• - Philippine : Vive le 50ème anniversaire de la Nouvelle Armée Populaire !

    - Philippine : Vive le 50ème anniversaire de la Nouvelle Armée Populaire !Le 29 Mars 2019, la Nouvelle Armée Populaire des Philippines fête ses 50 ans. Cet anniversaire est l’occasion de revenir sur le parcours héroïque du Parti Communiste des Philippines (CPP) et de la Nouvelle Armée Populaire (NPA). Une histoire de lutte révolutionnaire exemplaire au service des masses contre les trois montagnes qui écrasent le peuple philippin : l’impérialisme, le capitalisme bureaucratique et le féodalisme. Cette Guerre Populaire menée par le CPP et l’armée du peuple, la NPA, est une inspiration pour les peuples du monde entier aspirant à la libération.

    La NPA : 50 ans de Guerre Populaire sous la direction du Parti Communiste des Philippines

    La lutte du peuple philippin est ancienne : à partir de 1895, il mène une guerre d’indépendance contre le colonialisme espagnol avec la bourgeoisie nationale. L’impérialisme américain, qui se développait partout en Amérique Latine et en Asie-Pacifique, a jeté ses griffes sur les Philippines à ce moment là, entrant en guerre contre la première république des Philippines en 1899. Parmi les martyrs les plus importants de cette époque notons le nom immortel d’Andres Bonifacio qui a inspiré et continue d’inspirer des générations de révolutionnaires.

    L’impérialisme américain a forcé l’occupation de l’archipel des Philippines par la guerre la plus féroce, tuant entre 12 000 et 20 000 combattants pour l’indépendance, et plus de 200 000 civils philippins. Après 3 ans, l’occupant yankee impose un nouveau régime et la colonisation sous « protectorat » des Philippines. Dans le sud, la campagne de « pacification » de l’impérialisme yankee à Mindanao contre le peuple Moro durera jusqu’à 1910 car les Moros résistaient ardamment.

     

    [NDLR : Disons-le de suite à RECOCOM, nous ne sommes pas Maoïstes. Comme nous le savons, Mao a malheureusement entraîné la Chine dans une révolution nationaliste bourgeoise et le Parti Communiste Chinois dans une voie révisionniste. On en voit bien le résultat aujourd'hui : La Chine est en passe de devenir le premier pays capitaliste-impérialiste au monde.

    Cela étant dit, ce qui se passe au Philippine ne peut nous laisser indifférent. Et cette lutte armée est un exemple pour nous tou(te)s. La seule question qui vaut est "Quand retrouverons-nous la voie du marxisme-léninisme authentique ?"]

    C’est sous l’occupation américaine que naît le Parti Communiste des Philippines en 1930. Il sera très rapidement rendu illégal. Lors de la Deuxième Guerre Mondiale, les Philippines sont occupées par l’impérialisme japonais qui domine l’archipel à partir de 1942. Succédant à l’impérialisme américain, l’impérialisme japonais s’impose avec une brutalité immense comme la marche de la mort de Bataan qui fera plus de 20 000 morts au mois d’avril 1942. La guérilla des Hukbalahap (« Armée Populaire Contre les Japonais ») est créée par le Parti Communiste et mène la résistance contre le Japon, en particulier sur l’île de Luzon avec comme base le mont Arrayat. Pour la première fois, la lutte de libération nationale est menée directement sous la direction des communistes et non plus sous la direction des forces politiques bourgeoises.

    Lors de l’offensive américaine dans le Pacifique, en 1945, l’impérialisme US reprend le contrôle des Philippines. L’armée américaine conclut d’abord une alliance avec la Hukbalahap avant de les trahir et de les liquider. Le Parti Communiste des Philippines, dirigé par des opportunistes de droite, entre alors dans une période de légalisme et décide d’axer sa stratégie sur la participation au Parlement. Cette stratégie est un échec et le Parti, qui n’a pourtant que peu de candidats élus au Parlement, se retrouve rapidement banni de ce dernier. Il réactive alors la lutte armée avec l’espoir opportuniste de gauche d’une victoire rapide dans une période de deux ans. Pour l’impérialisme américain, les Philippines sont la porte d’entrée la plus importante en Asie, alors « l’indépendance » qu’ils donnent en 1946 à l’archipel n’est que formelle. Ils installent leurs pantins compradores dans les palaces et soutiennent militairement la lutte contre les communistes jusqu’en 1954 où l’Armée de Libération Populaire subit des très lourds revers.

    Suite à la défaite militaire, la direction du Parti Communiste des Philippines s’enfonce encore plus voie révisionniste, s’alignant derrière les positions du Parti Communiste d’Union Soviétique qui poussera ce parti dans un pacifisme criminel. Face à cette dérive du Parti Communiste et face à une situation nationale toujours plus inquiétante et dominée par l’impérialisme américain, le 30 novembre 1964, date d’anniversaire de la mort d’Andres Bonifacio, est fondée Kabataang Makabayan, la Jeunesse Patriotique. Ce mouvement anti-impérialiste est à l’origine principalement présent sur les universités. Il établira une analyse et une critique juste et précise de l’histoire du Parti Communiste des Philippines de sa fondation en 1930 jusqu’à sa quasi-disparition dans les années 1960. Inspiré par la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne en Chine, c’est dans la lutte contre le révisionnisme que le Premier Grand Mouvement de Rectification aura lieu. Ces jeunes communistes inspirés par la révolution en Chine vont ainsi reconstituer le Parti Communiste des Philippines le 26 décembre 1968, date du 75ème anniversaire de la naissance de Mao Zedong.

    Quelques mois après sa reconstitution, le Parti Communiste des Philippines va fonder le 29 mars 1969 la Nouvelle Armée Populaire (NPA), ralliant d’anciens combattants des Hukbalahap et des jeunes communistes en donnant une direction authentiquement communiste à la révolution. Lorsque la NPA est formée elle ne compte alors que 60 combattants armés de 9 fusils d’assauts et 26 fusils à un coup et pistolets. Aux Philippines naît alors la Guerre Populaire Prolongée, menée par le Parti Communiste dirigeant la Nouvelle Armée Populaire (NPA) et le Front Démocratique National (NDF) pour la révolution de nouvelle démocratie contre l’impérialisme, la bourgeoisie compradore, et vers le socialisme.

    Depuis 1969, la NPA est l’armée populaire, dirigée politiquement par le Parti Communiste des Philippines. « Sans une armée comme la NPA, le peuple n’a rien » écrivait Amado Guerrero en paraphrasant Mao Zedong. Cette armée populaire va croître considérablement lors de la dictature de Ferdinand Marcos qui déclare la loi martiale en 1972. C’est sous sa dictature brutale soutenue par l’impérialisme américain, que la NPA connaîtra des bonds importants qui en feront l’armée populaire telle qu’on l’a connait aujourd’hui.

    La NPA : invincible car au service du peuple !

    La lutte armée de la Nouvelle Armée Populaire dans la Guerre Populaire prolongée est invincible, car elle est juste et que la NPA prouve tous les jours qu’elle est au service du peuple, et que les masses la défendent de toutes leurs forces.

    Selon les règles de base de la NPA, elle est la principale organisation du Parti Communiste des Philippines, constamment et profondément liée aux masses. Elle exécute avant tout le travail politique de construire et organiser le Nouveau Pouvoir des masses populaires basé principalement sur l’alliance des ouvriers et des paysans. Ses trois tâches sont de mener la Guerre Populaire prolongée, de mobiliser et défendre les masses, et de promouvoir leurs intérêts nationaux et démocratiques.

    Cela montre bien le rôle de la NPA dans la révolution : en mobilisant les masses et en créant et soutenant les milices révolutionnaires et les unités d’autodéfense populaire, elle fait passer progressivement les masses de désorganisées et désarmées à organisées et armées. En organisant les masses pour le Gouvernement Populaire local et en défendant les tribunaux populaires, des organes composés par les masses elles-mêmes, elle garantit la construction et l’extension du Nouveau Pouvoir. En mettant au premier plan le travail politique auprès des masses, la propagande et la défense des masses et de leurs intérêts, la NPA est au service du peuple, et une force authentiquement soutenue par les masses peut tout accomplir.

    La NPA suit les 3 Grandes Règles de Discipline et les 8 Points d’Attentions du Président Mao pour maintenir une ligne révolutionnaire et une exemplarité envers les masses. Avec sa discipline stricte et son ouverture aux personnes de tout sexe, genre et orientation sexuelle, la NPA garantit une armée réellement populaire, qui ne profite pas des oppressions de la société semi-coloniale semi-féodale. Sous la direction du Parti Communiste, la NPA est la principale organisation des masses pour leur libération, contrairement aux groupes paramilitaires mercenaires qui se vendent au gouvernement et aux multinationales.

    Par exemple, la NPA prend une place importante dans la garantie de la santé et du bien-être des masses dans des zones où le gouvernement réactionnaire laisse les paysans pauvres et les ouvriers agricoles sans aucune protection. Elle assure l’éducation générale et politique d’un nombre croissant de Philippins dans sa base de masse. Lorsque le gouvernement réactionnaire attaque la NPA, il vise les écoles, les camps de soin, et tout ce qui fait de la NPA une armée populaire. En attaquant la NPA, le gouvernement du vieil État attaque directement les masses.

    Traduction : Guerre Populaire jusqu’à la victoire totale ! Rejoins la NPA !

    La NPA : un exemple pour les peuples du monde !

    Face à tous les obstacles et toutes les difficultés, la NPA n’a pas failli depuis 50 ans. L’impérialisme US a utilisé les dictatures fascistes féroces, comme celle de Marcos dans les années 70-80, et la Guerre Populaire en est sortie renforcée. Contre le révisionnisme à l’intérieur du mouvement révolutionnaire et le liquidationnisme, la lutte armée de la NPA a émergé victorieuse du Second Grand Mouvement de Rectification des années 90 au sein du Parti Communiste des Philippines.

    Récemment encore, la NPA nous a montré son incroyable capacité à infliger des coups mortels à l’ennemi. Au mois de Décembre 2018, à Agusan del Sur sur l’île de Mindanao, un détachement entier des CAFGU (Citizen Armed Force Geographical Unit, une unité paramilitaire du gouvernement) et un bataillon des Forces Spéciales ont été mis hors d’état de nuire, permettant de saisir 24 fusils gros calibres aux ennemis du peuple faits prisonniers sans que la NPA ait à tirer un seul coup de feu. En Février 2019, la NPA a soutenu la lutte de plusieurs milliers d’habitants de Mindoro contre un projet d’installation hydroélectrique qui forcerait de nombreux déplacements et dévasterait l’environnement. Rassemblant pacifiquement les ouvriers et les informant des raisons de leur action contre l’entreprise capitaliste à l’origine du projet, les soldats de la NPA se débarrassèrent de 44 engins de construction lourds. Une semaine avant, à Mindanao, la NPA avait pris d’assaut et envahi avec succès la base de patrouille du 1erbataillon des Forces Spéciales, connu pour défendre les multinationales des attaques de la NPA. Le 27 Mars 2019, dans les Visayas Orientales, deux frères ont échappé à la police qui voulait les torturer et les exécuter et ont volontairement remis des armes et des minutions à l’unité de la NPA la plus proche en acceptant de se soumettre à la justice révolutionnaire.

    Le Président Mao a écrit que ce sont les masses qui font l’histoire. Aux Philippines, cette vérité se matérialise par l’héroïsme des masses en lutte dirigées par le Parti, qui se battent contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression dans une société semi-coloniale semi-féodale dominée par l’impérialisme. C’est cet héroïsme des masses populaires que nous honorons lorsque nous célébrons la Nouvelle Armée Populaire, car c’est au plus profond de leur chair que les masses mènent le combat pour la révolution dans la forme la plus élevée de lutte des classes : la Guerre Populaire. Ce sont les combattantes et combattants de la NPA. Ce sont les femmes du peuple qui se libèrent dans la révolution, comme la martyre Maria Lorena Barros, alors que l’actuel président Duterte veut leur « tirer dans le vagin ». Ce sont toutes et tous les martyrs de la révolution aux Philippines, tombés pour la juste cause du communisme, la lutte jusqu’à la victoire, et le grand mouvement ouvrier international. Leur mémoire est notre mémoire, leur lutte est la nôtre. Celles et ceux qui ont donné leur vie pour la cause du peuple ne l’ont pas donnée en vain, car partout dans le monde les Partis et organisations marxistes-léninistes-maoïstes travaillent à relever le drapeau rouge. Et une chose est sûre, c’est que nous vaincrons car l’avenir appartient au communisme.

    Le CPP et la NPA montrent chaque jour en pratique la stratégie de Guerre Populaire Prolongée, la stratégie universelle du prolétariat pour la prise du pouvoir. La NPA est une armée productive, une armée qui met en place les principes démocratiques du gouvernement populaire, une armée au service des masses, et nous montre ce qui est universellement primordial dans la Guerre Populaire : le Nouveau Pouvoir.

    Pour exprimer notre solidarité avec les Guerres Populaires, il nous faut populariser leurs luttes à l’international, hors de leurs frontières, et construire une solidarité internationale réelle contre les massacres de l’impérialisme et des gouvernements réactionnaires du vieil État bourgeois. Lénine nous apprend que l’internationalisme prolétarien exige de lutter contre son propre impérialisme, complice et acteur dans la lutte contre les peuples du monde et contre les Communistes.

    Notre solidarité à la Guerre Populaire aux Philippines exige que l’on apprenne d’elle et de toutes les Guerres Populaires pour notre propre libération. Nous devons aujourd’hui construire les 3 instruments de la révolution dans l’État français. La Guerre Populaire est à soumettre aux conditions concrètes de l’État français, qui est un pays impérialiste dont la réalité est très différente des Philippines semi-coloniales semi-féodales. Les Guerres Populaires menées dans le monde sont pour nous des lumineux exemples du chemin vers la révolution et notre exigence de communistes ne peut pas être accomplie sans tirer tous les enseignements possibles de ces immenses luttes.

    Le Parti Communiste des Philippines et la NPA prennent aujourd’hui d’arrache-pied la tâche de mener les masses populaires de leur pays à se libérer du joug impérialiste et de la barbarie capitaliste par la voie juste de la Guerre Populaire. Camarades, vous portez haut le drapeau rouge aux yeux des Philippines et du monde entier, vous combattez la domination capitaliste de l’impérialisme de la manière la plus concrète. Digmang Bayan hanggang sa tagumpay ! Guerre Populaire jusqu’à la victoire totale !

    Vive le 50ème anniversaire de la Nouvelle Armée Populaire !

    Digmang Bayan hanggang sa tagumpay !

    Victoire à la Guerre Populaire aux Philippines et aux Guerres Populaires menées par les Partis Communistes à travers le monde !

    Vive l’idéologie du prolétariat, le marxisme-léninisme-maoïsme ! [Marxisme-Léninisme suffit ! NDLR]

     

    Source : http://www.pcmaoiste.org/actuinter/vive-le-50eme-anniversaire-de-la-nouvelle-armee-populaire/

    « - Il est vraiment temps de reconstruire un authentique PC- POUR LE DROIT DE MANIFESTER ! »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :