• - GRECE : tragédie ou comédie ?

    - GRECE : tragédie ou comédie ?Dans son livre "Le 18 Brumaire" K. Marx écrit : "Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce."

     

    Il nous aura donc été donné de voir en ce début de juillet 2015, et pour ceux qui connaissent un peu l'histoire du peuple grec, la deuxième partie de l'écrasement d'un peuple. Au sortir de la deuxième guerre mondiale les monarcho-fascistes soutenus militairement par les anglo-américains n'hésitèrent pas à organiser une guerre sans pitié contre ce peuple qui ne demandait qu'à vivre libre, hors de toute tutelle.  La tragédie était jouée.

     

    70 ans plus tard, la farce (électorale) sert de décor à une farce aux conséquences incalculable pour le peuple grec. Il revient à de jeunes lycéens grecs se réclamant de l'anarchisme d'avoir peut être écrit, le plus clairement qu'il soit, le "choix" qui fut proposé aux grecs en ce sinistre 5 juillet 2015. Nous leur laissons la parole :

    "L’Etat grec est à la recherche de complices. Le référendum est la meilleure façon de les trouver. En offrant généreusement des illusions de libre-arbitre et en nous faisant contribuer au projet de son renforcement, son désir le plus fou est matérialisé : Nous serons ceux qui fermerons leur propre pierre tombale ! Le dilemme est simple : oui ou non ? Mauvais créanciers étrangers ou bonne gestion de l’État par la gauche ? Mémorandum lourd ou léger ? Mesures coûtant 12 milliards ou 8 milliards ?"

     

    Note : Ont appelé au référendum les conservateurs de la Nouvelle démocratie (équivalent de l’UMP-LR),- les socialistes du Pasok (équivalent du PS),- les centristes du parti To Potami (équivalent du MoDem),- la droite souverainiste des Grecs indépendants (ANEL), partenaire de coalition de Syriza, (équivalent du FN ou de DLF),- et même les communistes du KKE !

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

      

    En effet les employés provisoire du capital en Grèce, Syriza et Tsipras (en alliance avec la droite nationaliste !) jouent aux petit caïds et manipulent le peuple. Mais qui nous fera croire que Tsipras est un ingénu ?  

    Tspiras aujourd'hui joue le rôle qu'on lui a autorisé à jouer : manipulateur, charmeur, pour maintenir 1 an, 6 mois .... ? le pouvoir du capital en Grèce. Jamais il n'a dit qu'il voulait quitter l'Europe, l'Euro et l'OTAN. Il a dit l'exact contraire. Seuls les sourds et les bobos gogoche de salon veulent y croire.

    Donc Mr Tsipras joue au malin. Le référendum bidon était-il programmé de très haut ? Peu nous importe au fond. 

     

    Il fallait un exécutant. qu'il soit "local" (grec) ou d'ailleurs. Et les grecs ont voté : 61% pour le  "non" (un "non" de mendiant, pour soi-disant renégocier avec l'Europe ; Europe (capitalistes européens)  qui n'a de cesse depuis 70 ans de saigner ce peuple au nom de sa proximité avec la Turquie et que ne lui a jamais pardonné d'avoir tenté d'abandonner sa souveraineté sans combattre.

     

    Mais STOP. On nous ment sur toute la ligne. 41% de grecs ce sont abstenus ! Résultats officiels en fonction des INSCRITS  :

     

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

     

    Et  Mélenchon, Hollande, certains souverainistes s'extasient :  "la démocratie a triomphé". Et de rêver - demain peut être - à une rustine du même style avec Podemos en Espagne, le Front de "gauche" en France ....

     

    L'illusion mortelle de la démocratie bourgeoisie.

     

    Ce référendum grec est l'illustration parfaite de ce dont le capitalisme est capable pour conserver son pouvoir. Pour le moment la "voie pacifique" vers le capitalisme au travers des élections triomphe en Europe. Nos jeunes amis grecs l'ont bien formulé : " .....En offrant généreusement des illusions de libre-arbitre et en nous faisant contribuer au projet de son renforcement, son désir le plus fou est matérialisé : Nous serons ceux qui fermerons leur propre pierre tombale !..."

     

    Quelle merveille pour les capitalistes que d'avoir des populations entières (moins les abstentions !) qui acceptent, démocratiquement, de se laisser plumer - ou pire de choisir COMMENT se faire plumer !

     

    Mais ce système fonctionne tant qu'il y a de l'argent pour payer ... les pauvres. Pour "aider" les "déshérités" à maintenir la tête hors de l'eau. Des RSA par ci, des allocations par là, des CMU, des Restos du cœur...

     

    Dans cette crise profonde du système capitaliste tout cela est de l'argent gaspillé. La loi d'airain du Capital : le profit maximum, est entravée dans son avidité. Il faudra faire payer encore plus les pauvres (ils sont les plus nombreux !). 

    Les capitalistes s'en sont sortis en fabriquant de la monnaie de singe en masse. Mais cette masse monétaire devient un danger pour eux car elle ne repose pas sur des usines, sur l'industrie, sur la création de biens matériels, sur la seule exploitation des hommes.

     

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

    Mario Draghi, Vice président de Goldman Sachs Europe
    Directeur de la banque d'Italie
    Président de la Banque Centrale européenne.
    Le grand serviteur du capital financier.

     

    C'est le propre du Capital Financier d'être la phase autodestructrice du capital en général. L'argent ne fait pas de l'argent. Il n'y a de richesses que par l'exploitation du travail humain.

    Marx expliquait que cela conduisait à une "paupérisation absolue", en d'autres termes, le capitalisme n'a pas d'autres "choix" (dans cette phase particulière) que d'appauvrir, jusqu'à la misère, la faim, la dépression ... l'immense majorité des peuples.

     

    Ce qui est nouveau aujourd'hui c'est l'apparition -  en tant que structure politique,  en tant que CLASSE CONSTITUÉE,  - de la classe petite bourgeoise : cadres, fonctionnaires, employés de niveau supérieur;  Syriza, Podemos, Front de gauche, M'PEP.... en sont les émanations.

     

    Les partis qui ont le titre de "communistes" ayant été détruits par des années de collaboration de classe et de trahison (avec l'aide des syndicats qu'ils dirigeaient alors), ne peuvent plus prétendre à fédérer le fer de lance de tout changement social : la classe ouvrière (celle qui n'a pas d'illusions sur son sort et qui n'a rien d'autre à perdre que ses chaines).

     

    Le champ est donc libre pour tous les illusionnistes. 

      

    Mais pourquoi tiennent-ils donc autant à la Grèce ?

     

    L'enjeu grec c'est celui d'un laboratoire politique, économique et géo politique.

     

    Laboratoire Politique : 

     

    Dans les pays arabes ou les ex-pays de l'Est nous avons assisté à des "révolutions de couleur", avec des noms de fleurs et de parfums. C'était la phase directe de l'interventionnisme américano-européen dans les affaires intérieures de pays souverains (Géorgie, Yougoslavie, Tunisie, Libye, Egypte, etc ...). Mise en place directe de pouvoirs militaires ou mafieux.

     

    La "ficelle" commençant à être usée il fallait s'adapter à la "mentalité européenne" et aux sociologies spécifiques de ces pays que l'ont dit "avancés". 

     

    Deux ingrédients sont à la disposition des capitalistes : l'électoralisme encore vivace et une classe petite bourgeoise importante, structurée, qui sent qu'elle va perdre son statut privilégiée.

    Et c'est là le sens réel de ce référendum grec du 5 juillet dernier. L'Espagne et d'autres pays du sud suivront cette méthode.

     

    Pour la France c'est déjà fait. Le coup d'état a réussi le jour de l'Election de Mr Hollande. La Loi Macron, les lois dites "sécuritaires" ont cassé le code du travail, validé la privatisation du secteur public, autorisé la précarité...

     

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

     

    Et de toute façon si les méthode électoralistes, parlementaires, ne suffisaient pas, - les grecs ont l'habitude - on trouverait toujours quelque général ou colonel prêt à "sauver la patrie".

     

     

    Laboratoire économique :

     

     Les instruments qu'utilisent les capitalistes pour appauvrir les peuples doivent constamment être affinés (cela s'appelle la lutte des classes). Jusqu'à présent seules de petits pays comme l'Irlande avaient servis de laboratoire.

    La Grèce (le peuple grec) est déjà extrêmement affaiblie. Les hôpitaux ferment.  Selon Liani Maili, présidente de Médecins du Monde Grèce, la régression ne s’arrête pas là. « La mortalité infantile a augmenté de 43 % », indique-t-elle. « Ici, la situation est extrême. On assiste à la décomposition pure et simple du système de santé. Il y a des millions de gens exclus du système. Et ceux qui en bénéficient ne peuvent y avoir accès, car il a fermé ses portes. Il y a aussi ceux, de plus en plus nombreux, qui ont un travail et un salaire, mais qui ne peuvent payer leurs médicaments. Ceux-là aussi, on doit s’en occuper. La situation est tragique. »

    De fait, après six années de récession, le nombre des non-assurés en Grèce est estimé à trois millions, soit plus d’un quart de la population. Sans parler des 28 % de chômeurs qui souvent n’ont plus de droits. Fermeture brutale de tous les centres de sécurité sociale (sous Tsipras)....

     

    Alors laisser la "gauche" (Syriza) arriver au pouvoir c'est un excellent moyen de tester JUSQU'OU on peut écraser un peuple sans qu'il se révolte. Jusqu'à quel degré d'illusion peut on pousser un peuple pour qu'il accepte de se soumettre ?

     

    Au demeurant ce dimanche 12 juillet on pouvait entendre sur France Intox un député grec revendiquant  pour la Grèce (le peuple grec ?) le droit de choisir :  "SON processus d'austérité" !!!

     

    Laboratoire géo-politique 

     

    La Grèce contrôle le débouché de la Mer Noire sur la Méditerranée. Au Nord de la mer noire se trouvent les grandes bases militaires navales russes. Le passage libre de la flotte russe est un enjeu stratégique. Poutine ne s'y est pas trompé en proposant fin juin 2015 que l'oléoduc "south stream" passe par la Turquie et la Grèce (il offre 5 milliards de dollars si cela se concrétise !).

    Les U$A ont réagi immédiatement en envoyant un émissaire en Grèce et auprès des autorités européennes.

     

    Mais la Grèce c'est aussi le grand port commercial du Pirée. En Mars Tsipras a annonce (contrairement à ses promesses!!) que l'Etat grec céderait ses parts majoritaires à la Chine (qui détient les autres !).

     

    Là aussi il s'agit d'un point stratégique pour le commerce international. Le Pirée étant le passage obligé des marchandises transitant par le canal de Suez. Et L'Egypte vient de doubler la capacité de transit du canal en faisant de gigantesques travaux.

     

    La Grèce enchainée :

     

    L'Europe ( les capitalistes ) ne peut pas se passer de la Grèce. A la fois port majeur mondial, verrou de la marine russe, on comprend bien que peu importe ce que pensent les grecs, la manière dont ils vivent. Ils DOIVENT rester des bons petits toutous attachés à la laisse de l'UE et de l'OTAN.

     

    Que la Grèce sorte ou pas de l'Europe peu importe au fond. Qu'il s'agisse d'un contrôle direct ou indirect ce pays et son peuple sont pris en otage par les capitalistes. Il est le théâtre de grandes rivalités entre russes, étasuniens, chinois, européens ; et il doit demeurer sous dépendance. Voici le fond du problème grec.

     

    Le capitalistes étasuniens ont étranglés ce pays à travers la banque Goldman Sachs pour le mettre à genou. Aujourd'hui on voit le résultat. 

     

    Quelles perspectives pour le peuple grec ?

     

    Le KKE (parti communiste grec) l'équivalent du P"c"F qui a appelé à l'abstention au référendum a déclaré : " le KKE appelle le peuple à utiliser le référendum comme une occasion de renforcer son opposition à l’UE, afin de renforcer la lutte pour la seule sortie réaliste de la barbarie capitaliste d’aujourd’hui. Le contenu de cette sortie est : RUPTURE-DESENGAGEMENT DE L’UE, ANNULATION UNILATERALE DE LA DETTE, SOCIALISATION DES MONOPOLES, POUVOIR DES TRAVAILLEURS".

     

    Paroles en l'air. Comme d'habitude les partis révisionnistes (communistes en parole, traîtres dans les faits) se contentent de déclaration qui ne coûtent rien : "sortie réaliste"... "désengagement de l'UE"... "Annulation de la dette"..."Socialisation des monopoles"..."Pouvoir des travailleurs"..... 

     

    Très bien Messieurs, mais COMMENT allez vous réaliser cela ? Par les élections démocratiques, en disant à vos armateurs et vos popes de faire leur valise, en réquisitionnant leurs biens avec votre... Armée, votre police ?  Ils vont céder leur pouvoir comme cela ? Mais qui va vous croire ? 

     

    Cela fait des dizaines d'années que vous avez collaboré à ce système comme vos clones en France, en Allemagne, en Espagne, partout en Europe, et vous croyez que les gens vont aller se faire massacrer pour vous ?

    Honte à vous qui avez participé à l'effondrement politique du prolétariat grec ! Vous avez désarmé politiquement et idéologiquement le peuple grec. Nul ne croit plus à vos mots d'ordre, nul ne vous suivra. Vous aurez simplement, comme beaucoup d'autres, fait le lit du fascisme qui partout renaît en Europe et est au pouvoir en Ukraine.

     

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

     

    Quelles leçons pour les communistes ? :

    Bien sûr les peuples du monde et les communistes regardent avec attention le "cas" grec. Bien entendu nos pensées sont avec ce peuple qui va se faire - inéluctablement - écraser par les puissances capitalistes.

     

    Beaucoup de camarades en Europe et ailleurs doivent tirer les leçons du "cas" grec. 

     

    La première d'entre elles c'est que sans avant-garde, sans parti communiste, un peuple n'est rien. Nous ne devons pas céder au pessimisme mais apprendre de l'histoire qui se déroule sous nos yeux pour renforcer nos relations internationalistes, pour développer rapidement des organisations communistes. 

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

    Il n'y a  pas de fatalité. Ce sont les hommes qui font l'histoire.

    (Le mythe de Sysyphe)

    Les partis de la "gauche", c'est à dire de cette classe petite bourgeoise qui est en train d'enterrer le peuple grec doivent être considérés comme des Kollabos dans tous les pays. Il n'y a aucun compromis à faire avec des podemos, des Mélenchon, des socialos ... Ce que nous avons à créer doit être en dehors de tous ces grenouillages.

     

    La tentation nationaliste exprimée par certains gauchistes (alliés parfois à des souverainistes bourgeois comme le PR"C"F en France) au nom de la révolution bourgeoise de 1789 et du vieux Conseil National de la Résistance, est tout autant un danger pour les communistes de la phase de l'impérialisme si bien décrite par Lénine.

     

    Ce n'est qu'indépendamment de ces cliques que nous pourrons édifier l'outil strictement nécessaire pour transformer la société, les rapports sociaux; pour éviter que le "cas grec" ne se reproduise  : Un parti communiste.

      

    OCF - France 12 Juillet 2015

    Source : http://polpresse.blogspot.fr/2015/07/grece-tragedie-ou-comedie.html

     

     CONTACTEZ L'OCF ( Organisation des Communistes de France) >> 

     ocf@kominform.org

     

    Sur le même thème :

    GRECE : quand la "gauche de la gauche" collabore. - Syriza, le pillage et l’effondrement : Quand la « gauche dure » épouse les politiques de la droite dure

    et

    Arménie : les révolutions de couleur. Autopsie et travaux pratiques. Ou comment les USA essaye de remodeler le monde à leur profit !

     A lire aussi le texte de TML ci-dessous  :  [NDLR -  Intéressant, mais qui cache le fait que le KKE reste dans le cadre de la légalité bourgeoise et de l'électoralisme, même si des "grandes manifs" sont organisées...]

    Article de TML : De la signification « cachée » du vote communiste en Grèce !

     

     

    Analyse, tactique et stratégie du PC Grec:


    Le débat est ouvert…

    La vraie signification de la stratégie « électorale » du KKE…

    Une vérité fort peu répandue en France, et le plus souvent

    de façon extrêmement déformée, au gré des luttes groupusculaires hexagonales…

     


    Le KKE n’a pas appelé à soutenir le vote NON au référendum-plébiscite de Syriza.

     

    Il a dénoncé la proposition que Tsipras prétendait « opposer » à celle de l’UE-FMI-BCE comme étant pratiquement équivalente en termes de reculs sociaux. En conséquence, il a appelé à rejeter les deux propositions, et à le faire en utilisant un bulletin « nul » portant un double « OXI! » contre l’UE et le plan gouvernemental. (Et donc éventuellement à l’abstention ou au vote « nul » classique pour ceux pour ceux qui ne pouvaient pas s’en procurer.)

    OXI OXI
    C’est à la lumière de ces consignes qu’il faut relire les résultats du scrutin pour en comprendre le sens:

    RESULTS OK


    Bien évidemment, cela ne change rien au résultat final, mais cela en relativise la portée, en mettant en évidence le fait que le soutien populaire à la politique de Tsipras est beaucoup moins « massif » qu’il n’y paraissait à première vue, au soir du référendum.


    Il est difficile d’imaginer quelles auraient été les conséquences d’une victoire du « oui », qui, en plus eut été acquise de justesse grâce à ce fort différentiel de votes nuls et d’abstentions…


    Quant au fond, en termes d’analyse de classe marxiste-léniniste, la position du KKE est principalement justifiée…

    Accessoirement, elle recoupe quelques éléments d’analyse essentiels que nous avions tenté dans nos articles sur TML, sans toutefois prendre une position sur ce référendum, ce qui nous paraissait naturellement devoir rester l’apanage des grecs eux-mêmes, évidemment.


    Mais pratiquement, cette position du KKE peut donc prêter à maintes polémiques, et on en trouve quelques unes ici et là, (1).

    Pourtant, en fait elle a été plutôt cachée, déformée ou simplement tronquée, par ceux-là même qui, à la fois, voulaient se réclamer de ce parti au passé glorieux et bénéficier de l' »effet Syriza-Tsipras », y compris parfois en essayant une « distance critique » pour masquer leur propre opportunisme réformiste et social-chauvin.


    Une suite de contorsions pathétiques pour essayer de « rebondir » suite à l’échec cinglant de leur tentative du 30 Mai dernier… (2)


    Pour les lecteurs de TML, voici une compilation d’éléments d’info remettant en perspective cet aspect de la lutte du peuple grec, qui sera peut-être bientôt l’alternative à l’impasse dans laquelle « Syriza » est en train de le conduire.


    A cette occasion, il est néanmoins juste de faire une autocritique concernant la démarche antérieure de TML au sujet du KKE.

    Il ne s’agit évidemment pas ici de s’aligner sur toutes les idées du KKE, mais de constater que nous n’avions pas précédemment pris soin d’étudier leurs positions, tant elles étaient « apparemment » relayées en France par les tenants du social-chauvinisme et du réformisme néo-thorézien. Mais « apparemment » signifie précisément que aurions dû nous en enquérir par nous même, selon la bonne méthode ML, et non accréditer les assertions approximatives et même fallacieuses de ces pseudos-ML, tout à fait et très littéralement révisionnistes sur ce sujet, comme nous allons le voir…


    Toutefois cet opprobre ne peut être systématique, et nous commencerons par la seule trace réellement significative que nous ayons pu trouver sur un blog français:
    http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/2015/07/referendum-grece-kke-nous-ne-choisissons-pas-entre-les-mesures-antipopulaires-d-ue-du-fmi-ou-du-gouvernement.html
    Qui est une traduction assez correcte de:
    http://fr.kke.gr/en/articles/We-do-not-choose-the-anti-people-measures-of-the-EU-IMF-and-government/
    Sur le site « anglais » officiel du KKE, où il est conclu:


    « The people must cast a ballot paper into the ballot box which can not be misinterpreted. The following ballot must be cast which says : « NO to the proposal of the EU-ECB-IMF. NO to the proposal of the government. Disengagement from the EU, with the people holding the reins of power. » Even if they say that it is a spoiled ballot. »


    Ce que le blog SI-PCF traduit par:
    « Le peuple doit mettre dans l’urne un bulletin qui ne prête pas à confusion. Un bulletin doit être déposé avec le contenu suivant:

    « NON à la proposition de l’UE, de la BCE et du FMI. NON à la proposition du gouvernement. Désengagement de l’UE, avec le peuple tenant les rênes du pouvoir. »
    Même s’il est considéré comme un bulletin nul. »


    Ce communiqué sur SI-PCF est daté du 05/07/2015, le jour du référendum, alors que bien évidemment le KKE s’était déjà exprimé à plusieurs reprises sur ce sujet, depuis l’annonce du référendum!
    Toutefois, cela reste un effort remarquable en comparaison du « traitement » que d’autres ont fait subir à cette info essentielle…
    Voici un autre communiqué du KKE repris « pour information » par le PRCF, en sa conclusion:

    CASTING 2

     

    Et voici la version anglaise, sur le site officiel du KKE:

    CASTING 1


    Le PRCF, qui se garde bien de mettre un lien vers la source,(3), traduit
    « cancel out this dilemna by casting the proposal of the KKE as their vote into the ballot box »
    par:
    « annuler ce dilemme en choisissant la proposition du KKE comme leur vote dans l’urne. »


    Ce qui laisse pour le moins planer un doute sur la réalité des consignes de vote du KKE. Alors qu’on a vu en premier lieu qu’il n’y en avait aucun.
    Il s’agit bien d’utiliser un bulletin comportant le double OXI, et pas le bulletin officiel fourni par le gouvernement Syriza. Il s’agit bien, quoi qu’on en pense, d’un vote « NUL » de protestation et de refus du chantage pseudo-« démocratique ».(4)


    Si l’on avait encore un doute, à défaut de maitriser la langue grecque, il suffit de se reporter à l’édition russe(5) du site officiel du KKE:

    CASTING 4
    En voici la traduction, aussi précise que possible:


    Как отмечает КПГ, народ, не должен выбирать между Сциллой и Харибдой, а всеми возможными способами должен выразить свое недовольство Европейским союзом и его антинародными мерами.

     

    Comme le remarque le KKE, le peuple ne doit pas choisur entre Charybde et Scylla, et, par tous les moyens possibles, doit exprimer son mécontentement de l’Union Européenne et de ses mesures anti-populaires.


    Он должен на деле аннулировать эту дилемму и своимголосованием поддержать избирательные бюллетени КПГ, где будет написано:


    Il doit en fait annuler ce dilemne et par son vote soutenir les bulletins électoraux KKE, où sera écrit:


    • НЕТ предложению ЕС, МВФ, ЕЦБ.
    NON à la proposition de l’UE, du FMI, de la BCE.


    • НЕТ предложению правительства.

    NON à la proposition du gouvernement.


    • Освобождение от ЕС, с народом у власти.
    Libération de l’UE, avec le peuple au pouvoir.
    29.06.2015


    Note: la phrase clef est traduite lourdement, mais littéralement, pour préciser le point significatif.


    Mais, encore plus « loin du texte », on trouve cette version « URCF »,(6), en dépit de son supposé « soutien marxiste-léniniste » au KKE:

     CASTING 3

    Sans autre commentaire…
    A cette occasion, il est néanmoins utile de souligner que l' »unification » de l' »URCF » avec le site « communistes » est supposée d’ores et déjà effective depuis leur congrès commun de fondation du « PR-C (F) »,(7), qu’il ne faut surtout pas confondre avec le « PRCF », (8), chaque groupuscule tentant néanmoins pathétiquement de s’arroger le monopole du social-chauvinisme néo-thorézien.
    Or sur le site « communistes », on cherche en vain le moindre relai de la lutte du KKE. Il nous est promis:
    « Dans notre prochain article de mardi nous analyserons les activités du gouvernement actuel et de Syriza, celle du KKE (Parti Communiste) et du PAME. »
    S’il s’agit de ce présent mardi,…on attend encore!
    De là à supposer que ce pseudo « soutien » au KKE n’est pas unanime au sein de la nouvelle entité groupusculaire…

     

    (Correctif: depuis la rédaction de notre article, le site « communistes » a publié, Mercredi 8, ce court communiqué daté du Lundi 6:
    http://www.sitecommunistes.org/ch411grece.htm
    où la position du KKE est résumée ainsi:
    « Qu’ils aient voté non ou oui, qu’ils se soient abstenus ou voté doublement non : non aux exigences de l’UE et non à la politique d’austérité du gouvernement Tsipras, comme le préconisait le Parti Communiste de Grèce, le peuple grec a besoin de notre soutien. Comme le souligne le secrétaire général du parti Communiste de Grèce, il faut rassembler pour : « la socialisation des monopoles, le désengagement de l’UE, la non-reconnaissance de la dette et son abolition univoque, avec une planification centralisée de l’économie pour le développement de la société pour le peuple et avec le peuple véritablement au pouvoir ». »


    Ce qui est une autre manière de noyer le poisson sans se mouiller… surtout à postériori! Quelle audace!

    La véritable analyse du KKE, d’où nous avons tiré notre tableau des résultats, la voici, en français:


    http://fr.kke.gr/fr/articles/A-propos-des-resultats-du-referendum-aucun-consensus-sur-les-accords-antipopulaires/


    En anglais:


    http://fr.kke.gr/en/articles/On-the-result-of-the-referendum-Hundreds-of-thousands-of-people-supported-the-proposal-of-the-KKE/ )


    Enfin, à noter que la « gauche » du PCF, tendance FVR-PCF,(9), reprend, pour l’appel au vote, la même traduction que le PRCF:

    CASTING 5

    Et tout à fait la même attitude dans sa façon de louanger la victoire du NON tout en se contorsionnant pour paraitre « à gauche » de Syriza. Néanmoins, ce n’est pas sans réactions contradictoires sur leur forum…(9)


    En réalité, on constate encore que chaque « chapelle » n’envisage la solidarité avec le KKE que dans la mesure où elle est compatible et utile à l’avancement de ses propres « thèses » opportunistes dans la « gauche » française…


    Et au besoin en déformant l’info pour la rendre « compatible »!  

    Luniterre

     

     PS : Addenda contorsions…

    Encore un numéro de contorsionniste que nous n’avions pas repéré….

    En provenance du RCC  (10):

    contorsion 1

    Et communiqué par le même correspondant:

    contorsion 2

                  (…)

    contorsion 3

    Et oui, ces bonnes vieilles fables…!!

     

    Notes et sources:

    (1) Quelques articles et polémiques sut le net:

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/021184944233-grece-les-ovni-de-la-planete-rouge-debarquent-a-syntagma-1134273.php

    Le point de vue de Syriza:

    http://syriza-fr.org/2015/05/03/et-si-le-parti-communiste-de-grece-kke-avait-raison-par-christos-laskos/

    Sur Médiapart:

    http://blogs.mediapart.fr/blog/arjuna/040715/le-kke-en-defense-de-lordre-etabli

    Sur un blog trotskyste:

    http://www.gaucherevolutionnaire.fr/?p=1850

     

    (2)_  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/05/31/30-mai-un-nouveau-tremblement-de-terre-a-paris/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/06/01/1944-2014-dun-programme-du-cnr-a-lautre/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/06/16/un-constat-lucide-sur-lechec-du-30-mai-a-paris/

     

    (3) Le communiqué « pour information » du PRCF :

    http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/grece-le-referendum-du-5-juillet-et-la-position-du-kke/

    Et sa source véritable…:

    http://fr.kke.gr/en/articles/The-referendum-on-the-5th-of-July-and-the-stance-of-the-KKE/

     

    (4) A ce propos on relira avec intérêt nos ébauches d’analyses, faites sur le mode de l’humour,mais qui n’en comportent pas moins certains éléments de réflexion très similaires aux propos du KKE:Grèce: Platon toujours d’actu…!! (2ème édition)

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/07/03/grece-platon-toujours-dactu-2eme-edition/

    Grèce: Platon! Reviens! Ils sont devenus fous!

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/06/28/grece-platon-reviens-ils-sont-devenus-fous/

     

     (5)   http://fr.kke.gr/ru/articles/-5-/

     

    ( 6)_  http://www.urcf.fr/spip.php?article789

     

    (7)-(8)A ce propos, on peut lire, comme une sorte de gag surréaliste, l’article du PRCF sur cette « confusion »…:

    http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/prcf-confusionnisme-etou-nihilisme-national/

    …et la proclamation du PR-C (F):

    http://www.sitecommunistes.org/ch409comalternat.htm

     

        (9)     http://lepcf.fr/Grece-Le-referendum-du-5-Juillet-et-la-position-du-KKE

     

     (10)   http://cercles.communistes.free.fr/rcc/publi.php?idArticle=2015_07_07_grece

     

    Source de l'article de TML : https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/07/07/la-signification-cachee-du-vote-communiste-en-grece/

    « - Arménie : les révolutions de couleur. Autopsie et travaux pratiques. Ou comment les USA essaye de remodeler le monde à leur profit !- Médias de masse arabes : du pluralisme à la manipulation occidentale »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 12:36

    Bonjour, camarade!

    En fait, le sujet de cet article, https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/07/07/la-signification-cachee-du-vote-communiste-en-grece/

    est précisément la réalité de la position du KKE sur le référendum, et les déformations que lui font subir les sociaux-chauvins français, point barre.

    Et non une analyse complète de la situation en Grèce. Et donc, il n'est pas approprié de dire qu'il "cache" éventuellement d'autres positions du KKE !!

    Je tiens néanmoins à te remercier pour cette republication, qui redresse également ce point par rapport à l'interprétation de l'OCF selon laquelle il s'agissait d'une "abstention"... Ceci dit, il semble juste d'observer que le taux d'abstention est toujours élevé en Grèce, et qu'il faut donc en relativiser la portée politique. Aux législatives, qui sont donc les élections importantes en Grèce, le taux semble tourner autour de 35/37%. Sur cette base le taux de 41%, incluant les "nuls" version KKE et autres, signifierait donc un rejet clairement "exprimé" de 4 à 6 %, ce qui reflète assez l'influence potentielle du KKE.

    Je ne pense pas qu'il nous appartienne, en France, de juger de l'opportunité ou non pour ce parti d'engager une lutte décisive pour le pouvoir, mais il est tout de même flagrant que les conditions sont encore loin d'être réunies!

    Quant à sa stratégie à plus long terme, elle semble plutôt être en évolution positive, si l'on se réfère à leur programme, où l'objectif de la dictature du prolétariat est mentionné à plusieurs reprises, avec des précisions quant à son sens qui ne rentrent carrément pas dans le cadre du système...

    Le taxer de "légaliste" et d'"électoraliste", dans ces conditions, me parait prématuré, voire inapproprié, par rapport à cette évolution.

    Cette évolution est aussi marquée par différentes phase de la réhabilitation d'Aris Velouchiotis, qui vont dans le bon sens, même si encore incomplète.

    Sur Aris Velouchiotis, voir:

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/07/08/grece-rehabilitation-daris-velouchiotis/

    Sur le programme du KKE, voir:

    http://fr.kke.gr/fr/articles/Programme-of-the-KKE/

    Malheureusement, les meilleures docs du KKE ne sont pas traduites en français. Concernant l'objectif stratégique de la dictature du prolétariat, en voici quelques extraits significatifs:

    *** "The material basis of the necessity of socialism in Greece

    The Greek people will be liberated from the bonds of capitalist exploitation and the imperialist unions when the working class together with its allies carries out the socialist revolution and moves forwards to construct socialism-communism.

    The KKE's strategic goal is the conquest of revolutionary working-class power, the dictatorship of the proletariat, for the socialist construction as the immature phase of the communist society.

    The revolutionary change in Greece will be socialist.

    The motor forces of the socialist revolution will be the working class as the leading force, the semi-proletarians, the oppressed popular strata of the urban self-employed, the poor farmers, who are negatively affected by the monopolies, and for this reason have an objective interest in their abolition, the abolition of capitalist ownership, in the overthrow of its power, in the new relations of production" ***

    *** "Fundamental principles of the formation of the socialist power

    The socialist power is the revolutionary power of the working class, the dictatorship of the proletariat. The working class power will replace all the bourgeois institutions, which will be smashed by the revolutionary activity, with new institutions that will be created by the people." ***

    *** "The relationship of the KKE with the working class power

    The KKE, as the ideological-political organised vanguard of the working class, will constitute the leading force of the revolutionary working class power, the dictatorship of the proletariat. It vindicates its revolutionary leading role as long as it expresses the general interests of the working class and the scientific laws of the socialist-communist construction in practice." ***

    En espérant compléter ainsi l'info de tes lecteurs,

    Amicalement,

    Luniterre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :