• - Le coeur brisé mais les yeux ouverts (MAJ 20-10-2020)

    Par Antoine Manessis

    L'abominable assassinat d'un professeur d'histoire, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine, par un jeune Tchéchène de 18 ans, fait la une des médias.

    Les faits :

    Un enchaînement de faits, depuis le cours de Samuel Paty le 5 octobre montrant deux caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, a mené à cet assassinat.

    Dès le soir de ce cours, un parent d’élève, alerté par sa fille, publie une vidéo pour relater les faits et appelle à une manifestation pour demander l’exclusion de l’enseignant.

    Trois jours plus tard, le père et un second individu se rendent au collège pour rencontrer la principale du collège. « Elle a essayé d’apaiser les choses, pendant que les deux personnes demandaient le renvoi du professeur sous peine d’une mobilisation », a relaté Jean-François Ricard.

    Le soir de ce même 8 octobre, le père publie une nouvelle vidéo dans laquelle il nomme le professeur, donne l’adresse du collège et incite ceux qui le veulent à manifester « pour dire stop ».

                                                                                Dolores Ibarruri "La Pasionaria"

     

    Le 11 octobre, le père se rend au commissariat avec sa fille pour porter plainte pour diffusion d’images pornographiques. Le professeur est entendu le 12, il relate le contenu de son exposé, dont il remet une copie. « Il n’a pas dit aux élèves musulmans de sortir de la classe, mais a pris soin de proposer aux élèves qui pourraient être heurtés de ne pas regarder », a dit le procureur. Samuel Paty a porté plainte à son tour pour diffamation.

    Le procureur a évoqué une dernière vidéo, publiée le 13 octobre sur YouTube, dans laquelle on retrouve le père et sa fille. Une tierce personne accuse Emmanuel Macron d’attiser la haine contre les Musulmans et appelle à une manifestation devant le collège. Il s’agit de l’homme qui avait accompagné le père pour aller voir la principale. Cette dernière fait état de nombreux appels de menace reçus au collège à la suite de la diffusion de cette vidéo.

    Enfin, vendredi, l’assaillant était devant la grille du collège, et sollicitait des élèves pour lui désigner le professeur.

    Vendredi, à 17h11, la police nationale est sollicitée par la police municipale après la découverte d’un corps sur la voie publique. Un homme avec une arme de poing est immédiatement désigné comme l’auteur présumé des faits. Les policiers nationaux se rendent sur place et tombent sur lui. « A leur vue, l’individu a couru dans leur direction et tiré à cinq reprises avec son arme de poing », a raconté le procureur. Trois policiers ripostent et le touchent. A terre, l’assaillant tente de se relever et de donner des coups de couteau. Il est neutralisé. « Son corps présente neuf impacts d’entrées de balles », a-t-il détaillé.

    Nos commentaires :

    L'émotion, ô combien légitime, devant ce genre de barbarie ne doit pas empêcher d'avoir une réflexion sur cet événement et sur ce qui le suit.

    L'acte lui-même et la capacité à le commettre semble indiquer que l'assassin, en France depuis 12 ans, était fortement perturbé psychologiquement et fanatisé.

    Le procureur "anti-terroriste" Jean-François Ricard a déclaré que ce crime "confirme le très haut niveau de la menace terroriste islamiste à laquelle nous devons faire face", déclaration très discutable à moins de renseignements que nous n'avons pas. L'acte isolé d'un fanatique ne signifiant pas "une menace terroriste de haut niveau". La menace existe, elle est permanente. Mais créer, involontairement ou pas, un climat de peur avec ce genre de discours est étonnant. 

    Macron quant à lui a dit "Je veux dire ce soir, de manière très claire, ils ne passeront pas". De quoi et de qui parle le président ? Sommes-nous victimes d'une attaque dont on ne saurait rien ? Une armée ennemie a-t-elle franchie les frontières ? Un putsch a-t-il été tenté ? Pourquoi cette référence au "No pasaran" anti-fasciste de la République espagnole lancé par une femme, Dolores Ibárruri, députée et dirigeante communiste ? Non, il ne s'est rien passé de tout cela : un jeune abruti fanatique et criminel a commis un acte odieux. La République est assez solide, pouvons-nous espérer, pour qu'un acte de ce genre ne la mette pas en danger. Macron manque de sens de la mesure ou il panique , dans les deux cas un mauvais point pour lui.  

    D'autre part Macron a la mémoire courte : il y a peu de temps lui et ses prédécesseurs n'avaient pas de mots assez durs contre les troupes syriennes et russes qui combattaient les assassins de Daesh et des autres organisations terroristes. Macron ne sait-il pas qu'il est membre de l'OTAN dont un pays membre (la Turquie) envoie des tueurs fanatiques de Syrie en Azerbaïdjan combattre les Arméniens du Haut-Karabakh ? Et que dire de ce que disait la France quand Poutine combattait les fanatiques de Tchétchénie ?

    Quand les paramilitaires colombiens à la solde du gouvernement colombien (et des Etats-Unis) assassinent des enseignants, des paysans, les étudiants, des ouvriers syndicalistes en Colombie où sont les "No Pasaran" de Macron ? Les innocents torturés et assassinés ne comptent-ils pas s'il ne sont pas Français ?

    Que certains tentent à chaque occasion de reconstituer une "union sacrée" pour camoufler la faillite de leur système capitaliste en tentant d'unir, "faire bloc",  les profiteurs de guerre et les marchands de canons avec la plèbe massacrée dans les tranchées, c'est un vieux truc qui ne marchera pas. Il est même pathétique de profiter de ce type d'événement pour tenter des opérations politiciennes de bas étage.  

    Enfin, l'étrange, l'amour soudain pour les enseignants de la part de Macron et sa clique qui démolissent pierre par pierre le service public de l’Éducation Nationale (l'Université incluse) comme ils cassent les services publics de la Santé, de l’Énergie ou des Transports (SNCF).

    La mort abominable de Samuel Paty nous brise le cœur et toute notre sympathie va à sa famille et à ses amis et collègues. Mais elle ne nous aveugle pas.

     

    Antoine Manessis - http://nbh-pour-un-nouveau-bloc-historique.over-blog.com/2020/10/le-coeur-brise-mais-les-yeux-ouverts.html

     

    La provocation gouvernementale continue de plus belle... Veulent-ils une guerre civile chez les pauvres ? Le fascisme se met en place en France... va-t-on enfin réagir ?

    Lire cet article >> Les présidents des régions de France ont pris l'initiative de préparer la publication d'un ouvrage rassemblant les caricatures religieuses et politiques les plus marquantes parues dans la presse régionale et nationale afin de le diffuser ensuite dans les lycées.

     

    LIRE AUSSI :

     

    - Affaire Samuel Paty : Prolétaires, gardons la tête froide

     

    - Macron complice du Qatar et de l’Arabie Saoudite

     

    - Montée de la haine anti-Islam : à qui profite le crime ?

     

    - Attentat contre Charlie Hebdo : 12 points étranges

     

    - TERREUR OU RÉVOLUTION ? (À propos des événements survenus en France début janvier 2015)

     

    - Après Charlie Hebdo, l’éternel retour de l’ennemi intérieur

     

    - 11 Janvier 2015 : quand les langues se délient enfin !

     

    - Selon le général Ivashov, l'attentat Charlie Hebdo est l'œuvre de mercenaires recrutés par les États-Unis ou Israël

     

    - Un texte éclairant par Olivier CYRAN

     

    - Daesh, faire valoir du terrorisme étatique

     

    « - Vous avez aimé la première vague et le confinement (Mise à jour au 14-10-2020)- Soutenir la Résistance contre l’agression impérialiste au Bélarus ! MAJ 22-10-2020 »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :