• - La Dialectique peut-elle (Encore) casser des briques ?

    - La Dialectique peut-elle (Encore) casser des briques ?Au stade actuel du développement des mouvements de masse à travers la planète, il apparaît clairement que ce n’est pas le réveil de la révolte populaire et prolétarienne qui pose réellement des questions aux révolutionnaires, mais bien à nouveau l’organisation du prolétariat en tant que classe politiquement autonome et capable de structurer le mouvement de masse autour d’une perspective d’alternative réelle au capitalisme.

     

    Or cette autonomie de classe ne peut pas se construire sur les valeurs idéologiques des classes populaires en voie de prolétarisation mais encore imprégnées des valeurs « classes moyennes » qui sont en réalité celles de la petite-bourgeoisie idéaliste, fut-elle formellement d’« extrême-gauche ».

    Pour l’instant, ce sont ces valeurs idéologiques diverses qui dominent le mouvement et empêchent, en pratique, l’expression autonome des catégories prolétariennes les plus exploitées par le capital, et même la simple formulation collective de leurs revendications les plus immédiates, comme l’augmentation du SMIC, et surtout, à propos des retraites, l’établissement d’un « plancher » à un niveau décent.

    A travers toutes ce manipulations idéologiques, qu’elles soient trotskystes, anarcho-écologistes, pseudos-« communistes » PCF et « dissidents » pro-chinois et autres, ce sont donc diverses fractions de la petite bourgeoisie, en fin de compte, qui tentent d’utiliser la colère populaire pour réajuster en leur faveur le rapport de force dans lequel elles se situent par rapport à la grande bourgeoisie financière monopoliste, mais sans vouloir réellement assumer les conséquences d’une alternative prolétarienne, et y faisant donc obstacle, concrètement, derrière un langage pseudo- « contestataire » et même parfois très formellement « anticapitaliste ».

    Leur perspective politique, même sous un vocabulaire « révolutionnaire », n’est tout au plus qu’un réaménagement « constitutionnel » de l’État au service du capital, sous une forme RIC, 6ème république, etc., mais jamais une remise en cause de la nature de classe de cet Etat, et encore moins, la perspective d’un Etat réellement prolétarien.

    La voie d’une réelle transition socialiste prolétarienne passe par la constitution d’un parti prolétarien réellement ML, et donc, cela nécessite de retrouver les bases de la dialectique, telle qu’elle peut se comprendre au vu du niveau des connaissances scientifiques actuelles, et des concepts généraux qui s’en dégagent.

    La formation d’un noyau du parti prolétarien passe d’abord par l’auto-formation des éléments conscients de cette problématique, et par leur regroupement en vue de créer, autour de la formation collective, la dynamique de groupe, la synergie rayonnante qui permettra de commencer à structurer le mouvement de masse autour d’une perspective politique réellement prolétarienne.

    - La Dialectique peut-elle (Encore) casser des briques ?

    Luniterre (https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/12/08/la-dialectique-peut-elle-encore-casser-des-briques/)

    « - Rhône Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu en pleine rue... les suicides s'accumulent !!!- Algérie : Poursuivre la lutte pour exprimer les aspirations démocratiques des travailleurs et des masses laborieuses face à la mascarade électorale du 12 décembre prochain »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :