• - L'URSS de Khrouchtchev était-elle toujours socialiste ?

    - L'URSS de Khrouchtchev était-elle toujours socialiste ?La plupart des groupes se réclamant du Marxisme-Léninisme continuent d'affirmer que l'URSS à partir de Khrouchtchev était toujours socialiste.

    Voyons de quoi il retourne...

     

    Posons-nous cette question : Qu'est-ce que le socialisme ?

     

    Le socialisme, tel qu'il a été défini par Karl Marx, c'est tout à la fois la socialisation des moyens de production et d'échange ET la dictature du prolétariat. Ces deux aspects sont indissociables.

    Le but est l'abolition de l'exploitation de l'Homme par l'Homme et donc l'abolition de l'esclavage salarié.

    (On trouvera aussi en fin d'article : des PDF et des liens, ainsi qu'un commentaire du camarade TML)

     

    Or, l'URSS à partir de Khrouchtchev, a mis en place un système d'accaparation du sur-travail produit par une classe de profiteurs : Les dirigeants des entreprises socialisées, de l'État, de la direction du parti communiste, de certains dirigeants syndicaux et des associations de masse, ainsi que d'une frange de moyens et petit cadres de ces mêmes organismes ont ainsi détourné une part de plus en plus grande du sur-travail produit. Cette caste a formé une nouvelle bourgeoisie.

    Puis cette caste d'apparatchiks a détruit progressivement mais sûrement la base socialisée en associant les mafias aux affaires de ces entreprises, les transformant de plus en plus en entreprises privées, "officiellement" encore entreprises d'état. 

    Dans le même temps, les mafias et les anciens bourgeois créaient des entreprises privées souterraines qui exploitaient sans vergogne les travailleurs, renforçant ainsi la classe bourgeoise et détruisant la force de résistance des travailleurs.

    Par ailleurs, la dictature du prolétariat (pouvoir des soviets des ouvriers et paysans) a été remplacée par la dictature policière de ces mêmes apparatchiks profiteurs.

    Bien entendu, le pouvoir tenait un discours "socialiste" afin de tromper les travailleurs. Toutes les "réformes" étaient faites pour "moderniser, améliorer, démocratiser le socialisme".

    Une des premières lois que les Khrouchtcheviens ont supprimée fut celle qui donnait aux travailleurs la possibilité de révoquer les dirigeants élus (d'entreprises, des soviets locaux et de l'état, de syndicats, etc.)

    Ils ont aussi écarté les vrais marxistes léninistes de la direction de toutes les instances (au sommet comme à la base)  - limogeages, procès avec de fausses preuves, emprisonnement et assassinats.

    La dictature des profiteurs se mettait ainsi en place.

    Un point sur les causes historiques...

    Déjà en 1936 cette caste était devenue majoritaire : elle continuait de jouer le jeu du socialisme alors qu'en sous-main elle confortait son pouvoir bureaucratique. Cette bureaucratie s'est mise en place dans des circonstance propre à l'état arriéré de la Russie (la grande majorité de la population ne savait ni lire ni écrire, l'industrie n'en était qu'à un stade embryonnaire, bien qu'il y avait environ 8 à 9 millions d'ouvriers, c'était une goutte d'eau pour la Russie de l'époque). Cependant la construction socialiste se faisait et à grands pas, le pouvoir appartenait aux Soviets des ouvriers et paysans. Le contrôle prolétarien s'exerçait. La dictature du prolétariat s'exerçait. Pour preuve toues les purges et les procès contre les ennemis de la révolution.

    Un effort énorme fut entrepris pour éduquer les masses et industrialiser le pays.

    Cependant, cette caste de profiteurs, travaillant de façon camouflée a réussi à gangrener le Parti et l'État.

    Quand Staline se rendant compte qu'il fallait absolument changer cet état de fait, il proposa dès 1936 une nouvelle constitution qui séparerait le Parti de l'État afin de redonner au parti sa capacité d'action autonome, d'organisation, d'éducation et de mobilisation des masses, de chasser les bureaucrates et d'accroitre le pouvoir des soviets !

    Mais il fut battu et la constitution ne fut pas adoptée selon ces termes. La lutte des classes pris alors une nouvelle tournure (les fameux procès des années 37-39).

    Puis vint la grande guerre de libération anti-fasciste : Plus de 25 millions de morts dont plus de 6 millions de cadres et de militants communistes. Le pays et l'industrie étaient dévastées en grande partie. Tout était à reconstruire et le parti manquait cruellement de cadre marxiste-léniniste authentique.

    Après guerre, quand Staline proposa de nouveau sa nouvelle constitution, il fut de nouveau battu. Et cette fois les révisionnistes avançaient de façon plus ouverte. 

    Après la mort (l'assassinat ?) de Staline, Les khrouchtchéviens eurent les mains libres. Politiquement, ils vidèrent de leur pouvoir les soviets pour n'en faire qu'une coquille vide, ils placèrent leurs hommes à tous les niveaux, ils réécrivirent les manuels politiques et économiques à fin de propagande et de décervelage. La propagande "pseudo communiste" remplaça l'éducation. Ils chassèrent tous les marxistes-léninistes.

    D'un point de vue économique, ils remplacèrent les lois économiques socialistes par les lois du marché, de l'échange, copièrent les USA : Le productivisme remplaça le développement des forces productives, la priorité fut donnée à l'industrie légère ruinant ainsi la capacité de l'URSS à se développer de façon autonome, l'agriculture socialiste fut détruite et ses bases d'agriculture bio-écologiques furent remplacées par les cultures intensives avec engrais et pesticides chimiques.

    (Lire ici - La première opposition à l’agriculture intensive court-termiste était soviétique (Epoque Lénine-Staline)

    (Lire aussi comment les révisionnistes avançaient des thèses économiques anti-socialistes >> http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/pour-se-liberer-de-l-esclavage-salarie-bien-comprendre-l-economie-capi-a126895446

    Tout ceci se fit sur une longue période pour ne pas créer de tensions. Tout comme chez nous la bourgeoisie a commencé à détruire les conquêtes sociales dès 1937 puis après la seconde guerre mondiale dès 1947. 

    Donc, les deux points fondamentaux de ce qui fait le socialisme ont été détruits !

    Continuer à affirmer que l'URSS à partir de Khrouchtchev était encore socialiste est soit de l'ignorance, soit de la connivence.

    Ce point est donc important à comprendre car il est le point de démarcation entre les faux et les vrais communistes !

    Comment faire confiance à des groupes qui considèrent l'URSS des apparatchiks comme toujours socialiste ? 

    Quand il parle de révolution socialiste, est-ce du socialisme de Khrouchtchev dont il parle ? En parole ils vont dire non, mais dans les faits... Tant que ces groupes ne seront pas clairs sur cette question, il y aura toujours le risque du retour révisionnisme dans la conception du socialisme.

    NOUS AFFIRMONS DONC : L'URSS de Khrouchtchev n'était plus socialiste puisque :

    1- L'exploitation de l'Homme par l'Homme a été réhabilitée

    2- La dictature du prolétariat a été remplacée par la dictature des apparatchiks profiteurs et exploiteurs

    Tout comme l'opportunisme, la social-démocratie et le trotskisme, le révisionnisme moderne doit donc être fermement combattu.

     

    SUR LE MÊME SUJET :

    L'URSS de Khrouchtchev était-elle impérialiste ? >> http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/l-urss-de-khrouchtchev-etait-elle-imperialiste-a127512972

    POUR ALLER PLUS LOIN, LIRE AUSSI : 

    Prof. Grover Furr "Les tentatives de Staline de réformer la constitution" à lire en suivant ce lien >> http://lesvraisamisdelurss.eklablog.fr/en-reponse-au-mensonge-mediatique-la-lutte-de-staline-pour-la-reforme--a119208998

    Télécharger « Enjeux_du_developpement_et_du_perfectionnement_de_la_democratie_sovietique.pdf » (Un texte du Camarade Vincent Gouysse)

    et aussi "Avace la chute de l'URSS, le communisme n'a-t-il pas échoué ?" >>

    http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/avec-la-chute-de-l-urss-le-communisme-n-a-t-il-pas-echoue-comprendre-p-a112740002

    Télécharger « Ce_que_sont_les_amis_de_l_URSS.pdf » (Un texte du Camarade Vincent Gouysse)

    A lire aussi ce très bon article du camarade TML : 

    Sur la nature de classe de la contre-révolution khrouchtchevienne

    Télécharger « Dictature du prolétariat - Karl Marx, Lénine, Staline, Enver Hoxha - Marxisme-léninisme.pdf »

    Télécharger « Khrouchtchev_et_la_desagregation_de_URSS.pdf » (Par le Prof. Mikhaïl KILEV)

    Télécharger « Enver_Hoxha_Les_Krouchtcheviens_Souvenirs.pdf »

    Télécharger « La_grande_conspiration_contre_la_Russie.pdf » (Par Michel SAYERS et Albert E. KAHN, Historiens américains)

    Télécharger « Marx_Manifeste_du_parti_communiste.pdf »

    Télécharger « Engels_Socialisme_utopique_et_socialisme_scientifique.pdf »

    Télécharger « Marx_Le_Capital_Livre_I.pdf »

    Le capital Livre 2 >> http://inventin.lautre.net/livres/MARX-Le-Capital-Livre-2.pdf

    Le capital Livre 3 >> http://inventin.lautre.net/livres/MARX-Le-Capital-Livre-3.pdf

    Le capital Livre 4 >> http://inventin.lautre.net/livres/MARX-Theories-sur-la-plus-value-T1.pdf

    Télécharger « Comprendre_l_exploitation_capitaliste_de_facon_simple-Article.pdf »

    Télécharger « Exploitation de l'Homme par l'Homme, capitalisme, socialisme.pdf »

    ===

    UN COMMENTAIRE DU CAMARADE TML :

    Bonjour, camarade

    Quelques précisions, qui me paraissent utiles, à propos de la contre-révolution khrouchtchévienne...

    Tu écris:

    "D'un point de vue économique, ils remplacèrent les lois économiques socialistes par les lois du marché, de l'échange, copièrent les USA : Le productivisme remplaça le développement des forces productives, la priorité fut donnée à l'industrie légère ruinant ainsi la capacité de l'URSS à se développer de façon autonome, l'agriculture socialiste fut détruite et ses bases d'agriculture bio-écologiques furent remplacées par les cultures intensives avec engrais et pesticides chimiques.

    Tout ceci se fit sur une longue période pour ne pas créer de tensions. Tout comme chez nous la bourgeoisie a commencé à détruire les conquêtes sociales dès 1937 puis après la seconde guerre mondiale dès 1947. "

    Il y a cependant une différence essentielle sur ce dernier point :

    ni en 36, ni en 45, les luttes prolétariennes en France n'ont permis d'établir des rapports de production socialistes.

    Il s'agissait donc de la perte d'"avantages sociaux" relatifs, acquis dans le cadre économique capitaliste.

    En URSS, les acquis sociaux étaient en grande partie liés aux rapports de production socialistes.
    La contre-révolution khrouchtchevienne a porté sur les deux fronts, mais d'abord sur les rapports sociaux de production. Dans ce domaine, elle n'a donc effectivement pas été non plus brutale ni radicale dans tous les secteurs de l'économie.
    A ce sujet, voir l'ouvrage d'étude, carrément révisionniste mais bien documenté sur cette période, de Suzanne ROUSSEL (1972)
    http://www.persee.fr/docAsPDF/receo_0035-1415_1972_num_3_3_1102.pdf

    [NDLR -  Je suis d'accord avec cette remarque, mais je voulais simplement indiquer que la méthode suivie était la même : la douceur plutôt que le grand chambardement !]
     
    La grande force du révisionnisme soviétique a été, en outre, de maintenir jusqu'au bout une partie, quoique de plus en plus réduite, des acquis sociaux, indépendamment de la déconstruction des rapports de production socialiste.


    C'est la somme cumulée, assez lentement et habilement, en faits, de tous ces reculs sociaux, qui aboutira à un soutien populaire relativement fort pour la deuxième phase contre-révolutionnaire de 1989-1991.


    C'est par contre la brutalité de cette deuxième phase qui fera renaître, une fois les illusions "démocratiques libérales" retombées, le souvenir populaire de l'URSS. Aujourd'hui, la nostalgie de l'URSS se développe sur des bases renforcées également par l'agression impérialiste chronique dont est victime la Russie.


    La résistance de l'URSS contre l'impérialisme US, malgré ses dérives sociales-chauvines de "grande puissance", à permis la survie de nombreuses luttes de libération nationale, même si c'était aussi, le plus souvent, sur une base sociale-chauvine. Tout étant relatif, l'influence de l'URSS est aussi restée appréciée par rapport au collaborationnisme maoïste post-GRCP.


    Sur le fond, ton article est juste pour caractériser la ligne de démarcation entre révolution et contre-révolution, surtout dans le contexte actuel, où poussent comme des champignons vénéneux de prétendus « partis communistes » qui ne représentent que de nouvelles impasses groupusculaires, néanmoins il manque de dialectique à propos des éléments de socialisme qui ont survécu temporairement  au coup d'état khrouchtchévien.
    Si la nature fondamentalement capitaliste de cette contre-révolution est bien établie par ton article, reste également la question de caractériser cette forme de capitalisme parmi celles encore existantes.
    Cela a une importance pour comprendre l'évolution de la situation internationale depuis ce temps.


     Ces points seront également abordés, de fait, dans la suite de l'étude sur la loi de la valeur, telle qu'elle a été restituée dans les deux formes de capitalisme national-bureaucratique, en Russie et en Chine, et dans leurs mutations monopolistes et impérialistes actuelles.

    « - LENINE : LE PROGRAMME MILITAIRE DE LA REVOLUTION PROLETARIENNE- La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat ? »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :