• Un candidat d'extrême droite évoque l'idée de « concentrer » les Roms dans des « camps »

    Un candidat d'extrême droite évoque l'idée de « concentrer » les Roms dans des « camps »Paul-Marie Coûteaux, souverainiste de droite, candidat aux municipales dans le VIe arrondissement de Paris, sous l'étiquette "Rassemblement bleu Marine". | AFP/FRANCOIS GUILLOT

     

    Absent depuis quelques semaines, le débat sur les Roms est de retour. Paul-Marie Coûteaux, tête de liste FN-Rassemblement bleu marine dans le 6e arrondissement de Paris pour les élections municipales, évoque dans une note de blog l'idée de 

    « concentrer » les Roms « dans des camps ». « ll n'y a pas un endroit dans ce texte où je demande la construction de camps, de barbelés. C'est la forme interrogative », a-t-il  précisé ensuite à l'AFP.

    Sur son blog le président de Souveraineté, indépendance et libertés (SIEL, un microparti allié au FN au sein du RBM) s'en prend dans plusieurs articles à la présence de Roms dans l'arrondissement huppé où il se présente.

    Son texte du 19 février est ainsi consacré exclusivement aux Roms et s'intitule "Sur l'installation des Roms à Paris, et la lente extinction du sentiment de dignité nationale."

    Le candidat publie des photographies de familles roms et s'en explique :

    « Je me prends à les photographier lorsque j'en croise un trop grand nombre, aux fins de les mettre en ligne ici, serait-ce seulement pour apaiser la rage que me donne le spectacle désolant de ces femmes, de ces enfants, et quelquefois de ces familles entières qui, dans un état d'abandon indescriptible, parsèment l'arrondissement, l'amochent de part en part, et rompent le charme de la moindre promenade. »

    UNE « INVASION » QUI RUINE « L'ORDRE ESTHÉTIQUE »

    Qualifiant cette présence d'« invasion » ou de « lèpre » qui porte atteinte à« l'ordre esthétique » du 6e arrondissement parisien, M. Coûteaux juge qu'elle« témoigne jusqu'à la caricature de l'irresponsabilité générale, et corrélativement de l'abandon complet de la dignité nationale ».

     

    En effet, selon ce candidat, « du fait que des familles entières s'installent au milieu de nos rues avec leurs bouts de lit rouillés, leurs matelas, leurs cabas, de cette saleté et des épidémies qu'elle ne manquera pas de provoquer, de cette marais [sic] montante de la barbarie grise, nul ne se sent responsable ».

    Le maire du 6e arrondissement n'ayant pas de pouvoirs de police, il se défausse sur le préfet de police de Paris, d'après M. Coûteaux, qui se lance alors dans une analyse :

    « Or, M. le préfet de police n'a sans doute pas d'ordre de M. le ministre de l'intérieur : sur un sujet aussi délicat, à lui dedonner des instructions ! Mais que peut faire M. le ministre de l'intérieur – à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu'elles escomptaient du voyage qu'elles préféreraient déguerpir d'un territoire aussi inhospitalier ? Mais ce courageux ministre, si il [sic] l'était, irait sans doute à l'encontre des oukases bruxelloises [sic], de la Cour européenne des droits de l'homme, de tout l'attirail dit européen, sans compter de la catholicité et du pape en personne, et ne songe pas une seconde à de telles extrémités. »
    « UKRAINE : les provocateurs fascistes démasquésL’enjeu ukrainien »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :