• - Gilets jaunes : qu’y a-t-il à négocier ?

    Mr le président ne veut pas reculer et son premier ministre ne compte pas « changer de cap » ... !

    En clair, circulez y à rien à voir ! Sauf que depuis le 17 novembre les gilets jaunes gardent une attitude constante. Blocages de route, de dépôts de carburant, de centrales de la grande distribution. Pas un rond-point de villages, pas un jour sans – qu’à travers le filtre étroit de la propagande radio, et télé – de nouvelles forces se lèvent et rentrent dans le mouvement.

    Pire, pour messieurs Macron et Philippe, plus de 80% des français soutiennent le mouvement.

    Ce gouvernement est acculé.

    Les larbins du pouvoir, tous ces députés mal élus, journalistes achetés, étalent leur « incompréhension » sur les médias aux ordres. Classiquement ils déforment les propos, les actions du peuple de France qui serait manipulé par l’extrême droite, l’extrême gauche ..... bientôt l’étranger ....

    Alors il va bien falloir trouver un truc. Mais ce truc tout le monde le connait et lui aussi est condamné d’avance.

     

    Le gouvernement manque « d’interlocuteurs crédibles » dit-il.
    Et oui, on avait l’habitude de se rencontrer en réunions fermées avec des directions politiques et syndicales qui d’un côté organisaient des manifestations promenades – qu’on se rappelle l’enterrement en musique de la destruction du droit du travail (loi El Khomri), la destruction du système de retraites, le largage des cheminots ... - et de l’autre côté ne voyaient rien de mal à être subventionnés à hauteur de plusieurs millions d’euros par ...le gouvernement !

    Mais que sont les directions des centrales syndicales face à ce puissant mouvement qui réunit retraités, actifs, chômeurs, précaires, très petites entreprises.... Fini le corporatisme qui nous a tant divisé. Place au peuple.

    Les directions syndicales réclament un « dialogue social normalisé » et c’est exactement ce que veut le gouvernement. Ce gouvernement insiste pour recevoir des gilets jaunes, mais il faut qu’ils soient représentatifs. Mais ce gouvernement est-il lui-même « représentatif » ?

    Depuis quand un gouvernement aussi méprisant et hautain, insensible à la détresse du peuple, se croit-il autorisé à dicter ses conditions ?

    Courageusement, malgré les menaces qu’ils reçoivent tous ceux des gilets jaunes qui ont rencontré ministres et autres autorités, ont fixé leurs conditions : diffuser publiquement leurs discussions, venir en forte délégation, ne rien négocier ou discuter au nom des autres. Et chaque fois, fin de non-recevoir de l’Etat.

    Le rapport de forces :

    Tous les jours le mouvement prend de l’ampleur.

    Désavouant leurs directions, des militants de base et certains responsables – tous syndicats confondus – rejoignent les Gilets Jaunes.

    La jeunesse lycéenne commence elle aussi à comprendre que ses anciens défendent son avenir.

    Nul doute que demain les étudiants et les enseignants, les fonctionnaires se joindront massivement à ce mouvement qui traduit en fait l’accumulation de mesures antisociales promulguées par tous les gouvernements passés de droite ou de gauche.

    Cette accumulation de solidarités populaires - sans précédent – en France ne saura se satisfaire de quelques mesurettes. Et ce gouvernement plus que jamais - et plus visiblement que d’autres - au service exclusif des riches n’a guère de choix.

    Ce qui est sûr c’est qu’il doit céder la place. Comment le fera-t-il ? Ses choix sont limités.

    •   Soit il fait le tour de passe–passe habituel en provoquant des élections (ce à quoi appellent d’ailleurs déjà certains groupes gauchistes !).

    •   Soit il tente l’épreuve de force en envoyant armée et police contre le peuple.
      Ses choix ne sont pas encore faits. Tout dépend de la mobilisation en France, dans les colonies (DOM-

      TOM et à l’étranger (Belgique Allemagne...).

      Mais quelles que soient les options retenues, plus rien ne sera comme avant dans ce pays. Notre peuple devient majeur. Il n’accepte plus de se mettre à genou et ce genre de comportement, de raisonnement est irréversible. Quand des millions de gens, se côtoient, échangent des points de vue dans les actions qui ont été menées cette semaine écoulée, apprennent l’action et la réflexion communes, il est bien difficile de les traiter par la suite comme des moutons contents de se laisser tondre. L’union fait la force.

      Préparer l’avenir :

      Il est évident que rien ne se gagne sans une organisation, une structuration du mouvement. Notre pays est riche de traditions révolutionnaires. Depuis des siècles, des guerres de paysans en passant par la Révolution de 1789 et la Commune de Paris le peuple a su créer les bases de SON pouvoir aujourd’hui trahi à nouveau par de nouveaux seigneurs capitalistes.

      Notre avenir ne dépend d’aucun « homme providentiel ». Il doit se construire là où nous luttons. * Créons des comités communaux dans les campagnes et les petites villes, des comités

      d’arrondissements ou de quartiers dans les grandes villes.

    * Elisons des représentants dont le mandat peut expirer à tout moment s’ils ne respectent pas les engagements fixés par tous. Fédérons ces comités au niveau départemental, régional, puis national, afin de créer une vraie assemblée populaire.

    Le peuple peut vaincre. Le peuple vaincra.

    Organisation des Communistes de France - 01/12/2018

    « - L'avenir du monde- Gilets Jaunes : Un cahier de Revendications adressé à l’Assemblée Nationale »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :