• La farce du partage des richesses

    La farce du partage des richesses Le P"C"F, le PG, le Front de gauche n'ont que ce mot à la bouche "Partage des richesses", comme si les maux dont souffre notre société relevaient d'un simple mauvais partage...

    C’est que le crime et le drame fondamental du système économique dans lequel nous vivons et dans lequel vivent les militants du Front de Gauche, de la CGT, du PG, de SUD, etc, ce n’est pas la mauvaise répartition de la richesse et les sacrifices mal partagés entre les riches et les ouvriers salariés. Non, ce n’est pas la source du problème. Cette injustice distributive de la richesse entre les riches et les gens ordinaires, les pauvres et les salariés est la conséquence de l’injustice suprême, la mère de toutes les injustices : l'exploitation capitaliste !

    C’est parce qu’ils sont propriétaires des moyens de production, du commerce et des communications que les Lagardère, Dassault, Vivendi, Total, Goldman Sachs et autres monopoles multimilliardaires, chefs d’entreprises et membres des conseils d'administration, banquiers et financiers, gros propriétaires terriens et du bâti, s’en mettent plein les poches et donnent le moins possible à la société tout en menaçant de quitter le pays avec leurs usines et leurs fortunes mal acquises si l’impôt sur la fortune ou les profits, si les taxes aux entreprises, si les "charges" sociales et autres sont augmentés.

    Comme ce sont les riches – la classe capitaliste et les financiers-banquiers – qui dirigent et organisent cette société jamais les politiciens de droite comme de la pseudo gauche n’imposeront « Aux riches de faire leur juste part ! ». Et pourquoi ? D'abord, parce que tous ces beaux messieurs et dames sont les commis politiques des monopoles capitalistes. Ils sont à leur service, quoi qu'ils disent. Ensuite, parce que la loi du capitalisme c'est « TOUJOURS PLUS DE PROFITS ! »

    L’État capitaliste Français n’a pas été mis sur pied pour « Faire payer les riches » mais bien pour faire payer les ouvriers, les salariés, les travailleurs et les étudiants, les privés d'emploi et les pauvres, et c’est le fondement même de cette société qu’il faut changer pour en inverser les rôles et faire en sorte que tous travaillent au profit de tous par la socialisation des moyens de production, d'échange, de la terre et du bâti.

    Ce sont les travailleurs qui créent les richesses, ils doivent donc en recevoir, directement et indirectement, individuellement et collectivement, les bénéfices : « L’oisif ira loger ailleurs ».

    Pour se libérer les travailleurs doivent s'opposer à cette farce du "Partage des richesses" et s'organiser pour : « Exproprier les capitalistes sans indemnité et sons contrôle ouvrier. Briser l'État capitaliste et instaurer le pouvoir des travailleurs (ce que Marx a appelé "la dictature du prolétariat") ».

     

    C'est à dire, dès aujourd'hui, dans nos luttes quotidiennes, construire la révolution socialiste, vers le communisme !

    « Avec l’historienne Annie Lacroix-Riz – 1/3 - Sur la seconde guerre mondiale et Les relations inter-capitalistes avec HitlerArrêter le fascisme au Venezuela avant qu’il ne soit trop tard ! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :