dispositif militaire onéreux dans la bande sahélienne et permis pour la première fois dans l’histoire moderne aux Turcs d’étendre leur influence à l’Afrique occidentale.

    Une hérésie géostratégique rendue possible par les dérives d’une politique aux antipodes de la logique la plus élémentaire.

    Tout cela nous dépasse tous. Ce qui importe est qu’on est muselés et qu’on rentre se terrer dès 21h00 (0900 PM) en attendant un second confinement burlesque.

    Le couvre-feu a été instauré pour prévenir toute forme de manifestation ou protestation d’ici les présidentielles.

    L’affaire de Conflans servira de prétexte pour museler encore plus les commentaires sur le Net. On a un bel avenir devant nous.

    [ndlr : Toute ces manœuvres ne servent-elles pas à créer un climat de haine inter-raciale et inter-religieuse afin de provoquer une "guerre civile chez les pauvres"... Ainsi le capital pense peut-être pouvoir résoudre sa crise et éviter l'insurrection légitime des pauvres contre les riches, des prolétaires contre leurs exploiteurs !!! ]

    Source : https://strategika51.org/2020/10/25/comme-prevu-letat-profond-francais-cherche-a-confiner-a-tout-prix-apres-avoir-instaure-un-couvre-feu-totalement-illegal-dans-les-grandes-agglomerations-du-pays/

     

    Est-ce à cause du coronavirus que nos hôpitaux sont saturés en 2020 ? (Vidéo)

    En cette période, nos hôpitaux sont saturés depuis des années. Voici une vidéo qui le prouve. Elle est constituée de reportages passés à la télé les années précédentes.

    Il y a un reportage télé pour 2019, un pour 2018, un pour 2017, un pour 2016 et un pour 2015. Ces reportages sont précédés par une présentation qui explique comment l’hôpital a été sacrifié sur l’autel du dieu argent. Cela donne au total une vidéo de 6’05. Cette vidéo prouve donc ce n’est pas le coronavirus qui est coupable, mais le système capitaliste.

    Pour voir la vidéo cliquez sur le lien ci-dessous :

    http://mai68.org/spip2/IMG/mp4/Corona_Hopitaux-satures_21oct2020_Ema-Krusi.mp4

    Source : http://mai68.org/spip2/spip.php?article7127

     

    Économie, Coronavirus, « Deuxième Vague »: Qui surfe dessus ?

    Camarade Do : "J’ai regardé le tout début de l’émission du 22 octobre 2020 de QG intitulée « Covid : l’économie à bout de souffle », avec un économiste « atterré » ":

    Pour voir la vidéo cliquez sur le lien ci-dessous :

    http://mai68.org/spip2/IMG/mp4/Corona_QG%20_economie_22oct2020.mp4

    Je suis désolé : non seulement l’économiste « atterré » croit que Macron n’avait pas d’autre choix que de nous confiner ; mais, en plus, il n’a aucune notion de lutte des classes. Il se figure que « si tout se passe mal, c’est parce que Macron et sa clique sont incompétents ». Il croit même que ce n’est pas Macron qui a parlé en premier d’un « monde d’après ». Bien sûr que si que c’est lui ; et, il l’a fait parce que l’espoir est la laisse de la soumission, comme dit Guy Debord. Macron n’est pas incompétent, c’est un ennemi de classe. Et bien sûr que si, qu’il y a une stratégie du choc ! C’est la fille qui a raison !

    Rappel : QG est une émission proposée par Aude Lancelin qui a écrit un bouquin excellent à tout point de vue sur les Gilets Jaunes. C’est LE livre sur les Gilets Jaunes. Pour soutenir Aude Lancelin, c’est ici :

    https://qg.media

    Réponse du camarade TML :

    Pour ma part, j’ai regardé la vidéo Youtube complète pour tenter de voir où cet économiste veut nous mener.

    Il ne dit pas que des bêtises, outre celle que tu as fort justement remarqué, mais c’est tout de même l’ensemble de son propos, et même l’ensemble du débat, qui repose sur une somme de confusions.

    La plus basique est dans l’objet même du livre qu’il nous propose, en parlant de « néo-libéralisme »… Un thème récurrent de la gauche qui n’a jamais été qu’un moyen d’éviter la remise en cause fondamentale du capitalisme, et qui le reste, tout en étant encore plus absurde, désormais, vu que cette inflexion politique du système est déjà largement caduque, pour l’essentiel.

    Dans sa logique personnelle, archi-rebattue à gauche, et donc tout à fait dépourvue d’originalité, outre le fait de tirer, désormais, sur une ambulance, sinon carrément sur un corbillard, ce David Cayla a pour propos essentiel de vouloir opposer l’État au marché.

    Or comme il le remarque lui-même, sans insister outre mesure, le financement des marchés est dorénavant conditionné par les taux d’intérêts extrêmement bas qui leurs sont accordés, et cela grâce à l’intervention des banques centrales.

    Que ce soient les marchés financiers, dépendants du « Quantitative Easing » ou les marchés de l’ « économie réelle », dépendants des « taux bas, voire négatifs » des crédits, c’est donc l’ensemble des marchés qui sont déjà concrètement contrôlés par les Banques Centrales, et non par les États !

    Parler de reprendre le contrôle par l’État sans abolir celui des Banques Centrales, c’est juste parler pour ne rien dire, parler dans le vent.

    Du reste, il reproche essentiellement à Macron de tenir un discours idéologique « néo-libéral » et ce sont cette idéologie et ce discours que Cayla prétend combattre, alors que précisément, ce combat n’a plus aucun sens, si jamais il en eut, du reste, et uniquement d’un point de vue réformiste petit bourgeois, déjà totalement stérile, en son temps, déjà lointain, vu que l’interventionnisme des Banques Centrales avait déjà pris un tour décisif dès 2008, même s’il vient de faire un réel et considérable « bond en avant », avec l’actuelle « crise du covid », « 1re vague », et rebelote, « 2e vague », et dix de der, avant longtemps, au train où c’est parti !!!

    De plus, d’une manière générale, l’État, dans ce débat, est considéré comme une sorte d’entité neutre, sans contenu de classe réel. Alors que dans sa fonction actuelle il n’est plus qu’un relai et une interface entre l’économie du pays et le pouvoir réel des Banques Centrales.

    Précédemment, jusqu’au 12 Mars et jusqu’au « Quoi qu’il en coûte » de Macron, il était le levier de la bourgeoisie financière française dans ses rapports de forces au sein de l’UE et avec les USA.

    Bien entendu le rôle des marchés est encore important et le poids des bourgeoisies financières monopolistes aussi, et c’est ce qui donne une apparence de « continuité » au discours néo-libéral, mais ce n’est plus le facteur déterminant de l’évolution du monde, ce qui échappe totalement à Cayla, qui se trouve ainsi fort mal placé pour prétendre critiquer la supposée « bêtise » et « rigidité psychologique » de Macron.

    Le plus « bête » des deux n’est pas forcément Macron, et loin de là, si l’on considère qu’il tient simplement des propos de circonstances, selon ses interlocuteurs, tout en appliquant fidèlement et servilement les directives des Banques Centrales, en tirant simplement un peu la nappe de son côté, histoire de récupérer, pour sa coterie, quelques (grosses) miettes !

    Autre grosse bévue de Cayla : imaginer qu’une nouvelle crise financière majeure soit sur le point d’éclater. Le système financier mondial actuel dépend entièrement de l’intervention des Banques Centrales, et cela, depuis 2008, déjà. Elles contrôlent désormais parfaitement la situation, fortes de cette expérience, et elles l’ont précisément prouvé, à l’échelle mondiale, par leur intervention de mi Mars, et depuis.

    Supposer une nouvelle crise majeure, comme le fait Cayla, c’est tout simplement supposer qu’elles renonceraient à intervenir, qu’elles renonceraient donc à leur pouvoir, et on ne voit absolument pas en fonction de quoi !

    Le syndrome « 2e vague », encore plus disproportionné que le premier, en termes de rapport entre impact sanitaire et impact économique, semble au contraire indiquer qu’elles sont littéralement en train de « doubler la mise » et de se préparer à un nouveau « bond en avant » en termes de contrôle de l’économie, ou de ce qu’il en reste, par le biais de la dette.

    Selon le principe de la « destruction créatrice », tout ce qui renaîtra de la crise de l’économie réelle leur en sera d’autant plus redevable et soumis, par ce biais de la dette.

    Peu importent les entreprises qui n’auront pas su s’ « adapter » entre temps !

    Bref, ce Cayla, réellement atterrant !!!

    Bien à toi,

    Amicalement,

    TML https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/10/25/economie-coronavirus-deuxieme-vague-qui-surfe-dessus/ )

    « - La Chine « communiste » - mythes et réalité l’essentiel, de Mao à Xi (Avec PDF)- Coronavirus - Les mensonges et les sourires de Macron (vidéo 22’26) »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,