• - Macron, la réaction dans tout ses états ! Organiser la résistance vers la révolution socialiste !

    - Macron, la réaction dans tout ses états ! Organiser la résistance vers la révolution socialiste !Macron, la continuité réactionnaire à l’Élysée !

    Communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France :


    Emmanuel Macron, l’homme de la bour­geoi­sie fran­çaise, a été élu Président de la République. C’est le résul­tat d’une for­mi­da­ble mobi­li­sa­tion de l’appa­reil de pro­pa­gande et de com­mu­ni­ca­tion du capi­tal mono­po­liste depuis main­te­nant plus d’un an, et qui a culminé pen­dant l’entre-deux-tours avec la dra­ma­ti­sa­tion de la situa­tion créée par la pré­sence de Marine Le Pen.

     

    Dans ces condi­tions, notre Parti salue toutes celles et tous ceux qui ont refusé de cau­tion­ner la mas­ca­rade Le Pen-Macron en s’abs­te­nant, en votant blanc ou nul ! Leur nombre est un record depuis 1958, et en comp­tant celles et ceux qui ont, de bonne foi, cru voter contre le FN, ce taux témoi­gne que la recom­po­si­tion poli­ti­que a en partie échoué.

    Les 16,1 mil­lions d’électeurs non expri­més repré­sen­tent près de 34% de l’électorat, alors qu’Emmanuel Macron a recueilli 43,69% des ins­crits et Marine Le Pen 22,40%.

    Cela sou­li­gne le carac­tère fon­ciè­re­ment anti-démo­cra­ti­que de la Constitution gaul­liste et de l’élection pré­si­den­tielle, sachant que des mil­lions de tra­vailleurs ne votent pas parce qu’ils ne sont pas ins­crits ou qu’ils ne peu­vent pas l’être, n’ayant pas eu la pos­si­bi­lité d’être natu­ra­li­sés.

     

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France a dénoncé le piège dans lequel on a voulu enfer­mer les électeurs : sur fond de « droi­ti­sa­tion des forces poli­ti­ques », faire croire que le vote Emmanuel Macron, dont le pro­gramme, comme la car­rière, incarne les valeurs réac­tion­nai­res de la bour­geoi­sie, puisse être un quel­conque bar­rage contre l’idéo­lo­gie réac­tion­naire du Front National ! En réa­lité, la can­di­date du FN a servi de faire-valoir à Macron, per­met­tant à ce der­nier de faire ava­li­ser ses orien­ta­tions, sou­hai­tées par la bour­geoi­sie : Union Européenne, Loi Travail qu’il pro­pose d’aggra­ver, remise en cause des sys­tè­mes de retraite, des coti­sa­tions socia­les et de l’impôt, sup­pres­sion de 120 000 fonc­tion­nai­res, remise en cause des sta­tuts, en par­ti­cu­lier celui de la Fonction publi­que ter­ri­to­riale, réforme des com­mu­nes et dimi­nu­tion du rôle, pour­tant pure­ment formel, du Parlement... En poli­ti­que inter­na­tio­nale, Macron s’ins­crit dans la conti­nuité bel­li­ciste de l’impé­ria­lisme fran­çais, faite d’ingé­ren­ces et d’agres­sions mili­tai­res, mas­quées der­rière une pré­ten­due « défense de la liberté ». Notons qu’en matière d’immi­gra­tion et de droit d’asile, Macron ne se dif­fé­ren­cie de Le Pen que par l’étendue des fron­tiè­res « à fermer » : pour l’une, ce sont les fron­tiè­res natio­na­les, mais pour lui, ce sont celles de l’UE, avec cette dif­fé­rence que la posi­tion défen­due par Macron n’est pas de l’ordre de la « pro­po­si­tion », mais de la poli­ti­que mise en œuvre par Bruxelles, res­pon­sa­ble de cen­tai­nes de morts en Méditerranée, et de la livrai­son des migrants aux auto­ri­tés libyen­nes qui les pillent, les vio­lent et les tor­tu­rent ! Son dis­cours récur­rent sur le dépas­se­ment de la droite et la gauche, typi­que des posi­tions his­to­ri­ques de la réac­tion en France, et, dans son dis­cours dans la cour du Louvre, sa réfé­rence à la conti­nuité avec l’Ancien Régime, en disent long sur la réa­lité de ses posi­tions poli­ti­ques ! Tout comme ses condam­na­tions impli­ci­tes de la lutte de classe au nom de l’unité de la Nation, autre thème cher à l’extrême droite !

    Le ven­dredi 5 mai, la Commission Nationale des Élections est inter­ve­nue pour empê­cher la presse de rendre compte d’une infor­ma­tion de Wikileaks concer­nant des cour­riels pro­ve­nant de l’équipe Macron. On y apprend, entre autres, que sa cam­pa­gne aurait été finan­cée à hau­teur de 5,5 mil­lions d’euros par les ban­ques Rothschild, Soros et Goldman Sachs, que Bernard Arnault aurait apporté une contri­bu­tion sub­stan­tielle, et qu’elle aurait reçu un sou­tien mul­ti­forme de Merkel, de Obama, de Justin Trudeau, de Junker, de Tsipras, de Matteo Renzi, de Bernard-Henri Lévy… Prétendre s’oppo­ser à Le Pen avec ces gens-là, comme avec les diri­geants des Républicains ou du PS, relève de l’escro­que­rie poli­ti­que ou de la capi­tu­la­tion pure et simple, à l’image de diri­geants syn­di­caux friands de col­la­bo­ra­tion de classe ou des diri­geants du PCF dis­cré­di­tés par leur poli­ti­que de ral­lie­ment à la social-démo­cra­tie. Le score du FN tra­duit le désar­roi régnant dans les cou­ches popu­lai­res frap­pées par la crise et que la tra­hi­son des diri­geants du PCF a lais­sées sans repré­sen­ta­tion et sans pers­pec­ti­ves ; mais cela tra­duit aussi le fait que la lutte contre cette orga­ni­sa­tion ne porte pas assez sur le carac­tère de classe de sa poli­ti­que et de sa nature, mais sur des ques­tions socié­ta­les ou des « pro­blè­mes de valeurs ». En par­ti­cu­lier, il est néces­saire de mettre l’accent sur le fait qu’on ne peut battre les cou­rants ultra-réac­tion­nai­res et fas­ci­sants sans com­bat­tre le capi­ta­lisme qui les engen­dre.

    Dès main­te­nant, la prio­rité, c’est d’orga­ni­ser sans atten­dre la lutte contre la bru­tale agres­sion qui se pré­pare contre le Code du Travail et les autres mesu­res du pro­gramme Macron-Fillon-Gattaz. Notre Parti salue la mani­fes­ta­tion orga­ni­sée le 8 mai par des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les CGT, Sud/Solidaire. Les élections légis­la­ti­ves doi­vent per­met­tre d’inter­pel­ler les can­di­dats sur leurs posi­tions par rap­port aux gran­des ques­tions du moment : sur la levée de l’état d’urgence, sur la mobi­li­sa­tion contre les pro­jets Macron, sur la poli­ti­que de guerre en par­ti­cu­lier en Syrie, sur l’Union Européenne et sur l’OTAN, dont il serait sui­ci­daire de lais­ser le ter­rain à la réac­tion lepé­niste ! Notre Parti aura des can­di­dats qui seront por­teurs de l’idée que l’alter­na­tive, et la seule, c’est la cons­truc­tion d’un grand Parti Communiste capa­ble d’aider la classe ouvrière et les masses popu­lai­res à réa­li­ser le rôle his­to­ri­que d’en finir avec les Le Pen et les Macron, avec la galère, la misère, l’absence de démo­cra­tie, la menace de guerre, avec le capi­ta­lisme, pour cons­truire le socia­lisme vers le com­mu­nisme.

    Paris, le 8 mai 2017

     

    Source : http://www.pcrf-ic.fr/Macron-la-continuite-reactionnaire-a-l-Elysee


    - Macron, la réaction dans tout ses états ! Organiser la résistance vers la révolution socialiste !Macron président : une voie royale pour une cohabitation atypique

    Par le "Collectif Défense"

    Résultats du 2ème tour de la présidentielle 2017: officiellement, Macron recueille 66,1%, soit 20.753.797 de voix, Le pen 33,9% soit 10.644.118. Ces chiffres sont réels à condition que l’on ne prenne pas en compte l’abstention, les votes blancs et nuls qui ont rejeté Macron et Le pen et qui représentent la 2ème force politique en France avec 33,99% de l’opinion par rapport aux suffrages exprimés.

    L’abstention totalise 25,44%, les blancs 2,23% et les nuls 6,33% soit 16 millions d’électeurs au total. Cela ramènerait Macron à 43,63% des voix et Le pen à 22,38%.

    Si on considère qu’un certain nombre de voix de Macron se sont exprimées uniquement pour faire barrage à M. Le pen et qu’une partie des voix de cette dernière visaient à s’opposer à Macron mais pas à soutenir le programme du FN, cela ramène chaque candidat aux suffrages capitalisés du premier tour.

    Cela est très loin de donner à Macron la majorité et faire de Le pen la principale force d’opposition comme le décrivent à loisir les medias.

    Pourtant, la soumission, la trahison, et les affiliations vont bon train dans la perspective des législatives pour donner à la bourgeoisie une majorité de combat en «marche» contre les acquis des travailleurs.

    A l’opposé de l’image peu glorieuse de cette «république en marche» pour un capitalisme débridé, Le pen est présentée comme l’épouvantail officiel pour canaliser le mécontentement et la colère populaire, pour finalement à chaque consultation électorale la stériliser.

    Le FN est une baudruche gonflée par le capital et dégonflée en cas de danger à chaque présidentielle. Ce parti ne fait rien d’autre que de rendre gouvernable les institutions actuelles, il fait donc partie du système. Il faut faire disparaître le FN du paysage politique français pour permettre enfin l’expression d’une véritable radicalisation nationale et internationale des luttes sociales, seule résistance réelle à l’exploitation capitaliste.

    Quant aux fuites vers la nouvelle majorité présidentielle, elles préludent déjà d’une crise politique qui va s’aggraver au PS et chez les Républicains, pour restructurer une recomposition anti-ouvrière de la politique française. Par exemple, Bruno le maire, Gérard Colomb, Manuel Valls, Edouard Philippe, maire du Havre et partisan de Juppé… ont ouvert la voie d’une future cohabitation atypique de personnalités encartées mais prêtes à collaborer avec le pouvoir.

    Le PS recompose la social-démocratie et crée les conditions du vote utile pour donner une majorité à Macron, comme le fait Cambadelis, mais sans adhérer à la «République en Marche». Aubry, Hidalgo, Hannotin créent leur mouvement, Hamon le sien.

    Mélenchon est appelé à incarner la nouvelle social-démocratie.

    Sans compter les surprises à venir du genre de celles à quoi nous a habitué Patrick Braouezec, affiché comme pro-Macron mais qui appelle à soutenir Stéphane Peu candidat du PCF, ou Robert Hue déjà engagé avec Macron lorsqu’il était candidat.

    La recomposition sert l’incitation au vote utile

    Le nouveau président qui, selon la propagande officielle du pouvoir, est parti de rien, est prêt à aider les candidats aux législatives qui rallieraient la «république en marche» grâce à son prêt personnel de 8 millions d’euros auxquels s’ajoutent les dons de 13 millions de la campagne des présidentielles qui n’ont pas été dépensés en totalité.

    L’opposition anti-capitaliste doit absolument trouver sa voie avec la création d’un parti révolutionnaire réellement reconnu par la classe ouvrière. Le danger d’une aggravation drastique de l‘austérité sociale est maintenant imminent.

    Pour commencer, Macron veut supprimer les cotisations sociales au patronat et faire payer les travailleurs via la CSG et l’impôt. Par contre, il veut ramener l’impôt sur les sociétés à 25%,, supprimer les cotisations patronales pour les salaires payés au SMIC, incitant la baisse générale de la plupart des salaires.

    Le nouveau président veut ouvrir les droits de l’assurance chômage aux entrepreneurs, instaurer un prélèvement forfaitaire unique sur l’ensemble des profits (immobiliers, dividendes et plus-values…) l’exonération partielle de l’ISF… Les contacts internet de la «France insoumise» ne remplaceront point le travail militant de proximité avec les travailleurs et les masses pauvres, que doit entretenir un parti véritablement révolutionnaire.

    Il ne s’agit pas aujourd’hui d’appeler à une opposition électorale, épargner le capital en proposant de lui donner des institutions nouvelles et un bon carnet de commandes, il faut organiser la révolution socialiste !

    Dans l’immédiat, il faut privilégier la grève plutôt que le dialogue social, les manifestations et occupations d’usines pour empêcher les restructurations et les fermetures d’entreprises plutôt que la consultation électorale dont les dès sont pipés à l’avance.

    La solidarité entre les travailleurs qui défendent leur emploi et la population peut aller jusqu’à la barricade. La révolution socialiste avec le contrôle ouvrier et populaire est la seule perspective contre la crise du capitalisme.

    Le 11 mai 2017

    Source : https://collectifdefenseblog.wordpress.com/2017/05/11/macron-president-une-voie-royale-pour-une-cohabitation-atypique/

    https://youtu.be/0XEsibLuR0U

    « - Les premières mesures fascistes de Macron !- Le marxisme : l'outil de la libération... un aperçu du marxisme en quelques articles clefs... »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :