• - RAFISTOLAGE OU RÉVOLUTION ?

    Par le camarade TML

    RAFISTOLAGE OU RÉVOLUTION ???… Une question ancienne, donc, et qui ressurgit dans les débats, malgré la passivité ambiante savamment entretenue par le pouvoir et fort bien secondé, en cela, par la gauche, « extrême » inclus, qui relaye, à quelques très faibles nuances près, le même discours…

    Car au fil des confinements et couvre-feux qui se succèdent quasi sans interruption, voici bientôt venir le temps des élections !

    Un premier sondage d’ « intentions de vote », testant différentes combinaisons de candidatures possibles, sinon probables, montre une grande « stabilité » du corps électoral, avec une Marine Le Pen en tête au premier tour, de peu devant Macron, les autres candidats étant tous largement distancés, et en net recul par rapport aux scores de leurs partis respectifs en 2017.

    La droite « classique » serait entre 14 et 16%, Mélenchon dépasserait difficilement le cap des 10%, les autres candidats se partageant le reste…

     

    Le vieux mythe français d’une « victoire de la gauche » aux élections est donc plus éloigné du réel que jamais, et de toute façon, il ne fait plus guère rêver non plus… Et cela d’autant moins qu’il est encore incarné par Jean-Luc Mélenchon… L’homme qui s’est jusqu’ici assez habilement métamorphosé à chaque « tournant » électoral, jamais à court d’une nouvelle « formule » pour requinquer son staff électoral, semble donc en panne d’inspiration, cette fois-ci, et pour ce que ses « lueurs » précédentes nous ont valu, on ne s’apitoyera pas sur son sort…

    Non seulement il ne s’est avancé sur aucune des questions sanitaires importantes, confinements, traitements, masques, vaccins, et non seulement il cautionne la capitulation banco-centraliste macronienne, mais il en redemande carrément… davantage ! C’est donc aussi l’occasion de rappeler que son « plan » mirifique de 2017 reposait déjà, à la base, sur un emprunt de 100 Milliards supplémentaires à la BCE ! Ce qui ne l’empêchait pas de se la jouer encore plus ou moins « eurosceptique », façon « référendum 2005 »-bis, histoire de ratisser de tous les côtés !

    Bref, le confusionnisme ambiant étant ce qu’il est déjà depuis de trop nombreuses années, et encore plus épais avec la présente crise, il attire néanmoins quelques militants en déshérence, dont notre camarade Viriato, grand défenseur de Trotsky dans nos colonnes, le reste du temps, bien que les justes critiques ne lui soient pas ménagées, ici, sur ce sujet !!!

    Mais c’est donc une sorte de cycle saisonnier, qui le voit revenir vers Mélenchon dès que les urnes ressortent de leurs placards…

    Concernant les limites de l’électoralisme, le débat a donc à nouveau porté, entre autres expériences « électoralistes », sur la tragique issue du gouvernement Allende, sorti des urnes au Chili.

    Malgré son expérience personnelle vécue et douloureuse de cette époque, le camarade Viriato n’en pense pas moins qu’il faut d’abord absolument passer par ce type de processus pour avancer, alors que le camarade Do, du site VLR, pense au contraire que le processus électoral est nécessairement et seulement un moyen d’étouffer toute possibilité d’alternative au système.

    Pour notre part, nous suivons plutôt la stratégie ML, principalement établie par Lénine, qui consiste à utiliser les élections comme tribune pour faire connaître les revendications prolétariennes et populaires. Encore faut-il en avoir à exprimer, ce qui, comme on l’a vu, n’est pas le cas du candidat Mélenchon, ni d’aucun autre actuellement considéré comme potentiellement déjà en course pour le poste !

    Actuellement, il est clair que les revendications immédiates les plus urgentes portent sur les conditions pour résoudre la crise sanitaire, actuellement instrumentalisée par le système, au profit des restructurations sociales, économiques et politiques voulues à l’échelle mondiale par la mutation banco-centraliste.

    Sur les conditions de solutions actuellement possibles, aucun de ces candidats ou groupes politiques de « soutien » ne s’est avancé le moins du monde, sur les questions essentielles soulevée par la médecine et la recherche de « terrain » telle qu’on l’a vu tenter de résister, en France, en la personne des Pr. Raoult, Perronne, Toubiana, Toussaint, et bien d’autres…

    Dans la classe politique, le seul personnage de premier plan à s’être brièvement engagé était donc M. Douste-Blazy, mais qui a aussitôt « retiré ses billes » après la sortie du documentaire « Hold-Up ». M. Mélenchon ne s’est jamais même, quant à lui, engagé publiquement et ouvertement en faveur des grandes pétitions qui ont circulé et fait des centaines de milliers de signatures, durant le premier « confinement », dont celle des Pr. Perronne et Douste-Blazy, ce dernier ayant à cette occasion courageusement joué de sa double casquette, même s’il préfère aujourd’hui l’oublier…

    Dans le genre « double casquette » judicieusement et courageusement mise en avant il nous reste néanmoins Martine Wonner, députée du Bas-Rhin et également médecin, devenue dissidente et paria de son parti d’origine, celui du Président-dictateur… !

    Si quelqu’un de la classe politique a donc une légitimité à incarner la Résistance sociale et sanitaire à la dictature macronienne, c’est donc elle, et non pas Jean-Luc Mélenchon !

    A ce jour, cependant, et alors même qu’elle mène courageusement une activité débordante au service de la cause du bien commun, il n’a pour autant pas encore été question de son éventuelle candidature.

    Quoi qu’il en soit, il y a donc manifestement plus d’utilité à continuer de relayer son travail et celui de l’ensemble de la résistance médicale de terrain, plutôt que de perdre son temps et son énergie à sauver la mise d’un politicien vil serviteur et Kollabo de la dictature banco-centraliste, ce qu’est Mélenchon, que ce soit sous l’un ou l’autre de ses faux-nez interchangeables, trotskyste, social-chauvin « souverainiste », « européiste de gauche », etc… !

     

    [NDLR : Pour en savoir plus sur Mélenchon et la social-démocratie...

    LIRE AUSSI :

    - Mélenchon, l'hère du peuple...

     

    - La cinquième république se meurt... Mélenchon en propose une 6ème !!!

     

    - Vous croyez encore que Mélenchon est un révolutionnaire ?

     

    - Mélenchon et le Front de gauche : vrai échec pour le mouvement social !

     

    - DÉCRYPTAGE : Avec quelles techniques Mélenchon manipule l’opinion et contourne savamment la question fondamentale de l’Europe dans la perspective de 2017

     

    - Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon (par Attilax jeudi 16 mars 2017)

     

    - Nuit Debout ou à genoux ?

     

    - GRECE : tragédie ou comédie ?

     

    - La drôle de grève ! Que faire pour gagner contre la Loi Travail et toutes les attaques du patronat ?

     

    - Tous au service des patrons... Construisons une alternative

     

    - Les enseignements essentiels de la crise des "gilets jaunes"

     

    - SUR LES RÉSULTATS DU 1er TOUR (ABSTENTION AU SECOND TOUR)

     

    - UN DEMI-SIÈCLE APRÈS MAI 68 : EN FINIR AVEC LA « GAUCHE » KOLLABORATIONNISTE

     

    - Le gouvernement socialiste a utilisé le 49-3 pour faire adopter sans vote la loi MACRON par l’Assemblée Nationale

     

    - Un peuple désarmé sera toujours vaincu !

     

    - LA SIGNIFICATION DE L’ABSTENTION RÉVOLUTIONNAIRE AU COURS DES MASCARADES ÉLECTORALES

     

    - De la « désolation » du social-chauvinisme en déroute…

     

    - Cela suffira-t-il ?

     

    - Conscience « spontanée » et/ou avant-garde prolétarienne ? Suivi de "LE MARXISME EST- IL PÉRIMÉ?" et "La situation et nos tâches" de l'OCF

     

    - SUR LA RECOMPOSITION DES FORCES POLITIQUES DE LA BOURGEOISIE

    Fin du NDLR]

    -----

    A PROPOS DE L’HISTOIRE DU CHILI , CET EXTRAIT DU DÉBAT…

    Bonjour à tous,

     

    Je n’ai pas la prétention de connaître la question chilienne, mais je ne vois pas de contradiction importante entre l’analyse en PJ et celle du camarade Do.

     

    Le problème de toute révolution est la relation entre rapport de forces politiques et militaires.

     

    Apparemment, la majorité des forces politiques chilienne « de gauche » n’avaient aucune volonté de même chercher à le résoudre…

     

    Elle sont donc également responsables du massacre, que ce soit 3000 ou 300 000… ou entre les deux…

     

    Sachant que l’affrontement était inévitable, elles n’ont pourtant pas agit en conséquence. Ce n’était donc probablement pas dans leur culture politique, en quelque sorte, et effectivement, ça ne s’improvise pas.

     

    En Russie, il y a donc eu rencontre de la culture politique bolchevique et du mouvement de masse. Le mouvement de masse s’est progressivement libéré de ses lubies « ultra-démocratiques », tout simplement pour survivre, et finalement, vaincre. C’est là où mon approche du problème se sépare, néanmoins, de celle du camarade Do.

     

    Par la suite, il y a bien eu quelques abus d’autorité regrettables et il faut donc, bien évidemment, réfléchir à la question, sans jeter pour autant cet héritage, qui nous a sauvé du nazisme, néanmoins, et auquel il est stupide de l’assimiler, comme le font certains (…des deux côtés de l’Atlantique…).

     

    La solution, manifestement, ne réside pas dans plus de spontanéisme, mais au contraire dans plus de formation. Pour faire fonctionner le centralisme démocratique il faut que les participants sachent de quoi ils parlent…

     

    A partir d’une classe prolétarienne majoritairement analphabète les bolcheviques ont fait un boulot formidable, y compris sous Staline, sans quoi la victoire sur le nazisme eut été impossible.

     

    Pour autant, ce n’était donc pas encore suffisant, comme la suite l’a vite montré, avec la contre-révolution khrouchtchevienne, même si elle ne s’est pas effectuée sans résistance, contrairement à la plupart des versions « officielles » de gauche et de droite de l’histoire.

     

    Mais donc une résistance largement insuffisante, du fait du niveau insuffisant de formation des participants à l’économie soviétique de l’époque:

     

    https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2017/11/les-problemes-economiques-du-socialisme-en-urss.pdf

     

    Même en France, pays supposé d’un bon niveau culturel général, le niveau de formation sur les fondamentaux et leur mise en pratique est resté faible, dès l’origine du mouvement, et ne fait que descendre encore, depuis des décennies, et ça s’accélère encore avec la présente crise, semble-t-il.

     

     

    Et donc, parfois, quelques illustrations valent mieux qu’un long exposé…

     

     

    Fig 1: les structures ancestrales sont difficilement amovibles. On peut en retirer une pierre ou deux sans que l’ensemble ne soit sur le point de s’écrouler…

    Ici, Saqqarah, la plus ancienne des pyramides, en cours de rafistolage…

     

     

     

    Fig 2: le banco-centralisme est une structure nettement plus élaborée, de style gothique :

     

    Fig 3: Voici ce qu’il se passe quand on arrive à retirer la Clef de Voûte :

     

     

    Mais le système banco-centraliste a du renfort…

     

    Fig 4: du côté droit

     

     

    Fig 5: du côté gauche

     

    Tout à fait en bas à gauche, on remarque un électeur qui semble s’interroger sur le sens de cette stratégie:

    Ce n’est donc pas notre camarade Viriato !!!

     

     

    LE POINT DE VUE DU CAMARADE DO SUR MÉLENCHON

    La trahison de la gauche face au spectacle du coronavirus

    http://mai68.org/spip2/spip.php?article6682

     

     

     

    Nouvel extrait du débat :

     

    Mail de Viriato :

     

    TML échange un social démocrate de gauche ex-lambertiste [Mélenchon-NDLR] qui parle de la lutte de classes, par une député démocrate qui mène un combat sanitaire avec d’autre médecins et personnel de santé.

    Politiquement marginale, elle fait avec courage la dénonciation de la politique pro Big Pharma du gouvernement sans aller plus loin. On peut faire du chemin avec elle pour ce combat spécifique comme on peut faire du chemin avec Mélenchon pour un enjeu de politique nationale. Dans les deux cas, notre rôle est d’avancer notre propre programme et si possible l’ensemble de la pensée tactique de gauche car elle en a drôlement besoin. Ou plus si possible.

    TML réduit le tout à un programme sanitaire d’urgence immédiate.

    L’idée à TML, une idée qui ne délimite pas les camps car un bon secteur des gens d’extrême droite s’identifient à la lutte de ces médecins et d’autres, signifie rester collés derrière les découvertes spontanées des personnes hônnetes et laisser tomber des objectifs politiques plus larges et plus teintés à gauche.

    TML nous dit « je ne crois pas ni au discours ni au programme de Mélenchon, donc je ne voterais pas pour lui ». Justement, TML, il s’agit de s’appuyer sur un strapontin pour aller plus loin que le programme et le discours de Mélenchon. Est-il nécessaire de te le dire aussi abruptement?

    C’est cela la tactique du Front Uni. A cette tactique la seule véritable objection que je vois est les dimensions et l’organisation (si on peut dire) de ceux qui prendraient cette option. Bien plus simplement on pourrait dire « vous n’êtes rien et votre soi disant « Front Uni » n’est qu’une illusion car il n’a pas la force critique nécessaire et vous devenez tout simplement des auxiliaires d’une nouvelle tromperie social-démocrate ».

    A cela il est nécessaire de répondre. Bien sur, s’il y avait un parti qui pouvait faire une véritable politique de Front Uni (le POI si est exercé lors de l’élection antérieure) le bénéfice serait plus important mais quand même, travailler à que l’option de gauche de ce pays (« d’extrême-gauche » comme le peint BFMTV et d’autres merdias) ne soit pas ridicule.

    Un bon score relatif de Mélenchon c’est toujours un pas en avant car, par raisonnement contraire, le plus que Macron ou Le Pen écrasent Mélenchon, vu par les masses comme la gauche et porteur des revendications des travailleurs, le plus que les conséquences seront lourdes.

    « Avec les gens, un pas en avant », c’est cela la bonne tactique. Le réformisme est faire croire que le programme réformiste (aujourd’hui une vrai impossibilité dans le cadre de la crise capitaliste) est possible. Le gauchisme c’est se désintéresser de tout ça, le critiquer au même niveau que les partis ouvertement bourgeois, en faire leur jeu, et proposer abruptement ce qui n’est pas encore compréhensible pour des larges couches de travailleurs, agiter le dada de toujours aussi bête qu’inefficace : « Non aux élections bourgeoises »

    Il faut fignoler, louvoyer, chercher le chemin parmi ces embouches pour porter en avant les idées cui nécessairement prendront si on ne les enveloppe pas des absurdités gauchistes ou des plans sur la comète passagers tels appuyer une médecin naïve qui s’est laissée entourlouper par Macron et qui découvre un peu tard que c’est les affaires, Big-Pharma et la finance qui gouvernent. Heureusement, et c’est quand même à son mérite, elle a fini par ouvrir les yeux. Espérons que d’autres en prendront de la graine. V.

     

     

    Réponse TML :


    Apparemment, camarade, tu n’as rien compris à l’essentiel de mon propos…

    Le processus électoral bourgeois n’étant pas, par définition, un processus politique révolutionnaire, il ne peut servir, au mieux, que comme tribune pour des revendications légalistes, donc réformistes, quant au fond. Mais au moins cela peut servir si ce sont des revendications sociales de masse et prioritaires comme celles sur la santé, et cela pourrait donc effectivement contribuer à construire le mouvement de masse, que les militants peuvent continuer de politiser sur le terrain.

    Or dans la gauche actuelle, y incluant Mélenchon, il n’y a pas de telles revendications mises en avant telles que nécessaires par rapport à la situation sanitaire concrète, vue par les acteurs de terrain qui ne sont pas des Kollabos, comme Martine Wonner, par exemple.

    Alors que Mélenchon est un Kollabo et qu’il n’a d’objectifs politiques que de nature Kollaborationniste avec le système en général, et avec le banco-centralisme en particulier, qui en est l’aile marchante avançant vers le cyber-fascisme à grands pas, et un peu plus chaque jour !

    Est-ce qu’il est important de savoir qui est catalogué par les médias d’« extrême-droite », d’« extrême-gauche », ou autre, (…social-démocrate lambertiste!), ou bien plutôt de savoir qui résiste réellement, sur le terrain, à la campagne « sanitaire » mortelle menée par le banco-centralisme, à l’échelle mondiale, et par ses sbires, qu’ils soient de droite ou de gauche, dans chaque pays ?

    Sous ses airs de faux « progressiste » Mélenchon est un agent auto-proclamé du banco-centralisme, ce qui a le mérite d’une relative franchise, et doit donc nous permettre de le reclasser à sa place réelle, celle d’un agent du cyber-fascisme, c’est à dire d’un véritable facho dans tout ce qu’il a actuellement de pervers, avec ce système ouvertement développé depuis bientôt un an.

    Dans la Résistance antinazie, comme je l’ai déjà fait observer, il y avait des membres de l’extrême-droite nationaliste, qui étaient donc réellement des nationalistes ayant leur place dans le front, alors qu’au même moment une partie des socialistes, même « de gauche », voire trotskysants, et une partie des communistes, également, sont passés à la Kollaboration avec le nazisme, sous une forme ou sous une autre.

    La ligne de partage du front actuel n’est pas entre droite et gauche, mais entre gens qui veulent déjà soigner un maximum de patients avec les thérapies réellement efficaces, organiser la prévention sur la base de la culture de l’immunité naturelle (diététique, etc…), et encourager la recherche hors big-pharma, pour arriver à une solution réelle du problème, et non pas l’entretenir pour en tirer profit et avancer l’agenda banco-centraliste.

    Malheureusement, en choisissant Mélenchon, tu choisis donc le très mauvais camp. Bien entendu, je mets ça sur le compte des préjugés idéologiques dont tu ne parviens toujours pas à te débarrasser, mais le fait est là et il est concrètement consternant, comme tant d’autres en ce moment.

    Si un « candidat » porteur des revendications sanitaires nécessaires « sortait du bois », pour se risquer dans la course électorale, aujourd’hui ou plus tard, c’est évidemment lui, ou elle, qu’il faudrait soutenir activement, et pas un autre ! Qu’il soit ultra-minoritaire au départ n’est pas un argument pour que nous nous dérobions à nos responsabilités. La fonction tribunicienne du processus électoral, telle que définie par Lénine, entre autres, se trouve là et pas ailleurs.

    Et surtout pas chez Mélenchon, donc !!!

    Bien à toi,

    Et amicalement, malgré tout !


    TML

     

     

    Mail de Viriato :

     

    Salut TML,

    C’est assez lamentable de retrouver la funeste amalgame « social-démocratie=social fascisme » des fatales années 30 que dans ta formulation devient « Mélenchon fasciste » ce qui est encore plus qu’une aberration, si cela puisse être possible.

    Mélenchon est un politique de l’aile gauche de la social démocratie et cela malgré sa position « il ne faut pas payer la dette » que je partage comme beaucoup des gens. Même si elle est impayable et qu’elle sera toujours renflouée, selon ta théorie sur le « banque centralisme » qui côtoie un capitalisme « à l’ancienne » encore très présent et qui va perdurer encore longtemps.

    Cela ne fait pas de lui un « banque-centraliste » mais un politicien qui semble ne pas avoir compris que pour ne pas payer la dette à partir des positions de gauche, cela signifie un combat contre tout le Capital coalisé. Et partant que son programme sans un révolution bien plus radicale que « citoyenne et écologiste » sera impossible à mettre en place devant l’insurrection de toute la classe bourgeoise nationale et internationale.

    Ta tendance à coller des étiquettes, il « est un Kollabo », te permet d’éviter les questions tactiques et faire un débat impossible en cadenassant tout dialogue car on ne fait pas des Fronts Unis avec un Kollabo. Drôle de qualificatif qui fut propre à une période de guerre dont les enjeux sociaux furent déviés,et qui va bien pour les vrais fascistes de la Milice pétainiste comme les autres mots d’ordre nationalistes.

    En filigrane tu comprends les avantages d’un Front Uni, mais tu le réduits à la mesure d’une lutte sanitaire importante certes, mais qui n’a aucune perspective politique de gauche. Et une fois l’épidémie passée, comme elle passera, quoi ? Mme Wonner président ? C’est encore le spontanéisme, le manque de culture politique, l’honnêteté, les bonnes intentions certes mais comme dit le dicton « le chemin de l’enfer est pavé des bonnes intentions ». Il faut quand même plus que ça.

    Toute votre « politique », celle d’une fraction de gauchistes, a toujours été de trouver n’importe quel prétexte pour se dérober à la réalité et même un Coluche a servi à ces effets. Cela peut faire rire, cela n’a jamais servit à rien qu’à rester des voix à la gauche. Les partis qui ont oublié la tactique du Front Uni, ou ont disparu ou sont devenus des sectes isolées qui d’un score de plus de 10% sont réduits aujourd’hui à des scores infimes et ont perdu toute considération devant les travailleurs.

    Vous cherchez partout quelque chose de nouveau, passant d’une désillusion à une autre, Coluche ne va pas, prenons Tapie, Tapie ne va pas, prenons Hulot, Hulot devient LREM, prenons Wonner et ainsi de suite. Bien sûr, TML n’a pas trempé dans toutes ces diversions politicardes mais le fond de son raisonnement l’y amène.

    La question, à part de la réaction naturelle devant les trahisons de la social démocratie, est idéologique, vous n’avez jamais étudié à fond la tactique du Front Uni ni son histoire. Ainsi vous avez mal compris la nature réelle de la lutte de classes qui est un phénomène très complexe et contradictoire; vous finissez par trouver que l’extrême-droite peut être une possibilité… tout en accusant celui qui a combattu publiquement les pires préjugés de l’extrême-droite, Mélenchon, de Kollabo…

    Au fond, ce n’est pas de la tactique dont vous seriez à la peine pour la formuler même théoriquement, mais des réactions émotionnelles propres de gens qui ont cru et on été trompés et sortent de l’expérience amers et blessés. C’est humain mais ce n’est pas de la politique, en tout cas, ce n’est pas de la tactique pour des groupes et individus de gauche qui se posent toujours les intérêts supérieurs des travailleurs au dessus des racunes induites pas la lutte de classes.

    TML nous assène sa dernière option tactique « La ligne de partage du front actuel n’est pas entre droite et gauche, mais entre gens qui veulent déjà soigner un maximum de patients avec les thérapies réellement efficaces, organiser la prévention sur la base de la culture de l’immunité naturelle (diététique, etc…), et encourager la recherche hors big pharma, pour arriver à une solution réelle du problème, et non pas l’entretenir pour en tirer profit et avancer l’agenda banco-centraliste. »

    Donc il n’y a plus de droite ni de gauche pour TML (un argument favori des vrais collaborateurs qui se sont toujours dits partisans de la voie moyenne ‘ni de gauche ni de droite » qui cachait mal leur ligne d’extrême-droite) et le meilleur candidat serait un mélange du sanitaire plus de la diététique contre le banque-centralisme, une théorie dont la diffusion parmi les gens toutes idées confondues est de plus limitée.

    Ce n’est pas sérieux et c’est un virage à 180° ou comme disait Neruda, « les gauchistes ont fait le tour de la planète et apparaissent par l’extrême droite ». C’est dommage de voir un camarade dériver à un tel point mais c’est aussi une indice qui pointe hélas à une noire réaction qui s’empare des esprits dont les effets Luniterre et ceux qui le suivront seront les premiers affectés … après les immigrés bien sûr. V.

     

    Réponse TML :

    Bonsoir,

    Toute la démarche de ta réponse est entièrement rhétorique et complètement malhonnête, intellectuellement, et je mets donc encore tout ça sur le fait que tu ne peux vivre mentalement sans te bercer de l’illusion qu’il existe encore une « gauche » plus ou moins fonctionnelle et donc potentiellement « progressiste » par rapport à une droite qui serait donc effectivement et logiquement systématiquement réactionnaire par rapport à cette « gauche réelle ». Concrètement, la présente crise sanitaire vient de montrer que ce n’est pas le cas.

     

    Tu me dis :

    « En filigrane tu comprends les avantages d’un Front Uni, mais tu le réduits à la mesure d’une lutte sanitaire importante certes, mais qui n’a aucune perspective politique de gauche. »

     

    Ce qui est important dans la vie, c’est d’abord ce qui est vécu concrètement, et non pas ce qui est projeté dans une pseudo-réalité construite à partir de préjugés idéologiques qui conduisent, notamment, à prendre les étiquettes politiques pour des appellations d’origine garanties…

     

    Et tu parles de « réactions émotionnelles » !!! Les seules réactions «émotionnelles », là dedans, sont celles qui ne visent qu’à sauvegarder une psyché faite de préjugés et devenue incapable de partir de la réalité vécue, de son évolution concrète actuelle, et non pas d’une culture politique qui consiste à ressasser les situations du passé sans en tirer les leçons réellement utiles pour le présent.

     

    La lutte pour les objectifs sanitaires concrets est clairement liée à la lutte pour la liberté de vivre dans une société ou le soin de l’humain l’emporte sur l’intérêt « Big-Pharma + Banques Centrales », et c’est sur ce terrain que nous pourrons éventuellement lui donner un sens politique révolutionnaire. A condition, évidemment, de vouloir arriver le plus rapidement possible à viser le système banco-centraliste au cœur, à savoir, le contrôle du crédit. (…et donc de la création monétaire, qui est son arme absolue, actuellement bien plus efficace que toutes les bombes en stock!)

     

    La lutte antinazie a tourné à la Kollaboration de classe sans limite avec le gaullisme, et, de fait, avec l’impérialisme US, précisément parce  que le programme du CNR a été négocié au rabais par le PCF, qui y a renoncé à tous les fondamentaux qui auraient pu en faire une étape de transition réelle vers de futures luttes sociales, qui ont bien eu lieu, en 1947, mais très vite bradées par ce parti sur la base du « compromis » consistant à reconstruire le capital monopoliste français et son empire colonial et néo-colonial, à l’ombre de l’empire US.

     

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/doctrine-jdanov-les-bonnes-feuilles-commentees-selon-eduscol-du-rapport-jdanov-de-1947/

     

    Et donc, lorsque tu me dis :

    « La question, à part de la réaction naturelle devant les trahisons de la social démocratie, est idéologique, vous n’avez jamais étudié à fond la tactique du Front Uni ni son histoire. »

     

    …C’est carrément « l’Hôpital qui se moque de la charité » !!! Ta conception, qu’elle soit trotskyste ou non, du « front uni » n’a jamais abouti à rien jusqu’à présent et depuis un siècle, déjà !

     

    Et donc tu tronques délibérément mon propos pour le réduire à :

    « En filigrane tu comprends les avantages d’un Front Uni, mais tu le réduits à la mesure d’une lutte sanitaire importante certes, mais qui n’a aucune perspective politique de gauche. »

     

    Alors que tu escamotes la réalité du banco-centralisme, qui est au cœur de la mutation cyber-fasciste actuelle du système, et qu’on ne peut donc la combattre autrement qu’en connaissance de cause, alors que la « stratégie » du « front uni avec Mélenchon » amène précisément  et très concrètement à Kollaborer avec un parti qui revendique une ligne politique et économique banco-centraliste.

     

    Tu tentes donc de la justifier comme tu crois pouvoir le faire, alors que ce n’est en rien crédible ! En appeler à la « mansuétude » de la BCE, comme Mélenchon le fait déjà depuis 2017, avec son « programme » à 100 Milliards de dettes supplémentaire, c’est souscrire délibérément à cette nouvelle forme d’esclavage, qui prend une dimension nécessairement exponentielle avec la présente crise. Et cela ne peut donc qu’empirer avec un tel choix politique !

     

    C’est donc très concrètement que Mélenchon est un Kollabo, et malheureusement, que tu fais le choix de le soutenir, en connaissance de cause, dans la mesure où tout cela est maintenant clairement expliqué, au cours de ce débat.

     

    Mais rien ne t’empêche d’y réfléchir sérieusement, et, tant qu’à faire, d’ouvrir les yeux sur la réalité concrète, le vécu quotidien actuel, ses causes réelles, et la voie de la Résistance antifasciste/anti-banco-centraliste nécessaire.

     

    TML

     

     

     

     

    Sur le nouveau pouvoir des Banques Centrales :

     

    Paradoxe et suspense économique en 2021: le Capital atteindra-t-il, ou non, le Nirvana par la Dette Mondiale ?

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2021/01/23/paradoxe-et-suspense-economique-en-2021-le-capital-atteindra-t-il-ou-non-le-nirvana-par-la-dette-mondiale/

     

     

    « Great Reset »: le banco-centralisme, « complot » et / ou nouveau système? (…Nouvelle Édition! …+ Débat)

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2021/01/13/great-reset-le-banco-centralisme-complot-et-ou-nouveau-systeme-nouvelle-edition-debat/

     

    Première édition, avec d’autres éléments du débat :

    « Great Reset »: le banco-centralisme est-il un « complot pervers » ou simplement la conséquence incontournable d’une évolution systémique ?

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2021/01/11/great-reset-le-banco-centralisme-est-il-un-complot-pervers-ou-simplement-la-consequence-incontournable-dune-evolution-systemique/

     

     

    « Merveilleux » Monde d’Après : face à l’émergence du banco-centralisme, quelle forme de Résistance ? :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/06/11/merveilleux-monde-dapres-face-a-lemergence-du-banco-centralisme-quelle-forme-de-resistance/

     

     

     

     

    La BCE est bien la clef de voûte du système

     

     URL de cet article : https://tribunemlreypa.wordpress.com/2021/01/27/rafistolage-ou-revolution-il-faut-choisir/

    « - Labo, médicaments, pandémie : Que disaient les candidats en 2017 ? - 2020-2021 : Fin du Mouvement des Gilets Jaunes, Transition vers la Résistance »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :