• - Marx et Engels étaient-ils des proto-fascistes? Une réponse à la « Stalin Society of North America »

    - Marx et Engels étaient-ils des proto-fascistes? Une réponse à la « Stalin Society of North America »Après la publication de la deuxième partie de cette série, la « Stalin Society of North America » [Société Stalinienne d’Amérique du Nord, SSNA, NdT] a réagi de façon vindicative, diffamatoire et réactionnaire face à mon appréciation critique de leurs opinions anti-marxistes concernant la sexualité.

    Ce qui suit constitue ma réponse.

    Lorsque l’on entreprend de remettre en cause la validité des attitudes bourgeoises vis-à-vis de la sexualité, l’on peut s’attendre à être vilipendé – tout particulièrement quand il s’agit d’une idéologie aussi politisée que l’homosexualité.

    Je m’aperçois que je suis, à beaucoup d’égards, à contre-courant du consensus à ce sujet mais je crois également que cela va changer, une fois que les cinq parties de cette série auront été lues et digérées.

     

    (Référence de l'article en question >> http://reconstructioncommuniste.eklablog.fr/comment-le-mouvement-lgtb-nous-trompe-non-a-la-theorie-des-genres-avec-a126841556 - Homosexualité et décadence bourgeoise: réflexions sur le massacre d’Orlando, troisième partie d’une série de cinq articles)

    Dans les deux articles précédents j’avais écrit que les recherches modernes démontrent que les positions marxistes et soviétiques au sujet de la sexualité sont correctes. Cela correspond également à la « vision de la sexualité » qui a cours dans des pays tels que la République Arabe de Syrie et la République Islamique d’Iran. Que cela signifie-t-il? Une clarification est ici nécessaire. 

    Du matérialisme à l’idéalisme

    Commençons par considérer l’étymologie des mots « sexe » et « sexualité ». Le dictionnaire étymologique anglais [langue originale de cet article, NdT] en ligne énonce:

    Sexe: 1789, « acte ou fait d’être sexuel »; voir sexue(a)l + -ité. Le sens, « capacité à ressentir des émotions sexuelles », date de 1879. Le sens, « identité sexuelle », date de 1980.

    C’est là une définition saisissante. Pour le mot « sexe » lui-même nous obtenons, « du Latin sexus » un sexe, un état d’être soit mâle ou femelle, un genre ». Donc, au 18ème siècle la sexualité consiste en l’acte ou le fait d’être sexuel, un état d’être soit mâle ou femelle. Cependant, à la fin du 19ème siècle – au moment où émergeait le mouvement uraniste -nous obtenons la « capacité à ressentir des émotions sexuelles »; la biologie s’est transformée en émotion.

    Dans les années 1980, le sens qui lui est alloué change à nouveau. Il s’agit désormais d’une question « identitaire », et plus du tout la réalité originelle d’être mâle ou femelle. Cette évolution sémantique ne s’est produite qu’en Occident au sein de la culture bourgeoise de l’époque, dont Marx et Engels avaient dénoncé la décadence.

    Le résultat de cette évolution est que la sexualité est aujourd’hui une identité, et pas un fait. C’est une idéologie et ce n’est plus un état naturel. Votre esprit ou vos émotions déterminent votre sexe, pas votre corps. C’est de l’idéalisme. Pour un matérialiste par contre, ceci ne peut pas être. Un mâle est un mâle, non pas parce qu’il se voit comme tel mais parce que son pénis atteste de son genre masculin. Ceci implique qu’il devrait de surcroît se voir lui-même comme mâle, puisqu’il est naturellement équipé pour se reproduire avec une femelle et que lorsqu’il ne le fait pas ou éprouve une attirance envers le même sexe, quelque chose ne va pas – il est en train d’agir contre sa nature.

    C’est l’attitude vis-à-vis de la sexualité des pays qui défendent la définition originelle de la sexualité. J’ai plaidé qu’il s’agit là de progressisme parce que la sexualité perçue comme une identité est vide de sens. Ce n’était pas pour dire que ces pays disposent de systèmes pénaux progressistes, loin de là. La sexualité n’est pas l’étude du système pénal. Je n’ai pas pris la défense des systèmes pénaux en Iran ou en Syrie. En revanche, j’ai pris la défense du système pénal soviétique car celui-ci reposait sur la réforme et sur l’éducation.

    De plus, la vision syrienne et iranienne de « l’état d’être mâle ou femelle » n’inclut pas leur approche des formes acceptables de comportement sexuel, d’expression de cette sexualité ou pour ce qui concerne l’âge légal pour avoir des rapports sexuels. Il est important d’être bien clair là-dessus. Je crois que la vision actuelle de la sexualité des pays cités est progressiste SEULEMENT dans le sens qu’elle rejette l’abus de langage occidental et bourgeois qui transforme un état naturel en idéologie.

    Le résultat de cet abus de langage est qu’il est désormais demandé à nos enfants, dès l’âge de quatre ans, de « choisir » leur identité de genre à l’école. La nature est ce que vous décidez d’en faire. Le matérialisme dialectique a cédé la place au relativisme post-moderne, qui est une forme d’idéalisme bourgeois. Les Marxistes, bien entendu, ne peuvent soutenir de telles inepties.

    Les mensonges et les errements logiques de la Stalin Society

    La SSNA affirme que la National Association for the Research and Therapy of Homosexuality [Association Nationale pour la Recherche et le Traitement de l’Homosexualité, NARTH, NdT] est associée avec des groupuscules chrétiens d’extrême droite, et qu’elle est par conséquent néfaste. Ce genre de raisonnement est fallacieux. Même s’il était vrai que NARTH est proche de quelques groupes chrétiens rétrogrades ou réactionnaires, cela ne discrédite aucunement les recherches scientifiques des psychologues et des psychiatres mis en cause.

    NARTH n’est pas une organisation théologique, mais scientifique. La technique de « culpabilité par association » est souvent employée par les médias corporatistes pour discréditer des personnes et des organisations que la classe dirigeante désire voir rejetées par le peuple. Les errements logiques ne doivent pas faire partie de l’arsenal d’argumentation d’un Communiste.

    La SSNA affirme que le Southern Poverty Law Center [Centre Juridique des Pauvres du Sud, NdT] aux USA a accusé NARTH de proférer des « paroles d’incitation à la haine ». Pour preuve, ils citent les commentaires de l’un des psychologues de l’organisation, le Dr. Gerald Schoenwolf, évoquant le transport des esclaves africains en Amérique comme une bonne chose. Est-ce vrai? Non, c’est faux.

    Qu’a réellement dit le Dr. Schoenwolf? Il a dit, « L’esclavage est toujours une immense plaie morale. C’est l’un des plus grands maux de l’histoire de notre nation ». Si le Dr. Schoenwolf se place clairement contre l’esclavage, pourquoi la SSNA affirme-t-elle qu’il y est favorable?

    Le Dr. Schoenwolf a continué pour évoquer le problème du « politiquement correct », qui simplifie la description de certains groupes mis à l’index. Donc, tandis que les Blancs du Sud sont considérés comme mauvais les personnes asservies sont diamétralement bonnes, les hommes sont aussi mauvais que les femmes sont bonnes, etc. En tant que Marxistes, nous rejetons ce genre de raisonnement anti-scientifique. Le soi-disant « marxisme culturel » n’a rien à voir avec le socialisme scientifique.

    Le Southern Poverty Law Center a également déclaré que le Dr. Schoenwolf est un ancien homosexuel – un autre mensonge éhonté et pernicieux. Le titre de l’article qu’il publient est, « Un psychologue anciennement gay affirme que les Africains étaient mieux lotis sous l’esclavage ». Ceci, comme je l’ai souligné, est un mensonge. Mais je suis prêt à rétracter cette affirmation si la Stalin Society est en mesure de prouver que je me trompe. Mais même dans ce cas de figure, cela n’a rien à voir avec la sexualité, qui est ici notre thème de discussion.

    Dans une interview donnée à NARTH, le Dr. Schoenwolf a dit:

    Ce que j’avais essayé de dire, avant que mes paroles ne soient distordues par ce journaliste, c’est qu’en dépit de la malveillance claire et évidente de cette pratique, nous avons tendance à oublier que beaucoup des personnes asservies avaient d’abord été vendues comme esclaves par leurs propres compatriotes; et donc venir en Amérique leur a éventuellement apporté une espèce de bénéfice. Aucun problème social ne présente tous les « gentils » d’un côté, et tous les « méchants » de l’autre.

    J’aimerais aussi savoir pourquoi la SSNA, qui prétend défendre le socialisme scientifique, considère que les déclarations du Dr. Schoenwolf sont racistes et vient en soutien aux mensonges du Southern Poverty Law Center. Cela nuit immensément à la cause des Communistes quand certains activistes permettent qu’un sentimentalisme bourgeois socialement inculqué – que que les Français appellent la « bien-pensance » – surpasse une analyse claire, logique et honnête.

    Soutenir NARTH ne revient en aucune manière à adhérer aux opinions théologiques éventuellement entretenues par ses thérapeutes. Si la lecture de versets bibliques faisait partie de la thérapie, je n’y ferais certainement pas référence. J’irai plus loin dans cet aspect de confusion idéologique dans le billet de la semaine prochaine.

    La SSNA affirme également que NARTH est raciste parce que la National Black Justice Coalition[Coalition Nationale de Justice pour les Noirs, NBJC, NdT] les a accusés de racisme. Selon son site web, « la NBJC est une organisation de droits civiques vouée à affirmer les droits des gens de couleur noire qui sont lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) ».

    C’est un titre trompeur pour une telle organisation. Elle déclare agir pour la justice en faveur des Noirs, puis nous lisons qu’il s’agit en fait d’un groupe de pression homosexuel. Le groupe a été impliqué dans les émeutes de Ferguson financées par Soros, une opération de manipulation psychologique conçue pour attiser la guerre raciale aux États-Unis – divisant la classe laborieuse.

    Du coup, il ne faut pas hésiter à prendre les accusations de racisme de la NBJC avec un grain – ou une poignée – de sel! J’examinerai le mouvement LGBT et le racisme dans le prochain épisode de cette série.

    Comment être un Communiste

    Dans un groupe Facebook lié à la SSNA, dénommé « Anti-Revisionist Action », j’ai été décrit comme un « Fasciste antisocial et dégénéré, qui est totalement étranger au mouvement révolutionnaire en France ». J’ai également été dépeint comme un « agent de l’impérialisme russe ». Dire d’une personne que c’est un Fasciste dégénéré pour avoir simplement expliqué et pris la défense de la vision marxiste sur la sexualité est dénué de sens et malhonnête. En outre, c’est une méthode contre-productive.

    La diabolisation et les attaques diffamatoires sont précisément les techniques employées par les médias bourgeois et l’intelligentsia officielle pour empêcher que la classe laborieuse découvre la vérité sur Staline et sur l’URSS. Mais la SSNA oublie que de nombreuses personnes lisant ce qui passe sur les sites de réseaux sociaux sont dotées d’un sens critique et d’une capacité de jugement supérieurs au niveau de l’individu moyen, au cerveau lessivé.

    Le philosophe marxiste italien Domenico Losurdo – dont j’ai traduit le travail – souligne dans son livre sur Staline que la « reductio ad Hitlerum » constitue l’aspect omniprésent du discours bourgeois sur le Communisme. Cracher « Fasciste » ou « Nazi » à quiconque est en désaccord avec vous est le comportement que Lénine avait fini par associer à Trotsky – l’attitude frénétique du petit-bourgeois bilieux.

    En conséquence pour la SSNA, les gens vont lire mes articles, faire leurs propres recherches et s’apercevoir que c’est ma position qui est la bonne. Il aurait beaucoup mieux valu présenter une réfutation logique et polie de mes opinions, démontrant que Marx, Engels, Lénine, Staline et Hoxha étaient tous des défenseurs de la libération homosexuelle; qu’Alfred Kinsey n’était pas un violeur d’enfants, et que les Marxistes devraient de nos jours venir appuyer le mouvement LGBT.

    Ils auraient ensuite pu suggérer que je modifie ma position sur les bases des preuves qu’ils auraient présentées, ce que j’aurais sans doute fait. Ils auraient dû critiquer le travail du Dr. Judith Reisman.  Cela aurait impliqué de pouvoir prouver que ses déclarations sur Kinsey sont des mensonges, plutôt que de déclarer faussement que parce qu’elle est conservatrice, elle a forcément tort. La SSNA affirme être constituée de scientifiques. Je suggère qu’ils le prouvent!

    Ils pourraient commencer par faire une lecture Marxiste-Léniniste de cette conférence.

    https://youtu.be/jJhyzqdzpnM

    Vous aurez remarqué que la vidéo affiche « inquiétude chrétienne ». Je n’ai pas de telles inquiétudes religieuses, j’en ai qui sont basées sur les rapports de classe. Je veux une analyse de classes. Sur leur site web, la SSNA affirme être constituée de « scientifiques ». Je devrais souligner que Staline n’a jamais fait l’usage d’une telle forfanterie. Il parlait toujours de lui-même comme d’un « élève de Lénine ». C’était un étudiant, pas un scientifique. Mais puisque la SSNA est constituée de « scientifiques » tandis que les intellectuels hautement qualifiés de NARTH sont des « pseudo-scientifiques », exigeons une étude scientifique définitive pour démêler tout cela!

    Évidemment, il y a beaucoup de poussière sous le tapis de NARTH. Prenez le cas du Dr. George Rekers, par exemple. Il a produit des études scientifiques révolutionnaires sur l’homosexualité mais a par la suite été impliqué dans un scandale avec un jeune garçon! Rekers a affirmé qu’à cause de problèmes de santé, il avait été contraint d’engager les services d’un « boy » pour transporter ses bagages, à l’étranger. Il a aussi affirmé que les médias corporatistes avaient déformé les faits. Cela doit-il nous surprendre? Rekers était peut-être coupable de ce qui lui était reproché, mais il peut également être supputé que lorsque les recherches scientifiques sapent l’idéologie de la classe dirigeante, l’auteur de ces recherches va devenir la cible d’attaques diffamatoires. Nous avons déjà expliqué ce qui était arrivé au Dr. Schoenwolf. Suggérer que la personne réalisant elle-même les recherches est un homosexuel refoulé est une technique communément employée par les activistes uranistes pour discréditer leurs adversaires.

    Staline n’était pas un disciple éperdu ni aveugle de Marx ou d’Engels. Il critiquait aussi certaines de leurs opinions. Bien sûr il s’accordait avec leur vision de l’homosexualité, mais il critiquait l’ultra-gauchisme d’Engels à propos du Tsarisme russe. En tant que Secrétaire-Général du Parti Communiste de l’URSS, Staline a toujours essayé de diriger par l’exemple. Dans les réunions du Comité Central, il écoutait les opinions de tous les membres présents.

    À la fin, il les résumait et exprimait la sienne. La question passait ensuite au vote. Le leadershipcommuniste exigeait des Communistes non seulement de remettre en question leurs propres opinions, mais de corriger POLIMENT ces opinions quand de meilleurs arguments étaient avancés par d’autres. Staline parlait constamment de l’importance de l’auto-critique.

    Il y avait une vielle blague qui tournait sur l’Union Soviétique. Un camarade dit à un autre, « Veux-tu bien s’il te plaît cesser de te critiquer tout le temps. » Son camarade lui répond, « Je suis d’accord avec la critique de mon camarade et m’emploierai de cesser de me critiquer moi-même à l’avenir! »

    La preuve que la SSNA est anti-Marxiste sur la question de la sexualité

    J’ai mentionné Enver Hoxha. Il était le dirigeant de la République Socialiste Populaire d’Albanie. Dans l’article de la SSNA concernant l’homosexualité dont j’ai fait la critique, ils écrivent:

    La science de la sexualité humaine a été balbutiante pendant toute la vie de Staline. Staline est mort en 1953. Il est mort avant la « révolution sexuelle », et il n’a jamais entendu parler d’Alfred Kinsey, de Masters et Johnson ou du « Rapport Hite« . En fait, ce n’est qu’en 1975 que l’American Psychological Association elle-même a cessé de classer l’homosexualité dans les désordres mentaux. S’attendre à ce que Staline, et la Russie soviétique dans les années 1930, aient pu prévoir les progrès de la science médicale ou psychologique devant être réalisés quarante ans plus tard est soit naïf soit malveillant. Par comparaison, il doit être relevé que la RDA jouissait d’une politique beaucoup plus ouverte et positive concernant l’homosexualité.

    Ce fut l’American Psychiatric Association, et pas la susnommée American Psychological Association qui dé-classifia l’homosexualité en tant que désordre mental et ce fut en 1973, pas en 1975. La SSNA est liée à l’American Party of Labor, qui défend correctement la ligne du grand anti-révisionniste marxiste, Enver Hoxha.

    Par conséquent, voici ma question à la SSNA: Hoxha était-il ignorant de la « révolution sexuelle » et de la science de le sexualité humaine »? J’en doute. Hoxha nous a quittés en 1985. Y avait-il des bars gays dans l’Albanie socialiste? Non. Pourquoi? La raison est que Hoxha était un Marxiste-Léniniste. Il voyait clairement la révolution sexuelle pour ce qu’elle est – de la décadence bourgeoise. Une telle décadence n’était pas tolérée sous la dictature du prolétariat.

    Faisant référence à la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne de Mao, Hoxha soulignait qu’elle n’était ni révolutionnaire ni prolétarienne. Je pense qu’il aurait dit la même chose de la « révolution sexuelle », si le fait ne sautait pas déjà aux yeux des Communistes.

    Dans le livre « L’histoire de la construction socialiste de l’Albanie » (1988) publié par l’Académie des Sciences de l’Institut Historique de la République Socialiste Populaire d’Albanie, les auteurs font référence aux influences bourgeoises qui dirigeaient les tendances contre-révolutionnaires et sapant la classe laborieuse en Albanie durant les années 1970. L’une de ces tendances contre-révolutionnaires était la corruption de « la morale communiste et de l’éthique familiale » (p. 309).

    Si la SSNA entend proclamer que ceux qui soutiennent les opinions de Marx et d’Engels sur la sexualité sont des « crypto-fascistes », ils devraient étudier les documents publiés par la Parti du Travail d’Albanie sur l’importance de la famille et les critiquer. Ils seraient alors contraints de modifier leurs opinions sur Hoxha, peut-être en admettant qu’il était progressiste dans de nombreux domaines mais que sur la question de la sexualité il était comme Gearóid Ó Colmáin, un « Nazillon » et un « Fasciste antisocial et dégénéré ».

    Il est intéressant de noter que la même page Facebook qui me traite de fasciste soutient aussi la RDPC (République Démocratique Populaire de Corée) « homophobe ». Cherchez l’erreur! Pour empirer les choses, ils soutiennent aussi « Antifa! », une organisation prétendument anti-fasciste que tous les Communistes de France savent être gérée par la police. Ils ont été très actifs dans le sabotage de la lutte des travailleurs, ici en France. Antifa! menace régulièrement de tabasser tous ceux qui critiquent l’impérialisme de l’OTAN tout en les traitant de « Nazillons » et, vous l’avez deviné, de « Fascistes »! Il y a de quoi imaginer l’Oncle Joseph (Staline) s’étouffer sur sa pipe!

    L’Internationale Franc-Maçonne

    La SSNA fait dédaigneusement allusion à ma référence au psychologue néerlandais Gerhard Van der Aardweg, qui avance que l’homosexualité est activement promue par la Franc-Maçonnerie internationale. Je ne sais si cette allégation est vraie, ou pas. C’est pourquoi je ne l’ai pas moi-même faite.

    Le problème de la Franc-Maçonnerie et des sociétés secrètes qui prolifèrent sous le régime capitaliste est rarement évoqué par les Marxistes. Les gauchistes petits-bourgeois raillent souvent crânement les gens qui parlent de tels sujets. Parler de la Franc-Maçonnerie est assimilé à la croyance dans l’existence d’animaux fabuleux et d’extraterrestres, en la superstition, etc. Cette attitude à la fois hautaine et pusillanime est typique de la petite bourgeoisie, qui s’oppose à tout ce qui perturbe sa zone de confort.

    Mais ce n’était pas l’attitude prévalant dans les sociétés socialistes et s’orientant vers lui. Selon l’historien russe Andrei Fursov, Staline envoya en 1928 une équipe de chercheurs en Europe afin d’enquêter sur les lignées généalogiques des Rothschild, des Baruch et d’autres familles de la classe dirigeante ainsi que sur la Franc-Maçonnerie. La Franc-Maçonnerie était interdite en URSS pendant l’ère stalinienne.

    Les recherches réalisées et les informations dévoilées par les Soviétiques sur les lignées familiales des familles de la classe dirigeante et sur la Franc-Maçonnerie ont été réprimées par les adeptes de Khrouchtchev après le décès (l’assassinat?) de Staline en 1953. Certains des chercheurs se sont enfuis en Albanie. En fait, la marionnette occidentale Boris Eltsine a remis les archives soviétiques à la famille Rotshchild après la destruction de l’URSS en 1991. Beaucoup de ces archives maçonniques sont actuellement en France.

     

    https://youtu.be/eV4edRQWapg

     

    En France, au contraire des États-Unis, les Communistes ont joué en rôle important dans la vie publique et il était impossible de devenir membre du Parti Communiste si on était déjà Franc-Maçon.

    Les sociétés secrètes existent, et elles jouent un rôle essentiel dans les machinations de la classe dirigeante. Le Groupe Bilderberg était à peine discuté dans les cercles de gauche jusqu’à récemment. Fidel Castro a reconnu qu’il n’avait jamais entendu parler du groupe, et a invité l’expert du Groupe Bilderberg Daniel Estulin à Cuba pour parler de leurs travaux.

    Ici à Paris, une conférence a récemment été organisée par le Cercle d’Études Marxistes à l’Université de la Sorbonne pour parler du Groupe Bilderberg.

    Bien que je sois fortement en désaccord avec le Catholicisme de Gerhard Van der Aardweg, sa référence à « l’Internationale Franc-Maçonne » est hautement pertinente, car la Franc-Maçonnerie baigne dans la plupart des cercles de la classe dirigeante et l’homosexualité est une idéologie de la dite classe.

    Suis-je un agent de « l’impérialisme russe »?

    Si commenter l’actualité pour Russia Today fait de moi un agent de l’impérialisme russe, mes propres écrits témoignent du fait que je suis, en réalité, très critique de la politique intérieure et étrangère russe.

    L’emploi de slogans ultra-gauchistes et à résonance forte pour camoufler un agenda réactionnaire de droite ressemble davantage au Trotskysme qu’au Marxhisme-Léninisme. Je ne vais pas insulter la SSNA en les traitant de Trotskystes. Mais c’est décevant de constater qu’ils ont eu recours au lancement de slogans ultra-gauchistes vaseux, à l’attaque diffamatoire et à la diabolisation plutôt qu’à la réfutation polie de mes arguments.

    La SSNA m’a traité de Fasciste mais ils n’ont pas fourni le moindre élément de preuve pour étayer cette allégation. En tant que personne ayant acquitté sa cotisation à une organisation communiste ici en France, je réfute ce mensonge! De plus, bien que je collabore aussi étroitement avec la chaîne iranienne Press TV en anglais et en français, j’ai également critiqué la politique étrangère iranienne d’un point de vue marxiste.

    Thérapie de conversion au Marxisme!

    La SSNA proclame que je soutiens la thérapie de conversion sexuelle. Je ne soutiens pas les thérapies de conversion sexuelle parce que le sexe d’une personne est un fait donné. Tout d’abord, vous ne pouvez pas vous convertir d’un sexe à l’autre à travers la thérapie; il y a besoin d’une opération physique! NARTH propose une « thérapie réparatrice » qui, affirment-ils, aide à guérir les traumatismes émotionnels de la petite enfance qui ont mené au défaut d’identité de genre. La SSNA affirme que NARTH « oblige » les gens à la « conversion ». Un autre mensonge.

    Prenez le temps d’écouter le discours qui suit de l’ancien président de l’American Psychological Association, le Dr. Nicholas Cummings, qui est en faveur du mariage homosexuel.

     

    https://youtu.be/BKxYBch2LVM

    https://youtu.be/7NyX5CxGraE

    Il déclare clairement que les clients qui viennent le voir pour une thérapie reçoivent l’avertissement que changer leur mode de vie peut être très difficile. Seuls 50 à 60% des patients y parviennent réellement, et une proportion idoine abandonne. Parfois des patients vont encore plus mal après la thérapie. Mais les études démontrent que c’est le cas pour jusqu’à 30% des cas de psychothérapie, où le soin est interrompu avant d’avoir montré des résultats positifs. Si vous sortez en plein milieu d’une opération chirurgicale, vous avez de grandes chances de mal vous en sortir. C’est pourquoi la thérapie n’est entreprise que si le psychologue est satisfait que le patient est résolu à changer son mode de vie et à confronter ses problèmes. NARTH croit que les homosexuels devraient avoir le choix de poursuivre leur mode de vie ou de suivre une thérapie réparatrice. Ce n’est pas ce que fait le gouvernement US. Que c’est intéressant de voir les impérialistes et de prétendus Marxistes-Léninistes (la SSNA) être d’accord sur quelque chose!

    Le psychologue ne peut pas guérir le patient mais plutôt l’aider à guérir lui-même le traumatisme qui est à la racine de son orientation sexuelle, une orientation qu’il ne désire pas avoir. Le patient doit être initialement découragé, afin de comprendre que c’est lui et pas le thérapeute qui va accomplir la guérison. La brutalité subie, la séparation du père ou de la mère et les abus sont des facteurs communs des traumatismes infantiles pouvant avoir un profond impact sur le défaut d’identité de genre. Ces complexes prolifèrent dans les sociétés ultra-capitalistes contemporaines, où l’être humain est plus perturbé que jamais et où la fragmentation sociale est davantage la règle que l’exception.

    Plutôt que de promouvoir la décadence bourgeoise et de pervertir le Marxisme-Léninisme, la SSNA devrait faire des recherches sur les méthodes effectivement utilisées pour soigner l’homosexualité en Union Soviétique et dans l’Albanie socialiste, et émettre une appréciation sincère de celles-ci. Quelle a été leur efficacité? La coercition a-t-elle été utilisée, ou pas? Quelles sont les données à notre disposition sur le nombre de cas, etc. Les Soviétiques ont-ils étudié l’étiologie de la perversion sexuelle?

    La seule « thérapie de conversion » que je professe ici, c’est que la SSNA se convertisse de sa vision petit-bourgeoise de la sexualité pour embrasser une vision marxiste, en traitant analytiquement mon travail de façon constructive. En fait, selon le Dr. Joe Nicolosi, une bonne partie de la thérapie pratiquée par les psychologues de NARTH consiste en la fourniture au patient d’un soutien pour qu’il s’engage dans l’auto-critique et la maîtrise de soi – des valeurs essentielles pour des Communistes révolutionnaires!

    Je crois que la SSNA est composée de bonnes personnes qui se soucient sincèrement de la classe laborieuse. Ils ont accompli un superbe travail dans le démontage de tant de mensonges sur Staline qui sont devenus des outils de la classe dirigeante, pour faire croire aux gens qu’il n’y a pas d’alternative au système capitaliste. Pourtant, la perversion bourgeoise de la sexualité et la violente campagne du mouvement réactionnaire LGBT contre NARTH est une chose que tous les Communistes devraient dévoiler et dénoncer.

    C’est dommage que la SSNA n’ait pas démontré davantage de maturité à ce sujet, car je soutiens leur travail. Les lecteurs de mes articles m’envoient tout le temps des emails contenant des questions à propos de sites web, de livres, etc. Je continuerai à les envoyer vers la SSNA, au site web du Parti du Travail Américain et au contenu exceptionnel de recherches dans le journal « Revolutionary Spirit« .

    Toutefois, du fait de leur tentative pour me calomnier, je devrai dorénavant y ajouter la précision – même si beaucoup de leurs recherches sont bonnes – qu’ils témoignent encore d’opinions petit-bourgeoises sur des thèmes essentiels et que leur souci avec moi c’est mon soutien pour la ligne de Marx, Engels, Lénine, Staline et Hoxha sur la sexualité tandis qu’ils soutiennent celle d’Obama, Cameron, Hollande et des autres dirigeants impérialistes.

    Source: http://ahtribune.com/in-depth/1042-marx-and-engels.html

    Traduit par Lawrence Desforges

    Première partie: https://globalepresse.net/2016/07/01/homosexualite-et-decadence-bourgeoise-reflexions-sur-le-massacre-dorlando/

    Deuxième partie: https://globalepresse.net/2016/07/01/homo-sovieticus-contre-homo-sexualis/

    Quatrième partie: https://globalepresse.net/2016/07/30/lheritage-raciste-et-pederaste-du-mouvement-lgbt/

    Cinquième partie: https://globalepresse.net/2016/08/31/le-communisme-et-la-revolution-sexuelle/

     

     

     

    « - Le pouvoir veut créer une Garde nationale contre-révolutionnaire- Lénine : Impérialisme, stade suprême du capitalisme... 1 Siècle après…, « ringard » ou « visionnaire » ? »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :