• - Position du Collectif DÉFENSE sur l’Union Européenne et sur l’élection présidentielle

    - Position du Collectif DÉFENSE sur l’Union Européenne et sur l’élection présidentielleDans l’article «le Brexit et l’U.E.» du 3 juillet, le Collectif DÉFENSE mettait en garde contre la tentative d’axer les luttes des travailleurs sur une rupture avec l’Union Européenne et de conditionner la lutte pour le renversement du capitalisme à la réalisation préalable de cette étape.

    Plusieurs organisations se référant au communisme présentaient en effet le vote britannique comme une victoire de la classe ouvrière et appelaient les travailleurs de France à emboîter le pas au peuple d’outre-Manche.

    La déclaration du 7 septembre de l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe, tout en expliquant que les politiques et les soi-disant alternatives prônées par les tenants de l’U.E. visaient à accroître l’exploitation des travailleurs et le pillage des pays dominés par les grands centres impérialistes, rappelait que l’objectif premier des forces communistes et révolutionnaires restait le renversement du capitalisme :

    "Aujourd’hui, le résultat du référendum britannique sur la sortie de l’Union Européenne a fait remonter à la surface les contradictions entre les divers centres impérialistes quant à l’avenir et aux perspectives de l’UE. Le problème principal dans la controverse au sein de la zone euro et dans l’Union Européenne demeure le type de gestion bourgeoise, entre la stabilité fiscale et la surveillance des États membres par les mécanismes de l’UE d’une part, et d’autre part l’assouplissement de l’ajustement budgétaire pour libérer des fonds d’État pour soutenir les monopoles. Ce différend est étranger aux intérêts populaires, parce que dans les deux cas cela se fera sur le dos de la classe ouvrière et des couches populaires pauvres et que dans les deux cas cela présuppose l’aggravation de l’offensive anti-populaire. (...)

    Malgré le fait que bon nombre de sommets et de réunions de haut niveau entre « les dirigeants des pays du Sud » aient lieu, malgré le grand nombre de discours pompeux sur le « redémarrage » de l’UE, l’UE n’en deviendra pas plus favorable aux peuples, elle ne pourra que devenir pire pour les peuples, pas plus que le système capitaliste, qu’elle sert, ne pourra « s’humaniser ».

    L’espoir est dans la lutte des peuples pour renverser la barbarie capitaliste ! "

     

     

    L’objectif n’est donc pas de sortir de l’U.E. pour opérer une rupture fondamentale avec le capital. La Grande-Bretagne, où les premières conséquences du «Brexit» se traduisent plutôt par une aggravation de l’exploitation des travailleurs, des persécutions contre les réfugiés et immigrés, n’en prend d’ailleurs pas le chemin. On ne rompt pas avec l’U.E. pour construire le socialisme, on se bat pour le socialisme comme perspective alternative au capitalisme, ce qui créera une rupture avec l’Europe capitaliste.

    Mais la révolution socialiste, si elle est engagée par chaque peuple en Europe et ailleurs, aboutira à l’union solidaire des républiques socialistes dans le cadre de la construction d’un rapport de forces mondial contre le capital.

    Si les organisations communistes et ouvrières axent le mouvement populaire vers l’aspiration à la souveraineté nationale au lieu d’oeuvrer pour la prise de conscience révolutionnaire pour le socialisme, elles alimenteront le populisme et le soutien à tel impérialisme contre tel autre.

    En France, l’élection présidentielle s’annonce dans le cadre d’une crise politique, d’une défiance grandissante de la population vis-à-vis des partis bourgeois traditionnels. La donnée première qui détermine la crise politique est la crise économique mondiale du capitalisme, qui ne se limite pas à l’Union Européenne. Elle n’est pas plus profonde sur ce continent qu’aux USA, en Grande-Bretagne ou en Russie. Même la Chine connaît des dévaluations monétaires face aux réalités économiques du capitalisme. Ce n’est pas la crise politique qui est responsable de la crise générale du capitalisme mais l’inverse. S’il n’y a pas d’alternative ni d’aménagement possible dans le cadre du capitalisme, ce n’est pas à cause des politiques mais des réalités économiques du système que les politiques prennent en compte pour gérer et consolider ce système. Donc, il faut rejeter les analyses qui présentent la politique gouvernementale, voire patronale, comme des choix erronés, et les appels à une alternance comme s’il était possible de faire une autre politique que celle voulue par les grands monopoles.

    La social-démocratie a poursuivi la politique de classe engagée par ses prédécesseurs et perd ses positions électorales, mais ce qui doit être mis en accusation, c’est l’impérialisme français, tout aussi belliqueux et anti-social, que ce soit avec Juppé, Fabius, le Drian… et si l’OTAN emboîte le pas à la France, cela confirme que les traditions des capitalistes de ce pays sont profondément issues de la domination colonialiste. À droite, il y a concurrence entre les candidats à la primaire mais il n’y a pas de division sur le programme et la politique de guerre ni avec la droite, ni avec le PS.

    Le FN peut surfer dans les sondages, mais il ne donne pas la tonalité idéologique générale; c’est le MEDEF qui s’en charge. M. le Pen, essaye  de se démarquer des autres candidats en affichant une prétendue opposition à l’Union Européenne. Quant à Mélenchon ou à la gauche de la gauche avec le PCF, ils concourent ensemble à une re-crédibilisation de la social-démocratie avec les Verts et les Frondeurs, mais pas pour gagner cette fois mais pour alterner la prochaine fois.

    Il ne s’agit donc pas de pleurer sur les éléments de la recomposition politique en déplorant l’abstention aux présidentielles mais d’appeler à boycotter les institutions du capital en France. C’est ce que fait le Collectif DÉFENSE qui appelle à boycotter l’élection présidentielle et à lutter pour la révolution socialiste, seul moyen de répondre durablement aux revendications de la population travailleuse.

    Source : https://collectifdefenseblog.wordpress.com/2016/09/21/position-du-collectif-defense-sur-lunion-europeenne-et-sur-lelection-presidentielle/

    « - Mai 68, La trahison opportuniste- La police prédictive débarque en France »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Octobre 2016 à 15:02

    Enfin un rayon de lumière qui perce l'obscurantisme social-chauvin qui tendait à liquider le mouvement ML français...


    Voir aussi leur excellente approche de la problématique du tandem URCF-PRC, vue de l'intérieur, pratiquement...


    Je reblogue intégralement les deux articles:


    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/10/01/position-du-collectif-defense-sur-lunion-europeenne-et-sur-lelection-presidentielle-2/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2016/10/01/la-verite-sur-la-fusion-communistes-urcf-2/

    Amicalement,

    Luniterre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :