• - Le monde de Swchab (Le Great Reset est une réalité !) - MAJ (Vidéos)

    Le monde de Schwab, par Jacques Maillard et Valentin Martin

    12 Juin 2021

    Klaus Schwab, le Forum de Davos, c'est lui - Le Point

    Klaus Schwab salue le Forum Economique Mondial

     

    L’épidémie de Coronavirus, « Covid 19 » au-delà des immenses dégâts sur les personnes et les biens, les économies et les sociétés, provoque une multitude de débats, dans la recherche de ses causes, des éventuelles conspirations, des possibles complots qui en seraient les parents.

    Il est donc intéressant de lire, étudier et décrypter l’ouvrage écrit par une des personnes les plus influentes du monde, selon nombre de personnalités, à savoir le président fondateur du « Forum Économique Mondial », plus connu sous le nom de « forum de Davos ».

    Cette institution internationale organise chaque année , dans la station suisse de Davos (où Thomas Mann situe son fameux roman « la Montagne Magique ») une réunion de tout ce qui « compte » sur la planète (essentiellement des pays de l’OCDE et de leurs alliés, mais aussi de la Chine), en matière économique, politique et académique.

     

    Nous ferons donc un « décodage » des idées les plus importantes de ce livre, en le reliant aux décisions, aux politiques, aux projets de société que ces idées impliquent.

     

    Vidéo de 9 mn : Éric Verhaeghe, énarque et auteur du livre "Le Great Reset : mythes et réalités", explique au micro de Rachel Marsden que c’est la première étape d’un projet de contrôle global jusqu'à l'instauration complète du Nouvel Ordre Mondial.

    Pour la voir en direct :

    https://www.facebook.com/ganga.makara/videos/168016148850565

    Et aussi à télécharger ci-dessous :

    https://u.pcloud.link/publink/show?code=kZeLL6XZ5zfs6UqPvwz90ff8Dv5eVVw6xfh7

     

    Qui est Swchab ?

    1) L’auteur (ou plutôt le coauteur)

    Klaus Schwab est né en 1938 à Ravensburg en Allemagne. Son père Eugen dirigeait l’usine de mécanique Escher Wyss, spécialisée dans la fabrication de turbines et de matériel qui fut livré à la Wehrmacht. Cette même usine qui fit travailler pendant la guerre une centaine de travailleurs forcés reçut le titre de « société modèle nationale-socialiste » (voir la page Wikipédia en allemand https://de.m.wikipedia.org/wiki/Klaus_Schwab et l’étude Schwab Family Values - unlimitedhangout.com).

    Docteur en économie, ex-dirigeant de la compagnie allemande Sulzer, professeur de « management » (Menschenführung ) (1), K.S. crée en 1971, avec le soutien de Raymond Barre alors vice-président de la Commission européenne, le Symposium Européen du management, qui devient en 1987, le Forum économique mondial à Davos, non loin de l’office de l’ONU et du siège de l’OMS.

    Klaus Swchab est par ailleurs membre de la direction du Comité Bilberberg.

    Il a été surnommé par le Figaro le « maître des maîtres du monde » (Klaus Schwab, le directeur du Forum de Davos est devenu le maître des maîtres du monde (lefigaro.fr) .

    Sa fille Nicole est la fondatrice du Forum des Young Global leaders qu’elle a présidé (2004-2006), et présidente du Gender Equity (Homepage - EDGE Certification (edge-cert.org)), et dirigeante d’un institut de protection de la nature (Last wild places).

     

    « 2) le Forum Économique Mondial (« World Economic Forum » en anglais) »

    Cette organisation non-gouvernementale permanente constituée de 550 personnes réunit les chefs des plus grandes entreprises mondiales, des politiques, ainsi que des journalistes et des intellectuels pour orienter les politiques mondiales. Les puissances financières des membres (Goldman Sachs, Blackrock, KKR, Soros, Microsoft, Apple...) dépassent largement le budget de nombreux États occidentaux cumulés.

    De fait, leurs analyses, présentées comme des prévisions (les « transformation map » données aux politiques), deviennent des feuilles de routes pour les États occidentaux, ou pour le moins des prophéties auto-réalisatrices.

    Le Forum mondial vise à un monde sans frontières, dirigé par un gouvernement mondial (semi-privé), ou tout au moins régional (UE), prenant le virage d’une Quatrième révolution industrielle (révolution 4.0-GAFA), à la fois numérique, « verte » et « inclusive ».

    Le 13 juin 2019, le FEM et l’ONU ont signé un Pacte de partenariat stratégique qui offre au FEM une influence directe sur de multiples commissions et programmes. United Nations Photo : UN and WEF Sign MOU on Strategic Partnership Framework for 2030 Agenda (unmultimedia.org)

    Signalons que sur le site de la Présidence de la République Française, est publié un échange de 25 minutes entre Klaus Schwab et Emmanuel Macron, qui porte justement sur les thèmes abordés dans son ouvrage. Agenda de Davos du World Economic Forum : intervention du Président Emmanuel Macron - YouTube Comme les deux amis partagent manifestement une profonde communauté de vue, il est donc fondamental pour essayer d’anticiper l’avenir, de lire ce livre. C’est en ce sens qu’il peut rappeler un autre ouvrage dont la traduction en français par le Maréchal Lyautey portait comme sous titre : « Français, lisez ce livre pour connaître votre avenir ».

     

    L'entretien Scwhab-Macron

     

    https://youtu.be/mGHt1N0MYGA

     

    Le FEM et la « préparation aux épidémies »

    Le Forum économique mondial est très actif en matière de « préparation aux épidémies ». En 2017, il crée la philanthropique « Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies »(CEPI), à partir de fonds variés (Bill and Melinda Gates, UE, Wellcome Trust...) qui se trouve être spécialisé dans diverses maladies dont les coronavirus (Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies — Wikipédia (wikipedia.org)). Dès 2020, elle a instauré 11 partenariats pour mettre au point des vaccins contre le Covid 19. Aux côtés de l’OMS, la CEPI dirige le dispositif d’accès aux vaccins COVAX. Elle a obtenu un droit de pré-emption sur plus d’un milliard de doses de vaccins. Le COVAX publie la liste d’une première série d’attributions de vaccins (who.int)

    Le 18 octobre 2019, deux mois avant le déclenchement de l’épidémie de Covid-19, le Forum Mondial a organisé un exercice de pandémie au coronavirus. « Le Jonhs Hopkins Center for Health Security en partenariat avec le Forum Economique Mondial et la Bill and Melinda Gates Foundation accueillent l’Event 201, un exercice contre une pandémie de grande ampleur le 18 octobre 2019 à New York. » Event 201, a pandemic exercise to illustrate preparedness efforts (centerforhealthsecurity.org) Le scénario était le suivant : « L’Event 201 simule l’apparition d’un nouveau coronavirus zoonotique transmis par des chauve-souris à des porcs puis aux humains, qui devient ensuite très vite contagieux d’individu à individu, conduisant à une sévère pandémie. L’agent pathogène et la maladie qu’il cause sont des SARS, mais ils sont plus contagieux chez les gens qui ont peu de symptômes. »
    The Event 201 scenario | A pandemic tabletop exercise (centerforhealthsecurity.org)

     

    3) Covid-19, La grande réinitialisation, le livre

    En juin 2020, soit quelques mois seulement après les premiers confinements en Europe, le Pr Klaus Schwab publie un livre où il expose son projet pour le monde d’après : « Covid 19 : La Grande Réinitialisation », en anglais « The great reset » et en allemand « Der Gross Umbruch » (2), où il explique que « la crise du Covid-19 représente une grande opportunité pour réformer le système ». Il cite la Grande Peste du XIVè s. qui supprima 40% de l’humanité et fut néanmoins le « point de départ de la modernité » . Le Great reset fut par ailleurs l’axe de réflexion promu par Davos en 2020, à laquelle participa notamment Emmanuel Macron. Ce livre a immédiatement suscité des réactions passionnées. Certains comme Modeste Schwartz dans « Le magicien de Davos », y ont vu un nouveau « Livre Rouge » ou un nouveau « Mein Kampf », d’autres une prophétie.

    A première lecture, la Grande Réinitialisation se présente comme un plaidoyer pour un monde plus humain, plus juste, et plus durable, fondé sur un capitalisme éthique conscient des limites de la globalisation et du néo-libéralisme. Cette Grande réinitialisation, véritable promesse d’un paradis sur Terre, est donc multiple. Il convient donc d’étudier plus en détails ses diverses composantes et injonctions : les réinitialisations philosophique, politique, économique, sociale, écologique.

     

    A ce sujet lire aussi :

    SCOOP : le COVID 19, une expérience américaine qui a mal tourné ?

    >> https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/04/scoop-le-covid-19-une-experience-americaine-qui-a-mal-tourne/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=les-derniers-articles-du-courrier-des-strateges_164

     

    3.1 Entrez dans l’ère quantique (Le Reset philosophique ?)

    « La pandémie de COVID-19 a mis à nu le monde quantique. » L’homme moderne est selon KS, aujourd’hui fondamentalement dépassé par la complexité des phénomènes qui l’entourent. Le « monde quantique » est « hautement interconnecté et incertain, incroyablement complexe et changeant en fonction de la position de l’observateur. » (Great reset)

    Selon Schwab, la crise du Covid 19 doit marquer la fin de l’ère de la « fermeture cognitive » : « La fermeture cognitive implique souvent une façon de penser en noir et blanc et des solutions simplistes[143] - un terrain propice aux théories du complot et à la propagation de rumeurs, de fausses nouvelles, de demi-vérités et d’autres idées pernicieuses. Dans un tel contexte, nous recherchons le leadership, l’autorité et la clarté, ce qui signifie que la question de savoir à qui nous faisons confiance (au sein de notre communauté immédiate et parmi nos dirigeants) devient critique (…) Finalement, ce mix toxique fait sortir ce que nous avons de pire en nous. »(Great reset)

    On pourrait objecter que de non moins grands penseurs ont affirmé le contraire. Pour Descartes par exemple, les idées claires et distinctes définissent la vérité.

    Face à cette pensée classique obsolète, Schwab ne prône rien de moins que l’application de la pensée « quantique » en géopolitique. Nous vivons dans un monde tellement complexe, et interconnecté que la vérité n’est pas une. « le micro-monde des atomes et des particules (comme le macro-monde de la géopolitique) est régi par les étranges règles de la mécanique quantique dans laquelle deux observateurs différents ont droit à leurs propres opinions (c’est ce qu’on appelle une « superposition » : « les particules peuvent se trouver à plusieurs endroits ou dans plusieurs états à la fois »). (Great reset)

    La modernité, faite de « systèmes complexes et adaptatifs », sera d’ailleurs caractérisée par l’apparition de nombreux événements imprévisibles et aux conséquences majeures les « cygnes noirs).

    L’interprétation et l’usage que fait Mr Schwab de la mécanique quantique peut laisser perplexe un physicien qui l’a étudiée et utilisée tout au long de sa vie, mais cela n’a pas d’importance.

    On pourrait imaginer quelques applications de cette superposition d’opinions « quantiques ». Différents récits (narratives) peuvent en effet se valoir selon le point de vue de l’observateur.


    Par exemple :


    Opinion quantique 1 : Le gouvernement américain estime que le virus s’est échappé d’un marché d’animaux chinois ou d’un laboratoire de virologie chinois de Wuhan. Il souhaite que la Chine dédommage de quelques trillions de dollars les pays victimes du Covid.


    Opinion quantique 2 : Mais la Chine , via son porte-parole du ministère des Affaires étrangères, accuse l’armée américaine d’avoir importé le virus. Elle demande des explications sur l’Event 201, ainsi que sur la fermeture du laboratoire militaire américain de Fort Detrick en juillet 2019 spécialisé dans les coronavirus, et sur les déclarations du CDC américain affirmant qu’il y aurait eu des cas de Covid sur le sol américain dès septembre 2019. Il rappelle que l’armée américaine a multiplié les laboratoires militaires, par exemple 16 labos pour la seule Ukraine... Coronavirus  : Zhao Lijian, le «  faucon  » de la nouvelle diplomatie chinoise (la-croix.com)
    Commentaire : les Etats-Unis doivent répondre à trois questions liées à l’épidémie de COVID-19 - CGTN

     

    3.2 Obéissez aux leaders (le reset politique ?)

    Dans ce monde de plus en plus imprévisible et « quantique », la foi en nos leaders « éclairés » (qui, eux, comprendraient les phénomènes complexes et imbriqués) sera centrale. La gouvernance globale sera conduite par un « leadership éclairé », avatar du despotisme doux et éclairé de Jacques Delors.

    En même temps, selon un article du FEM, dans le monde d’aujourd’hui qui compte 84% de fidèles, les leaders des communautés religieuses auront, aux côtés des leaders politiques, un rôle majeur à jouer dans l’organisation de la société nouvelle : « il est vital de s’engager aux côtés des leaders de foi pour créer un cadre moral à la Quatrième révolution industrielle. » « Les leaders de la foi peuvent agir comme le ciment entre les communautés. » Faith leaders : an untapped resource in protecting communities | World Economic Forum (weforum.org).

    Dans un article du FEM consacré aux rôles croissants des religions, écrit par un émissaire du Vatican et par le directeur de la « Schwab Foundation for Social Entrepreneurship », nous apprenons qu’avec le Covid « comme cela est écrit dans tous les textes sacrés, le monde a récolté ce qu’il a semé » : How faith leaders can help build a better post-pandemic world | World Economic Forum (weforum.org) .

    Cette approche n’est pas tout à fait incompatible avec la finance moderne. On peut s’interroger sur le rôle joué par la finance religieuse dans le capitalisme moral prôné par le Pr Schwab (capitalisme ESG « Environemental, Social et Gouvernance).

    Par exemple la finance islamique, prônée par le FEM mais aussi par Mme Lagarde lorsqu’elle était à la direction du FMI, regroupe 1800 milliards de dollars fin 2013 (These are the top 9 countries for Islamic finance | World Economic Forum (weforum.org) ).

    La finance catholique créée en 2015 par Standard and Poors (membre du WEF), défini par les évêques des États-Unis (USCCB), et décliné en de nombreuses « valeurs catholiques » (MSCI World Catholic Values, Morgan Stanley catholic value, SEI catholic value...) explose. Standard & Poor’s lance un indice de valeurs catholiques | Les Echos .

    Le fonds inter-foi américain (Interfaith Center on Corporate responsabilité) représente en mai 2018 3800 milliards de dollars (History of ICCR | ICCR (Interfaith Center on Corporate Responsibility) Le nouveau capitalisme éthique, vert et inclusive prôné par Schwab, « capitalisme des parties prenantes » ou capitalisme « ESG » est-il directement lié à cette approche religieuse de la société ?

    On lit par exemple sur le site de Standard and Poor’s : « les exemples d’alignement des résultats financiers sur les valeurs personnelles s’étendent sur l’investissement sur la foi, sur l’investissement socialement responsable, sur l’investissement durable, et sur l’investissement dans l’environnement, social et gouvernance (ESG) » .(The S&P Catholic Values Indices : A Multi-Asset Solution for Faith-Based Investing - S&P Dow Jones Indices (spglobal.com)

     

    3.3 Réduisez drastiquement votre niveau de vie (Reset économique ?)

    Selon l’évangile : « Il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille que pour un riche d’entrer au paradis. » Selon le FEM, « L’aisance est la plus grande menace pour notre planète, selon un rapport scientifique ». Nous devrions opérer des changements de mode de vie drastiques This is now the world’s greatest threat – and it’s not coronavirus | World Economic Forum (weforum.org).

    La fin de la « tyrannie de la croissance » est la clé de voûte du Great Reset. Au nom de la justice sociale et environnementale (et de la réduction de la dette), des mesures salutaires de confiscation de richesses, surtout des classes moyennes - les hyper-riches évoluant par définition, tels les génies, au-dessus des lois - devraient voir le jour. Une hyper-taxation, sur le modèle des années 40 et 50, où les plus riches (des classes moyennes, ndlr) étaient taxés jusqu’à 99% de leurs revenus, devrait permettre de mettre en place ce nouvel État social et providentiel : « À la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux autres pays ont adopté des mesures fiscales similaires et souvent extrêmes. Au Royaume-Uni, pendant la guerre, le taux d’imposition le plus élevé a atteint le pourcentage remarquablement stupéfiant de 99,25 % ! » (Great reset).

    Les habitudes de consommation devraient s’orienter vers la « frugalité innovative », la « sobriété heureuse », avatars 4.0 du « Système D » . Tous les gouvernements occidentaux envisagent effectivement un scénario de décroissance de la consommation énergétique (« low energy demand scenarios » voir plus bas le rapport « The future of nature »), et dans leur optique, de celle du niveau de vie général.

    Un bon exemple de cette conversion pourrait être le plan proposé par le premier ministre espagnol en mai 2021 à l’horizon 2050 : plus de maison, plus de voiture, travail jusqu’à 70 ans, plus de CDI... : le Premier ministre espagnol dévoile son plan pour 2050 - Sputnik France (sputniknews.com) .

    Des trouvailles et des innovations pourraient faciliter cette redistribution des richesses : taxation sur le loyer fictif promue par M. Piketty, intervenant régulier au WEF. En 2013 Mme Lagarde, présidente du FMI proposait une taxation de 10% sur les économies de tous les ménage disposant d’une épargne nette positive » afin de réduire l’endettement des États européens. Cette mesure a été prise en Italie à hauteur de 0,6%, et a failli être prise à Chypre à 9,9%.

    Cette même Mme Lagarde a d’ailleurs récemment confirmé que la dette dûe au Covid contracté par les États européens, bien qu’elle fût produite à partir de la planche à billets monétaire (« helicopter money » selon l’expression usuelle pour qualifier une distribution générale d’argent, et reprise par Schwab), « devra être remboursée » ! Enfin la transition écologique du nouveau capitalisme permettra un accaparement sans précédent des biens communs, ressources naturelles, espaces terrestres et maritimes appartenant encore aux citoyens (voir plus bas), aux nations ou à toute l’humanité.

    S’il nous dépossède de biens matériels, le nouveau monde nous oriente heureusement, selon le FEM, vers les choses essentielles, l’empathie, la générosité, et le respect de la Planète-mère. D’ailleurs, comme on le lit sur le site du FEM, Heidegger, philosophe nazi qui s’était déjà illustré à Davos en 1933, lui aussi nous invitait à « Retrouver la question de l’être » et la « possibilité d’être au monde » Story : Can Wonder Save Us ? (weflive.com) 

    Sonnant le glas du néolibéralisme, Schwab parle aussi de réduire les inégalités sociales et de redistribuer les richesses. Mais en ce qui concerne l’inégalité entre les citoyens du monde, sa principale cause n’est-elle pas autre que l’existence des frontières ? Un passeport ouvre d’injustes privilèges aux citoyens de certaines nations. Il suffit donc, selon le FEM, d’abolir totalement les frontières pour effectuer le nivellement. « Ouvrez les frontières » (open Boarders), lit-on dans un article du FEM. Le revenu minimal ou la réduction du temps de travail ne sont pas des mesures suffisamment efficaces. La fermeture des frontières est l’une des plus grandes barrières à l’égalité mondiale. 15-hour weeks, basic income and doughnuts. Are these the big ideas that could end inequality ? | World Economic Forum (weforum.org)

     

    3.4 Éliminez ou résolvez « le problème de la population » (Reset démographique ?)

    Selon le WEF, nous sommes trop nombreux sur Terre (David Attenborough : The planet can’t cope with overpopulation | World Economic Forum (weforum.org). Selon cette approche, les transitions démographiques et le progrès technologique seront insuffisantes pour régler le problème de la surpopulation (Even as birth rates decline overpopulation remains a global challenge | World Economic Forum (weforum.org) L’article du WEF renvoie aux études de l’ONU sur la capacité de charge de la Terre geas_jun_12_carrying_capacity.pdf (unep.net).

    Dans cette étude, on lit que : « On ne peut pas compter simplement sur le progrès technologique (augmenter la part du gâteau) et sur la transition démographique (moins de naissances) pour éliminer ou résoudre le problème de la population » (We cannot simply rely on technological innovation (the “bigger pie”) and demographic transition (“fewer forks”) to eliminate or solve the population problem ».

    La majorité des 65 études de l’ONU disent que la charge maximale (carrying capacity) de la Terre est à 8 milliards d’habitants, alors qu’aujourd’hui en 2021 la population est de 7,9 milliards d’habitants. Par ailleurs la quatrième révolution industrielle va continuer à détruire des millions d’emplois - les « inutiles » et les « substituables » pour reprendre l’expression du Dr Laurent Alexandre - seront donc chaque jour plus nombreux : « le travail physique sera remplacé par les robots et les machines intelligentes » (Schwab).

    Dans une réunion de 2009 baptisé « The good club », de grands milliardaires américains, tous dans les cercles du WEF (les super « dieux » dirait Laurent Alexandre) se seraient rencontrés à New York. Selon le Sunday Times, Bill Gates y aurait dit qu’il serait possible de limiter l’humanité à 8,3 milliards, grâce aux politiques de santé, à l’éducation, et aux « vaccins » Billionaire club in bid to curb overpopulation | The Sunday Times (thetimes.co.uk) . Ce contexte a favorisé l’émergence du scénario (jugé conspirationniste) de la dépopulation, qu’il soit implicite ou explicite (3).

    Ce scénario de la dépopulation s’appuie sur le fait qu’il y a eu dans l’histoire de nombreuses politiques eugéniques de stérilisations contraintes menées dans de nombreux pays (voir Stérilisation contrainte — Wikipédia (wikipedia.org) ). Le WEF fait aussi intervenir des personnalités en faveur de l’euthanasie : « notre manière de mourir doit être améliorée » entend-on en conclusion de la conférence « Vivre et laisser mourir » (« our dying process should be improved ») Davos Open Forum 2009 - Live and Let Die – YouTube. Le sujet est d’ailleurs revenu dans les hémicycles français en avril 2021.

     

    3.5 Accroissez la surveillance (Reset technologique ? ; Révolution 4.0)

    Les termes « quatrième révolution industrielle » comme celui de « troisième révolution industriel » (Jérémy Rifkin) laissent sceptiques, au regard de la désindustrialisation historique des économies occidentales. En-dehors du domaine de la Big tec (GAFA) grands vainqueurs de la crise, et en général des industries du luxe destinée à ces gagnants, le scénario décroissance /low demand energy s’imposerait ainsi au reste de la population, qu’elle soit confinée ou non. 

    D’ailleurs, un moyen de diminuer l’empreinte écologique humaine pourrait être le confinement systématique au nom du climat (climate lockdown).Selon le magazine Forbes, il faudrait un confinement de type Covid tous les deux ans (pendant combien de temps ?) pour atteindre les objectifs de Paris. Report : World Needs Equivalent Of Pandemic Lockdown Every Two Years To Meet Paris Carbon Emission Goals (forbes.com) D’ailleurs le FEM a écrit que le confinement améliorait les villes Le Forum économique mondial juge que les confinements « améliorent les villes » – puis se ravise — RT en français

    Certains mauvais esprits considèrent que cette quatrième révolution industrielle pourrait se résumer par la formule : « pénurie+internet ». La multiplication des internets (internet des objets, internet de l’énergie, internet des corps...) permettra de considérablement accroître le contrôle et la surveillance des systèmes, et en particulier du système très complexe et problématique que sont les sociétés humaines.

    La généralisation des écrans induit une nouvelle aliénation et accentuerait la privatisation des services publics au profit des GAFA. D’innombrables capteurs, sous la peau, sur la peau, dans nos « toilettes », dans notre téléphone, notre maison, pourraient envoyer un flux permanent de données personnelles, y compris sur notre état de santé (physique ou psychique), vers des sociétés privées et services, commerce déjà très lucratif de nos vies privées (voir le documentaire « Nos données valent de l’or » d’Elise Lucet >> https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/video-nos-donnees-personnelles-valent-de-l-or-le-debrief-du-magazine-cash-investigation_4631115.html).

    Déjà, comme l’indique le WEF, des milliers de Suédois se sont faits implantés des puces RFID sous la peauThousands of Swedish people are swapping ID cards for microchips | World Economic Forum (weforum.org) . Notre métabolisme pourrait lui aussi être contrôlé (nanotechnologies). Actions, rencontres, discussions, opinions, loisirs pourraient être suivies, enregistrées, archivées, voire anticipées. La généralisation des écrans, en particulier pour l’enseignement numérique, dénoncée par des scientifiques comme « Fabrique du crétin digital » s’accentuerait.

    On peut donc s’interroger sur les retombées en terme de progrès social de ce reset technologique. Peut-être sont-elles essentiellement de nature cybernétique (contrôle de population) ou militaire ? D’ailleurs, faisant référence au « théoricien politique » nazi Carl Schmitt, un article du FEM rappelle que cette révolution industrielle est massivement utilisée dans le domaine militaire. 10 trends for the future of warfare | World Economic Forum (weforum.org) Le WEF est d’ailleurs actif auprès de l’OTAN The Future of NATO > World Economic Forum Annual Meeting | World Economic Forum (weforum.org)

     

    3.6 Supprimez l’agitation sociale (Reset social ?)

    Selon Schwab, l’agitation sociale est le seul véritable scénario crédible qui puisse inaugurer une redistribution des richesses : « Les inégalités pourraient donc diminuer mais, si l’on se fie à l’histoire, ce scénario optimiste a peu de chances de l’emporter s’il n’est pas précédé de troubles sociaux conséquents. » Ce scénario est bien évidemment indésirable. « L’un des dangers les plus profonds de l’ère post-pandémique est l’agitation sociale. Dans certains cas extrêmes, elle pourrait conduire à la désintégration de la société et à l’effondrement politique ».

    En effet, outre le chômage dû à la décroissance et à la robotisation, une extrême concentration des richesses des entreprises se dessine : seuls les géants du commerce, de l’alimentaire, de la restauration, du numérique (Big Tec) sortent indemnes et grandis de cette épreuve. « Les grandes entreprises deviendront plus grandes tandis que les plus petites diminueront ou disparaîtront. » (Great reset)

    De fait les peuples se révoltent, créent de l’agitation sociale, même parmi les « nantis de la planète » (les Gilets jaunes qui ont le meilleur système d’assurances sociales au monde !). Ils votent de façon irrationnelle (Brexit...). Il faudra donc « accroître les rôles des gouvernements », donc leur surveillance par le biais des technologies 4.0. [« Le traçage (contact tracing) et le suivi (contact tracking) des contacts sont donc des éléments essentiels de notre réponse de santé publique à la COVID-19. » « À mesure que la crise du coronavirus se résorbera et que les gens commenceront à retourner au travail, les entreprises s’orienteront vers une surveillance accrue »-.

    Le passeport vaccinal couplé à d’autres données, notamment bancaires, pourrait être l’embryon de cette société dystopique de surveillance et de contrôle total des individus.

    A certains égards, le Pr Schwab qui a reçu la « médaille de l’amitié » du Pdt Xi Jinping en 2018 (en même temps d’ailleurs que Philippe Mérieux, ex-co président du projet Laboratoire P4 de Wuhan), n’est pas insensible aux charmes du parti unique chinois. (How the one-party state may shape our future | World Economic Forum (weforum.org) ) L’économie socialiste de marché chinoise (c'est à dire capitalisme d'Etat et non socialisme, ndlr) serait-elle un modèle pour « ’économie sociale de marché » européenne chère à Schwab ? Ou bien celle-ci aurait-elle d’autres modèles plus prégnants ?


    La pensée de Klaus Schwab - qui se revendique notamment de l’humanisme, des Lumières, de l’anti-fascisme - est de nature éclectique. Dans une interview donnée à la RTS, on lit : « Klaus Schwab y évoque ses racines intellectuelles et le lien de son père avec le chancelier Ludwig Erhard, figure de la reconstruction et du "miracle économique" allemand. » (« Pour Klaus Schwab, "on a atteint les limites du capitalisme néo-libéral" - rts.ch ») Théoricien de l’ordolibéralisme, Ludwig Erhard participa directement à l’élaboration du plan quadrienal nazi de 1936-1938, il fut décoré par le Fuhrer en 1943 (article Wikipedia « Ludwig Erhard »). Son ami Alfred Armack-Muller est d’ailleurs cité comme référence sur le site du Forum Économique Mondial qu’anime Schwab : « Nous pouvons apprendre du passé et posé la fondation conceptuelle d’une société inclusive.

    Au milieu des années du 20è s., des leaders de pensée comme l’économiste Alfred Müller-Armack développa la dite économie sociale de marché, le modèle du succès allemand jusqu’à ce jour. » (The world is changing. Here’s how companies must adapt | World Economic Forum (weforum.org) )

    Membre du NSDAP et lui aussi ordolibéral, Müller-Armack publie en 1933 un éloge du régime nazi (Idées de l’État et de l’ordre économique dans le Troisième Reich), professeur d’économie à l’université de Munster pendant la guerre, il sera conseiller économique du régime nazi (article « Müller-Armack » Wikipedia).

    Il créa le concept d’économie sociale de marché, ersatz de l’ordolibéralisme, qui est devenu l’objectif de l’UE, tel que l’affirme sa constitution de Lisbonne : « Elle (L’Union) œuvre pour [...] une économie sociale de marché hautement compétitive [...] ». ( Article Wikipedia « économie sociale de marché »). Pour les ordolibéraux, le marché des travailleurs et des consommateurs ne doit pas être livré à lui-même, comme c’est le cas dans le néo-libéralisme, mais il doit être façonnée par l’État afin de le rendre compatible avec le capitalisme moderne, ce qui rend de fait cette doctrine économique tout à fait compatible, voire complémentaire, avec un État dictatorial.

    C’est sans doute le contenu final du régime de l’Union Européenne qualifié de « despotisme doux et éclairé » par Jacques Delors, et de « leadership éclairé » par Schwab.

     

    3.7 Accaparez la nature (Le Reset environnemental ?)

    Derrière le discours sur la protection de la Terre-Mère et sur la transition écologique, se cache une immense manœuvre d’ordre commercial. « Un document politique préparé par Systemiq en collaboration avec le Forum Économique Mondial[120] estime que la mise en place d’une économie favorable à la nature pourrait représenter plus de 10 000 milliards de dollars par an d’ici 2030 - en termes de nouvelles opportunités économiques ainsi que de coûts économiques évités. » (Great Reset) A côté de ces gains, les 500 milliards débloqués pour le Pacte vert européen font donc figure d’argent de poche.

    Lisons donc le rapport cité « The future of nature and business » publié par le FEM WEF_The_Future_Of_Nature_And_Business_2020.pdf (weforum.org).

     

    a) Protégez la bio-diversité

    Selon le rapport « The future of nature and business », le premier « business » est l’accaparement des terres, forêts et océans (3500 milliards par an en 2030 selon ce rapport) sous prétexte de protection de la bio-diversité. 50% des écosystèmes, soit au moins 30 % des terres et des mers doivent être protégés d’ici 2030. Les organisations environnementales (ONG comme WWF, Union for Conservation of Nature, Food and Land Use Coalition, 1t.org, Pew...) qui ont un fonctionnement totalement capitaliste, et dont les financements sont pour le moins opaques, vont accaparer terres et mers pour les protéger (plages, forêts, rivières, parcs, montagnes, déserts, archipels...).

    Les fonds qui gèrent ces rachats sont totalement intégrés dans les circuits financiers modernes (voir la conférence à Lorient sur la privatisation des océans). L’industrie du bien-être (spas, hôtels de luxe ...) continuerait son essor ; Le modèle proposé est la Namibie, dont 44% des espaces sont protégés, et dont la protection de la nature est inscrite dans la Constitution. La Namibie a certes su garder ses animaux sauvages et certaines peuplades sauvages, mais elle a une lourde histoire en matière de développement humain. On pense notamment au massacre des herreros par les colons allemands puis à l’apartheid.

    Aux côtés de ces espaces protégés, se trouveront des espaces d’activité mixte alliant protection et économie (« mixed-use areas for both conservation and production ») et des espaces hautement intensifs. Selon le World Ressource Institute (WRI), en augmentant la productivité agricole, la surface agricole mondiale pourrait être divisée par deux en 2050. De même pour l’aquaculture intensive qui permettra d’économiser des surfaces d’océans. L’UE a d’ailleurs interdit le resemençage, ce qui oblige les agriculteurs à avoir recours à des banques de graines comme Monsanto (membre du WEF) (Pour les agriculteurs, ressemer sa propre récolte sera interdit ou taxé (lemonde.fr).

    Les biotechnologies permettront un développement des OGM (« édition génomique, élevage sélectif, culture sélective ») Ces espaces rapporteront aussi par le biais du marché carbone (« blue carbone credit »...) car les espaces naturels terrestres ou aquatiques stockent du CO2. Par ailleurs, par le biais de la prévention des risques le propriétaire d’un espace naturel qui diminue certains risques pourra recevoir une rétribution, de la part des assurances ou d’autres organismes. Par exemple, selon ce rapport, la mangrove qui réduit le risque d’inondations constituera un gain de 82 milliards de dollars par an.

    b) Construisez la ville « écologique »

    Le deuxième « business » est la ville (écologique) : 3000 milliards de dollars par an en 2030. Des tours de béton (« compact build environment ») permettraient d’ entasser les gens, afin de réduire l’étalement urbain et la pression sur le « lebensraum ». Pour se déplacer ces gens utiliseraient les trains privatisés, devenu moyen de transport durable. DHL, UPS, Walmart et Amazon utiliseraient des drônes, et des camions (autonomes) pour expédier leurs colis (75 milliards de dollars en 2030).

    Les parkings, libérés dès lors que les véhicules disparaîtront, pourraient être vendus et donc privatisés, et permettraient un revenu annuel de 310 milliards de dollars en 2030. L’économie circulaire obligerait les consommateurs à trier selon des niveaux de plus en plus fins et à céder leurs biens inusités, mettant ainsi dans les mains du privé des gisements urbains (310 milliards par an). L’eau, ressource naturelle, devenue privée, constituerait une autre manne.

    c) Produisez de l’énergie verte

    Troisième « business » : l’énergie et les mines : 3500 milliards de dollars par an en 2030. Dans l’énergie verte (solaire et éolien), les investissements ont un rendement de 10% par an selon le Mac Kinsey Institute, de l’ordre de 650 milliards de dollars par an en 2030. Les mines de terre rares, nickel, cuivre, nécessaire à cette transition, seront elles aussi « vertes », puisqu’utilisées pour des énergies « vertes ». Les puits et mines devront être redynamisés (à base d’acides et de produits chimiques) pour les exploiter à 100% (225 milliards de dollars par an en 2030). Peut-être une subite prise de conscience en faveur du nucléaire, une fois la filière française nucléaire détruite, permettra de faire la promotion et la vente des réacteurs produits dans le cadre des grandes multinationales anglo-saxones, après l’agitation de pure propagande destructive faite autour des mirifiques projets de TerraPower, lancés encore par Bill Gates... Nuclear power can play a big role in the energy transition | World Economic Forum (weforum.org) et Bill Gates’ latest effort to tackle climate change ? Small nuclear power plants | World Economic Forum (weforum.org)

    Rappelons que le président de Greenpeace France, en mars 2020, voyait dans le Covid19 une "opportunité" concernant la lutte contre le changement climatique !

     

    Conclusion : Le monde selon Klaus

    Que le Covid ait été fabriqué par des entités gravitant autour du Forum Mondial comme l’affirment certains, ou qu’il constitue un effet d’aubaine, « une opportunité », comme il est asséné tout au long de l’ouvrage, une chose reste certaine : le covid a été le prétexte à mettre en place un programme élaboré par le FEM et par d’autres en l’imposant de force aux peuples : accaparement massif des richesses, contrôle des populations, contrôle démographique, baisse drastique du niveau de vie, privation de libertés, perte de souveraineté : quel peuple accepterait cela de plein gré ?

    Si nous sommes toujours en état de droit et en démocratie, comment ces lobbies peuvent-ils impunément dicter la conduite à tenir à nos dirigeants ?

    Après le Brexit, Boris Johnson a non seulement refusé l’invitation à Davos, mais il a aussi interdit aux membres de son gouvernement de s’y rendre What is Davos, who can go and why has Boris Johnson banned his Cabinet from attending ? | ITV News.

    Il est touchant de voir comment notre président, tel un élève passant un grand oral, a récité sa leçon devant le Pr Schwab ,comme pour lui assurer qu’il avait bien compris, dans ses moindres subtilités, les caractéristiques du monde de l’après-covid, celles du Monde de Klaus.

    Peut-être faut-il en guise de conclusion rappeler le sens (lexical et juridique) de certains mots qui ont été employés à tort et à travers depuis le début de la crise du Covid.

    « Complot : n.m., atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. » (Larousse) Mais, en droit français, le « complot » se limite à la préparation d’un attentat contre la nation, et le terme « conspiration » n’est pas défini en droit français.

    En termes juridiques français, le terme de « trahison » désigne notamment les actes de personnes de nationalité française qui se sont mises au service d’une organisation étrangère, lorsqu’ils sont de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation (4). (ndlr : Ce qui est le cas de nos gouvernants !)

    Jacques Maillard, Valentin Martin
    01/06/2021

     

     

    NOTES :

    (1) Le « Menschenführung » a diverses origines, mais selon l’historien J. Chapoutot, cette discipline est fortement redevable à l’idéologie nazie (voir l’article « management » Wikipedia, en particulier sur le rôle joué par le juriste nazi Reinhard Höhn).

    (2) Certains mauvais esprits pourraient faire remarquer que le terme allemand « Umbruch » est lui-même historiquement connoté. Dans « LTI la langue du Troisième Reich », Klemperer fait remarquer que la propagande nazie usait du terme « retournement » (Umbruch) (https://www.cairn.info/lacan-et-la-politique—9782749254265-page-27.htm). Par exemple le journal de propagande nazi du Liechstenstein s’appelait « Der Umbruch ».

    (3) Ainsi de l’ officiel russe Kirill Dimitriev qui a suggéré que le vaccin à ARN messager développé par le CERI réduirait la fertilité (World : China turbocharges bid to discredit Western vaccines, spread virus conspiracy theories - PressFrom - US ). Ainsi du Co-fondateur du laboratoire Ziarco, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, Mickael Yeadon :

    « Pourquoi m’injecte-t-on une séquence de gênes inconnus pour quelque chose contre lequel je suis déjà immunisé ? Je trouve que c’est terrifiant, je ne vois pas d’explication bienveillante. Et j’aimerais souligner sans en faire une déclaration que si vous voulez tuer, blesser une proportion importante de la population mondiale, je ne vois pas de meilleur moyen de le faire. Les gens ont parfois dit : « ce ne sont que des théories de la conspiration. ». Il est certain que si quelqu’un veut réduire la population, il doit faire la guerre. Étonnamment la plupart des guerres ne tuent pas autant de personnes qu’on le pense généralement, et cela a aussi tendance à détruire les bâtiments, et c’est aussi très polluant. Donc en fait ce n’est pas un moyen efficace. Mais parce que je n’ai pas d’explication bienveillante pour les mensonges sur les variants, pour les vaccins complémentaires, et pour les réglementations sur les médicaments, qui ont plus ou moins été écartées du chemin, parce que je ne peux pas penser à des intentions bienveillantes, je tourne automatiquement mon esprit vers des intentions malignes, et je dirais que l’une des plus innocentes serait de vous asservir de façon permanente pour de l’argent. Ce n’est pas bon, n’est-ce-pas ? C’est la meilleure à laquelle je peux penser. Et toutes les autres sont pires, et elles incluent la possibilité de dépopulation. » (1h04min) 12/04/2021 Mike Yeadon : "Si j’ai raison, nous sommes en pleine troisième guerre mondiale" (francesoir.fr)

    (4) De la trahison et de l’espionnage (Articles 411-1 à 411-11) du Code Pénal

     ---

    URL source de cet article >> http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2021/06/le-monde-de-schwab-par-jacques-maillard-et-valentin-martin.html

     

    Cet article en PDF :

    Télécharger « - Le monde de Swchab (Le Great Reset est une réalité !).pdf »

     

    Lire aussi :

    SCOOP : le COVID 19, une expérience américaine qui a mal tourné ?

    >> https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/04/scoop-le-covid-19-une-experience-americaine-qui-a-mal-tourne/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=les-derniers-articles-du-courrier-des-strateges_164

    « - La Crise mondiale corona 2020-2021: destruction de la société civile (MAJ)- Raul Marco, dirigeant communiste, marxiste léniniste, internationaliste est décédé »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :