• - La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat ?

    - La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat ?Entre fin 1939 et début 1940 où éclata la guerre, il y eut en Europe une guerre idéologique de mensonges et de manipulations. On appela cette période : « la drôle de guerre ». Après ce fut : la guerre !

    Pour ceux qui ont connu Mai-Juin 68, Mai-Juin 2016 ressemblent à un doux divertissement. En 68, 10 millions de grévistes bloquaient le pays, plus d’essence, radios et télés se sont tues. L’Etat brulait des documents dans ses ministères, De Gaulle s’assurait le soutien de l’armée.

    Depuis plus de 3 mois certains se mobilisent contre la loi El Khomri. Ouvriers, étudiants, paysans en train de crever sur leurs exploitations et ce dans la plus grande désorganisation et surtout en restant très minoritaires et divisés.

    Mais qui, aujourd’hui, est gêné par les grèves, les manifestations.... ? L’essentiel des trains circulent, les voitures ont de l’essence, les villes sont ravitaillées, l’énergie n’est pas coupée, la coupe de foot a eu lieu ....

    Télés et radios font le maximum pour passer en boucle des images de violences, de cheminots bloquant les trains....

    Les débats hystériques de « politiques » et de journaleux complices n’en finissent plus de nous dire que ce pays est au bord ... de la révolution.

     

    Nous communistes nous ne voyons rien de révolutionnaire dans tout cela. Bien entendu, il est logique que les travailleurs, les paysans, les étudiants, s’opposent à un gouvernement qui ne fait – au fond – qu’appliquer les directives du capitalisme mondialisé. Un gouvernement (et peu importe sa couleur !) qui au travers de son Président et de ses ministres veut « rentrer dans les rangs » des directives venues de Bruxelles.

    Mais pourquoi luttons-nous au fait ?

    Si les directions syndicales et politiques sont toutes d’accord avec le gouvernement pour dire qu’il faut « réformer », luttons-nous pour « en revenir au bon vieux temps » ? (Lequel ?) Luttons-nous pour une « bonne et juste réforme » ?

    Avons nous oublié où ces gens là nous ont conduits : rien que sous le gouvernement actuel : on a perdu grâce à eux sur les retraites, sur le code du travail ? Il a déjà été en grande partie brisé par l’ANI (Janvier 2013 : Accord National Interprofessionnel).

    Les syndicats sont tous pour la « réforme », pas pour changer les choses radicalement. Ils nous font croire à coups de sonos et de gilets colorés qu’ils veulent changer la société…. Mais pourquoi le feraient-ils ?

    En 2006 le budget de la CGT : 220.6 Millions d’euros dont 145 millions hors cotisations – l’Etat fourni le reste ; CFDT : 138 millions d’euros dont 69 millions hors cotisations …etc ….. et cela c’était il y 5 ans !

    Le syndicalisme est devenu pour beaucoup une sorte « d’ascenseur social », une sorte de « sécurité de l’emploi ». A-t-on jamais vu quelqu’un couper la main qui le nourrit ? Quel intérêt aurait donc cette multitude de petits bureaucrates syndicaux réformistes à mettre fin au système capitaliste ? La réforme c’est leur raison et leur moyen de vivre.

    On a bien vu au congrès de Marseille de la CGT que les ouvriers (CGT) de Good Year, condamnés par l’Etat, on été expulsés et n’ont pas pu prendre la parole !

    En Mai/Juin 68 rappelons nous que ce n’est pas la police et l’armée qui ont cassé la grande grève, mais bel et bien les directions syndicales en se soumettant aux ordres de De Gaulle lors des « accords de Grenelle » - Et pourtant le rapport de force était largement pour les travailleurs !

    Depuis, les trahisons ont continué. Tant est si bien que nous voilà au bord de la plus grande régression sociale à venir.

    Le gouvernement ne cédera pas. Il a sorti son 49-3, il sortira les réquisitions de travailleurs en grève, il ressortira sa police s’il le faut, il amendera un peu « sa » loi El Khomri peut-être.

    Mais, camarades, ce gouvernement est là – comme tout gouvernement aux ordres du capital – pour veiller à la « bonne marche de l’entreprise »

    C’est donc la question, du « COMMENT LUTTER » qu’il faut poser dès aujourd’hui.

    Il faut cesser de suivre les comédiens à la Martinez et consorts qui ne veulent que garder leurs subventions. Les luttes à venir ne pourront se faire qu’en-dehors de ces organisations. Il nous faudra reconstruire des organisations dont la ligne sera « classe contre classe », complètement indépendantes du gouvernement et de l’Etat.

    Y A-T-IL UNE SOLUTION POLITIQUE A LA SITUATION ?

    Au fond cette agitation autour de la loi El Khomri, permet surtout un coup de prestidigitation remarquable.

     Si la loi ne passe pas, est-ce que nous serons contents. Oui, certainement et après ? les retraites, l’ANI ? On les garde ? On fait quoi ? On attend 2017.

     Si la loi (modifiée ou pas) passe, on fait quoi ? On attend aussi 2017 !

    Au-delà de la loi il faut voir la cible principale. Quel cheval pour 2017 ? Regardez comme les partis sont affairés avec leurs primaires, leurs candidats. Ça, c’est important pour eux. Mais pour nous ?

    Regardez la lutte actuelle entre syndicats ; chacun monnaye sa place pour être celui qui aura le plus de subventions. Mais pour nous ?

    Pour nous : l’illusion, la peur du FN ! Sarko le retour ! Juppé ! Montebourg ! une énième « république … insoumise » ! Le « front républicain » comme pour Charlie ! Et encore 5 ans de promesses et de trahisons. C’est ça que nous voulons ? Alors si nous suivons cette option : nous pouvons dire qu’il y a une solution politique …. réformiste = « bien voter » en 2017. Il y a une foule de candidats.

    Le capital n’a pas encore choisi qui sera son cheval et Hollande fait du « bon travail ».

    Mélenchon, (celui là même qui permit à Hollande de se faire élire en 2012 !) essaie de nous vendre une 6ième république à venir. Mais c’est lui en 1992 qui appelle à voter pour le traité de Maastricht ! Mais que faisait il au Gouvernement Jospin (tiens encore un socialiste !) en 2001 lorsqu’il il adopta la loi LOLF qui débuta la casse stratégique de la fonction publique ? Et en 2002 lors des Accords de Barcelone qui remit en cause (entre autres) le régime des retraites ? Lui : un « insoumis » ?! Comme il dit. Allons donc, un politicard comme les autres qui va nous refaire 2012 ……

    2017 n’apportera aucune solution au chômage, à la misère, aux licenciements, à l’absence de tout avenir pour la jeunesse. Le mouvement contre la loi El-Khomri permet aux fractions du capital d’observer comment se passent les choses, et ce pour un seul but : choisir le meilleur candidat pour 2017. Le meilleur gestionnaire de la crise qui frappe le monde capitaliste.

    La seule solution politique qui vaille est celle de l’unité des travailleurs français, d’Europe et du monde, unis pour en finir une bonne fois pour toutes avec ce régime capitaliste inique. Pour en finir avec la réforme et le réformisme. La révolution ne fait que commencer et, tâche urgente : rompre avec le réformisme !

    Mais de l’autre coté de l’atlantique une autre partie se joue.

    Les accords secrets du Traité Transatlantique se discutent hors du bruit de la rue. Ils visent à nous mettre sous la domination totale des U$A. Mme Clinton sera élue Présidente du U$A. Soutenue par ceux-là même qui ont promu G. W. BUSH. C’est une passionnée de la guerre qui voulait attaquer l’Iran et frapper la Syrie. Le futur gouvernement de 2017 DEVRA faire preuve de son allégeance.

    Notre avenir dépend aussi de ces circonstances. Tous les candidats retenus par les capitalistes devront donc, d’une manière ou d’une autre, recevoir l’aval de Washington. Qu’on s’en souvienne s’il nous prenait l’idée, saugrenue, de voter ! Il ne faut pas croire que le sort du coq gaulois n’ait rien à voir avec celui de l’aigle étasunien !

    ORGANISATION des COMMUNISTES de France – O.C.F

    Contact : OCF@KOMINFORM.ORG

    - La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat ?

    Télécharger « La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat.pdf »

     

    « - L'URSS de Khrouchtchev était-elle toujours socialiste ?- Mai 68, La trahison opportuniste »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 20:43

    Enfin une voix clairvoyante qui émerge de la foule d'esclaves ! Comment des politiques qui se disent "à gauche de la gauche" osent-ils faire référence à la révolution quand leurs agitations ne concourent qu'à soutenir une démocratie opposée aux intérêts du peuple ? Comment des syndicaux osent-ils parler au nom des salariés, tandis que la majorité écrasante des élus syndiqués n'a rien à craindre et les salariés eux-mêmes prennent tous le coups ?

    Évidemment qu'il faut massivement s'abstenir de voter en 2017 ! C'est un noble geste citoyen que de ne pas participer aux simagrées de ces pantins. La révolution ne doit pas être l’œuvre de ces guignols. Ce sont les chômeurs, les travailleurs précaires, les classes opprimées qui doivent prendre leurs propres affaires en main.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :